Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eiçi èro lou vièi pibo

Ici était le vieux peuplier
Here was the old poplar

4281061443.jpg

Voir ici.

Lien permanent 7 commentaires

Commentaires

  • Ils tombent tout seuls quand ils sont vieux, un coup de Mistral et zou, par terre, j'en ai vu tomber deux sur mon bateau quand j'étais à la Barthelasse, alors je comprend que la CNR ou la ville le tombe à cet endroit très fréquenté aux beaux jours. Curieusement leur système racinaire n'est que peu développé en rapport de leur taille et de la quantité de sève qu'ils produisent, il faut dire que l'eau n'est pas loin.

  • Tombent-ils vieux seulement ou en tombe-t-il des jeunes ?
    Et sais-tu, Wilfrid, s'il s'agissait d'un peuplier noir ou blanc ?

  • Merci beaucoup Pat pour cet excellent lien qui raconte tant de choses à la mémoire de notre cher disparu !
    Dins Lou tresor dóu Felibrige, la piboulo es especificamen lou pibo negro.

  • Ma foi c'est quoi un peuplier noir? ceux qui poussent plus en pointes? Sur la Barthelasse c'est donc des blancs d'après ton blog, mais ce sont les seuls que je connaisse au bord du Rhône, pour ce que j'en connais, et ce sont des piboules qui ont donné leur nom à l'ïle de la Piboulette au niveau de Caderousse, je crois qu'il faut laisser les mouches tranquilles :-) et profiter de leur floraison.

  • J'ai oublié ils tombent à un certain âge... pas tout jeune bien sur, pas pas forcément les plus vieux, sans doute un problème d’implantation et de développement racinaire contrarié, je pense.

Écrire un commentaire

Optionnel