Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

porche

  • Jan Cadard

    Jean Cadard

    2474577382.jpg 4117563715.jpg

    3519852951.jpgSous le porche de la métropole Notre-Dame-des-Doms. Les traces de ce blason dans l'église des Célestins ont disparu.

    D'argent au chevron de gueules chargé de trois étoiles à six rais d'or accompagné de trois merlettes [?] de sable. Selon Georges de Loye : ...becquées et membrées de gueules. Selon moi : trois [corbeaux ou corneilles ?] hardis de sable.

    Jean CADARD
    (Picardie 1374 - Avignon 27.08.1449)
    Médecin et précepteur des enfants de Charles VI, médecin et conseiller de Charles VII.

    Après l'assassinat de Jean sans Peur en 1419, il doit s'exiler à Avignon où il acquiert plusieurs immeubles dans le quartier des Fusteries entre 1423 et 1439 et devient seigneur d'Oppède et du Thor. Il reste célèbre grâce à la Vierge de Miséricorde peinte par Enguerrand Quarton où il est représenté à genoux avec son épouse Jeanne de Moulins (de Molinis).

    On le trouve sous les noms de CADART ou Johanni CADARDI.

    2229742483.jpg

    La Vierge de Miséricorde de la famille Cadard

    Tableau peint par Enguerrand Quarton et peut-être achevé par Pierre Villate, commandé en 1452 par Pierre Cadard pour l'autel de la chapelle St-Jean-Baptiste aujourd'hui disparue que son père Jean avait commencé de faire construire à la veille de sa mort dans la grande chapelle du bienheureux St-Pierre-de-Luxembourg.
    Actuellement au musée Condé de Chantilly, elle est l'une des principales œuvres de la deuxième École d'Avignon.

  • Simboulisme arquèmi au palais dóu Roure

    Symbolisme alchimique au palais du Roure
    Alchemical symbolism at the Roure palace

    3905851286.jpg

    Le fronton de la porte cochère du palais du Roure présente le blason des Baroncelli accosté de deux personnages sur un fond de feuilles de vigne ou de mûrier* semblant porter ce qui pourrait être une couronne ou un heaume.
    Il est entouré d'un réseau de branches entrelacées auxquelles ne restent attachées que quelques feuilles dans ses parties inférieures. C'est là l’allégorie de l’ "arbre sec" — hiéroglyphe de l'inertie métallique connu des alchimistes — qui reverdit avec l’aboutissement du travail.
    Les rares feuilles que l'on voit sur le bas des branches indiqueraient un figuier — aux nombreux symboles bibliques dont celui du temple de Jérusalem. Cette renaissance de l'arbre sec pourra être rapprochée de la vitalisation alchimique, dite "animation de l'or". Il faudra remarquer également l'effet miroir entre les parties gauche et droite qui pourrait prêter à analyse symbolique.
    Dans le vestibule du palais, les six culs-de-lampe des croisées d'ogive représentent des plantes qui auraient également une symbolique alchimique.

    * Du temps des papes, se trouvait ici la taverne de l'Amourier ou du Mûrier.
    Jean-Michel Mathonière voit en fait dans ce fond un classique déchiqueté.

    1551426193.jpg
    Chardon

    3857494739.jpg
    Chêne

    275431922.jpg
    Acanthe

    1068351053.jpg
    Vigne
    383300493.jpg
    Figuier
    3177864268.jpg
    Indéterminé
  • L'epitàfi dóu cebòri de Nosto-Damo-de-Dom

    L'épitaphe du porche de Notre-Dame-des-Doms
    The epitaph of the porch of Notre-Dame-des-Doms

    1304090450.jpg 2963420259.gif
    358727969.jpg

    Ici des enfants, frères morts en âge tendre,
    en leurs tendres années sont ensevelis, leurs corps réunis.
    Ici [reposent] Raimond, Jourdan, Bernard, Guillaume et un autre,
    fils de Guichard. Où leur père où leur mère interdisent,
    de la part du Christ et de sainte Marie,
    qu'en ce lieu jamais personne [d'autre] ne soit enseveli.
    Qu'ils aient part aux dons de la sagesse.
    Ils sont inhumés le 3 des nones, au mois de décembre [3 décembre].