Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fleuve

  • La petacho dóu Rose

    La peur du Rhône
    The fear of the Rhone
    Die Angst vor der Rhone

    3964123031.jpg 4228824009.jpg

    Lettre de Madame de Sévigné à sa fille

    À Madame de Grignan, 4 mars 1671

    Ah ! ma fille, quelle lettre ! quelle peinture de l’état où vous avez été ! et que je vous aurais mal tenu ma parole, si je vous avais promis de n’être point effrayée d’un si grand péril ! Je sais bien qu’il est passé : mais il est impossible de se représenter votre vie si proche de sa fin, sans frémir d’horreur, et M. de Grignan vous laisse embarquer pendant un orage ; et quand vous êtes téméraire, il trouve plaisant de l’être encore plus que vous ; au lieu de vous faire attendre que l’orage soit passé, il veut bien vous exposer. Ah ! mon Dieu ! qu’il eût été bien mieux d’être timide, et de vous dire que, si vous n’aviez point de peur, il en avait lui, et ne souffrirait point que vous traversassiez le Rhône par un temps comme celui qu’il faisait ! Que j’ai de peine à comprendre sa tendresse en cette occasion ! ce Rhône qui fait peur à tout le monde, ce pont d’Avignon où l’on aurait tort de passer en prenant de loin toutes ses mesures, un tourbillon de vent vous jette violemment sous une arche ; et quel miracle que vous n’ayez pas été brisés et noyés dans un moment ! Je ne soutiens pas cette pensée, j’en frissonne, et je m’en suis réveillée avec des sur sauts dont je ne suis pas la maîtresse. Trouvez-vous toujours que le Rhône ne soit que de l’eau ? De bonne foi, n’avez-vous point été effrayée d’une mort si proche et si inévitable ? Une autre fois ne serez-vous point un peu moins hasardeuse ? Une aventure comme celle-là ne vous fera-t-elle point voir les dangers aussi terribles qu’ils le sont ? Je vous prie de m’avouer ce qui vous en est resté ; je crois du moins que vous avez rendu grâces à Dieu de vous avoir sauvée ; pour moi, je suis persuadée que les messes que j’ai fait dire tous les jours pour vous ont fait ce miracle, et je suis plus obligée à Dieu de vous avoir conservée dans cette occasion, que de m’avoir fait naître. C’est à M. de Grignan que je m’en prends ; le coadjuteur a bon temps ; il n’a été grondé que pour la montagne de Tarare ; elle me paraît présentement comme les pentes de Nemours. M. Busche* m’est venu voir tantôt ; j’ai pensé l’embrasser en songeant comme il vous a bien menée : je l’ai fort entretenu de vos faits et gestes, et puis je lui ai donné de quoi boire un peu à ma santé. Cette lettre vous paraîtra bien ridicule ; vous la recevrez dans un temps où vous ne songerez plus au pont d’Avignon. Faut-il que j’y pense, moi, présentement ? C’est le malheur des commerces si éloignés ; il faut s’y résoudre, et ne pas même se révolter contre cet inconvénient : cela est naturel, et la contrainte serait trop grande d’étouffer toutes ses pensées ; il faut entrer dans l’état naturel où l’on est, en répondant à une chose qui tient au cœur : vous serez donc obligée de m’excuser souvent. J’attends les relations de votre séjour à Arles ; je sais que vous y aurez trouvé bien du monde. Ne m’aimez- vous point de vous avoir appris l’italien ? Voyez comme vous vous en êtes bien trouvée avec ce vice-légat : ce que vous dites de cette scène est excellent ; mais que j’ai peu goûté le reste de votre lettre ! Je vous épargne mes éternels recommencements sur ce pont d’Avignon, je ne l’oublierai de ma vie.


    Madame de Sévigné Lettres choisies.
    Texte établi par Suard.
    Firmin Didot 1846 (Lettre n°32 pp.95-96).

    * Le conducteur de madame de Grignan.

    À gauche : portrait anonyme de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné vers 1670.
    À droite : portrait de Françoise de Sévigné comtesse de Grignan par Pierre Mignard vers 1669.

    Madame de Sévigné, adressa deux lettres par semaine pendant 25 ans à sa fille, Françoise de Sévigné comtesse de Grignan. Celle-ci lui répondit mais il n'en reste aujourd'hui aucune trace : la petite fille Pauline a tout détruit.

  • Lou pont en 1607

    Le pont en 1607
    The bridge in 1607
    Die Brücke im 1607

    3998834505.jpg

    Dessin du père Étienne Martellange
    (détail, cliquer sur la photo).
    Légende à la plume dans le dessin en bas à gauche :
    Aspect d'Avignon route de Villeneuve et St-André 1608
    Légende au crayon de la même main en bas à droite :
    Prospective Villeneuve et St-André trans-rhodanienne en Avignon 24 septembre 1607
    Se trouve à l'Ashmolean Museum d'Oxford (GB).
    Merci Alain Breton !

  • Tiraiare en avoust

    Tirailleurs en août
    Skirmishers in August
    Scharmützler im August

    4154216018.jpg 2846137805.jpg
    170848711.jpg 1206719828.jpg

    Le 1er août 1914 paraît l'ordre de mobilisation. L'enthousiasme est général. Le 1er bataillon du 1er régiment de marche de Tirailleurs algériens du commandant Voisard quitte Alger et vogue vers la France le 5 août. Il séjournera à Avignon jusqu'au 12 août pour ensuite se diriger vers le Nord... Quatre autres bataillons de tirailleurs passeront ensuite par Avignon dans ce mois d'août. Photos Charles Bartesago. AMA 67Fi6152, 6153, 6154, 6157.