Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avignonnaise

  • Margarido Dumas

    Marguerite Dumas

    3012082562.jpg

    Claude FIRMIN
    Avignon °1864 - †1944
    Portrait de Marguerite Dumas
    Avignon °05.06.1889 - †25.01.1931

    Lien permanent 6 commentaires Pin it!
  • Renée

    3337957938.jpg

    867920222.jpg

    Renée Augusta Marcelle REYNAUD
    (Avignon 27/11/1926 - Avignon 30/12/1996)
    Photo Julien Charlon ▲

    Liste des publications :
    http://biblio.shmesp.fr/index.php?q=auteur:(Marcelle-Ren%C3%A9e+Reynaud)

    À la bibliothèque Ceccano :
    https://ssbib.bm.avignon.fr/in/faces/details.xhtml?id=p%3A%3Ausmarcdef_0000204740

    Lire "Le temps des princes" :
    https://books.openedition.org/pul/18802

    Lire "Itinéraire de Louis II d'Anjou-Provence" :
    http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2004-54-215_05.pdf

    Lire les souvenirs de Robert Garcia :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2018/01/14/renee.html

    Lien permanent 6 commentaires Pin it!
  • 1973 au tèms di Rountoundo 7/7

    1973 au temps des Rotondes 7/7
    1973 at Rotondes' time 7/7

    1793275570.jpg 3432267014.jpg 4252772251.jpg
    2940471356.jpg 154338184.jpg
    953882901.jpg 2662077089.jpg 1759797832.jpg

    1973. Source Chemins de fer en Vaucluse.

    Lien permanent 1 commentaire Pin it!
  • Viviane Jonin

    3929040315.jpg 224882475.jpg

    Viviane Marie Catherine JONIN
    née le 5 juin 1945 à Le Coteau (42)
    décédée le 27 novembre 2010
    à Aix-en-Provence (13)

    Ancienne professeure aux Beaux-Arts d’Avignon, elle souffrait d’une névrose d’accumulation compulsive, parcourant de jour comme de nuit les rues d’Avignon pour y ramasser ses trésors...

    Film : Adieu Viviane réalisé par
    Florine Clap
    . 2008 - 8'15".

    2732022469.png

    « J’ai été élève de Viviane Jonin pendant environ 5 ans en cours libres à l’école d’art d’Avignon (années 1985 à 90 environ). J’ai un très bon souvenir d’elle. Ses cours de "couleurs et compositions" étaient très habiles et passionnants. Ma production de céramique dont j’étudiais la technique à la même époque, en a d’abord bénéficié. Puis c’est tous les aspects de ma vie qui se dénouent au fil du temps grâce à ce fonctionnement. Elle était particulièrement créative dans sa façon de se vêtir et dans ses harmonies de couleurs. Je n’ai connu, de son œuvre, que les petits formats multicolores qu’elle exécutait avec des feutres. » Myriam Peignon

    Merci à Florine Clap pour la reproduction du dessin.
    L'affiche est aux archives municipales sous la cote 36Fi417.

    Lien permanent 6 commentaires Pin it!
  • L'oustau de Zani

    La maison de Zani
    Zani's house

    2150341372.jpg

    En l'honneur de Jenny Manivet chantée par T. Aubanel sous le nom de Zani les félibres d'Avignon ont mis cette plaque sur sa maison
    1961 _ Centenaire de la Grenade

    In honor of Jenny Manivet sung by T. Aubanel under the name of Zani the felibres of Avignon put this plate on his house
    1961 _ Centenary of the Grenada
    1910649949.jpg
    568151808.jpg

    « Elle s'appelait Jenny Manivet. Elle s'appelle depuis Zani, et elle vit pour l'éternité humaine dans la Grenade entr'ouverte du poëte... »

    Léo Larguier  

     

    1850
    Théodore Aubanel a un coup de foudre pour une cousine des Giera, Mademoiselle Jenny Manivet, dans une de ces réunions où naîtra le Félibrige, au château de Font-Segugne, à Châteauneuf-de-Gadagne. C'est une jeune fille mince, pâle et brune, connue pour sa beauté. On est un dimanche. Elle lui inspirera ses plus belles œuvres. Elle porte une robe grenat. Le symbole de son amour sera une grenade.
    1854
    Après de chastes amours, cédant à l'appel de Dieu, Zani part en Orient avec les Filles de la Charité pour se consacrer aux pauvres. Aubanel s'incline. La blessure ne guérit jamais.
    1860
    Aubanel publie La Mióugrano entreduberto (La Grenade entr'ouverte) où il chante son amour pour Zani. L'ouvrage qui reçoit un accueil enthousiaste du monde littéraire est mis à l'index par les catholiques, mettant en danger l'imprimerie familiale. Il paraît que Joseph Roumanille le dénonça à l'archevêque comme auteur de livres pernicieux.
    Le poète brûla ses vers.

    Lien permanent 7 commentaires Pin it!