Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sculpture

  • Dès an après plaço Sant-Lazàri

    Dix ans après place St-Lazare
    Ten years after St-Lazare square

    817870175.jpg 2806702668.jpg

    1001775029.jpg

    Lien permanent 16 commentaires
  • Apetis de Tarasco

    Appétit de Tarasque
    Tarasque's appetite

    887444332.jpg
    État de la statue après son nettoyage en 2001.
    Restitution du personnage manquant.
    Maquette R. et O. Coignard. Source : Persée.
    84756977.jpg
    Source : noves.fr.
    Lien permanent 11 commentaires
  • Li porto...

    Les portes...
    The doors...

    2087661228.jpg

    Les portes de Saint-Pierre si justement admirées, — en Provence, il n'y a que les portes de la cathédrale d’Aix qui puissent leur être comparées, — ont été données par un riche marchand, Michel Lopis, dont la famille d'origine espagnole était arrivée à Avignon vers le milieu du xv° siècle. Le prix-fait en fut passé, en 1551, à Antoine Volard, "menuisier de bois", originaire du Dauphiné, qui s’engagea à les exécuter pour 60 écus d'or sol au coin du roi.
    Ces portes, en noyer massif, hautes de près de quatre mètres frappent par le puissant relief et la richesse de leur décoration. L’imposte est chargée de reliefs d'où se détachent une corbeille et des chutes de fruits et que surmonte un mascaron entre deux figures d’enfants tenant des cornes d’abondance renversées. Chaque vantail, encadré de deux cariatides à gaines, présente deux portiques à plein cintre où des figures se détachent sur un fond d’architecture en perspective, d’un côté : saint Jérôme, saint Michel ; de l’autre, la Vierge et l’Ange de l'Annonciation.
    De Champeaux, dans son livre sur Le Meuble, reconnaissait dans les entrelacs qui séparent les panneaux une influence lyonnaise et faisait remarquer que les cariatides rappelaient les thermes antiques d’Hugues Sambin. Il n'est pas impossible qu’Antoine Volard ait travaillé à Lyon ou à Dijon. N’est-il pas vraisemblable également que le dessinateur de ces belles portes ait pu s’inspirer des modèles gravés qui circulaient en dehors des ateliers créateurs et portaient au loin leur influence ?

    Joseph Girard "Évocation du vieil Avignon" Les Éditions de Minuit 1958 p.269.

    Lien permanent 14 commentaires