Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou fort Sant-Martin 1

Le fort Saint-Martin 1
Fort Saint-Martin 1

2756791948.jpg

3468937950.jpg

D'après un dessin XVIIe de l'album du marquis de Laincel.

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Tu es dans une période "Je me balade sur la Barthelasse" ?

  • Petite description du dessin : les éléments crénelés sont des portions de rempart. Le fort St-Martin est situé tout en haut du rocher. D'origine romaine, il est au XIe siècle l'ancien château des comtes, puis des vicomtes, qui devint palais de la commune avant de devenir un fort. Il s'y trouvait une chapelle St-Martin. À gauche du fort, deux moulins, puis une croix couverte.

  • Oui Michel. Les dessins de Martellange et de l'album de Laincel n'ont pas leur pareil pour nous restituer l'atmosphère de l'Avignon du XVIIème siècle, une ville mi-gothique mi-moderne, dominée par des dizaines de clochers et par les tours du Palais, sans parler des hautes nefs de multiples églises émergeant bien au-dessus des maisons, généralement pas plus élevées que R+1 ou R+2.

    L'approche des deux dessinateurs (anonyme pour le second, Laincel n'étant que le donateur du recueil au XIXème) est pourtant assez différente, plutôt "grand angle" pour l'un, et "téléobjectif" pour l'autre, comme tu le remarques bien à propos !

    Pour compléter ton commentaire, on peut simplement rappeler que le Fort St Martin a explosé en Août 1650, lorsque la foudre s'abattit sur la réserve de poudre....(il y a d'ailleurs une image du fort ravagé dans le Laincel), et que les aménagements modernes du sommet du Rocher remontent aux ateliers de charité sous Charles X - mais se sont poursuivis bien au-delà de cette époque.

    Et il faut aussi bien voir la rampe qui descend du pont, et qui permettait aux voyageurs venant de réaliser un franchissement nocturne du Rhône, de chercher un refuge en banlieue (on disait à l'époque "le terroir" ) , les portes de la ville restant fermées et gardées tout au long de la nuit. C'est seulement dans les dernière années de l'Ancien Régime que les rues d'Avignon seront dotées de lanternes !

  • Merci Alain pour ces précisions. Malheureusement, beaucoup de dessins de cet album ne sont pas facilement visibles...

  • Juste pour le plaisir de chipoter et d'embêter le photographe : sur le dessin du XVII° on voit les DEUX premières arches du pont et on voit aussi, à l'opposé, la petite tour qui fait genre muraille de Chine (légèrement en surplomb de l'ancienne prison) à la jonction du rempart est et du rocher.
    Et que l'on me réponde pas avec des histoires de focale ou d'objectif, je n'ai jamais suivi vos explications !

  • Mon cadrage, Frédéric est précis. Prenons à témoin par exemple la tour des Chiens que l'on voit dépasser à droite du rocher. Elle se voit bien dans les deux images. Quant à la première arche du pont, à l'instar du châtelet d'ailleurs, elle est cachée par les arbres ! Pour ce qui est de "la petite tour qui fait genre muraille de Chine (légèrement en surplomb de l'ancienne prison)", elle n'est peut-être pas sur le dessin, mais un peu plus loin ; difficile à juger...

  • Vous vous souvenez de l'excellente émission Palace ? "Je l'aurais, un jour je l'aurais." ;-)
    Ma mauvaise foi n'est pas à toute épreuve : je me rends !

  • Effectivement, Michel, je pense que tu as bien appréhendé l'angle de prise de vue. Mais ne pas oublier non plus que, cent ans après le dessin du Laincel, le Rocher a été très largement entaillé à la base pour faciliter le passage de la route qui le contourne (Cf le journal de l'abbé Soumille, je regarderai ce soir chez moi le texte exact, mais il me semble qu'il rapporte des prévisions de travaux de plus d'un an...)..

    Quant à la partie occidentale de la "Roque de Doms", difficile de rapprocher le dessin de la photo, le rempart à cet endroit a été notablement remanié dans les années 1680 sous la direction de Pierre Mignard.

  • Journal de l'abbé Soumille (Chanoine de la Collégiale de Villeneuve les Avignon, scientifique et esprit curieux, toujours au fait de ce qui se passe de l'autre côté du Rhône... il faut dire qu'il était natif de Carpentras).

    "MM Les Consuls d'Avignon ont commencé aujourd'hui 17 octobre (1753), de travailler à une entreprise qu'ils méditaient depuis longtemps. C'est de couper un avancement considérable que le Rocher fait vis à vis du bac à traille, pour faire que du pont on puisse voir la porte de la Ligne ; il y aura plus de cent mille charretées de pierres ou de roches qui serviront pour les réparations du Rhône et de la Durance, et pour vendre aux particuliers qui en auront besoin. Il y avait des murailles bâties au dessus à l'imitation du reste des murs de la ville. J'estime que cet ouvrage traînera deux ou trois ans..."

  • Ah voilà. La partie de rocher qui est à l'extrême gauche sur le dessin a donc été arasée.
    Je note aussi : "Il y avait des murailles bâties au dessus à l'imitation du reste des murs de la ville."
    Merci Alain !

Écrire un commentaire

Optionnel