Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Uno troumpo à Sant'Ano

Une trompe à Ste-Anne
A horn at Ste-Anne

582361774.jpg

Commentaires

  • T’as ouvert l’œil et le bon !
    J’ai hâte d’en apprendre davantage.

  • Je ne vois pas trop ce que c'est mais j'ai bien aimé tes précédents publications.
    Pas mal les feux tricolores !
    Belle journée !

  • Il faudra remarquer qu'à l'emplacement de cette trompe, mais à l'extérieur, de l'autre côté du rempart, se trouvent des vannes. Cette trompe se trouve donc directement au-dessus d'une sorgue, la "sorguette branche nord" dont nous avons parlé ici :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2019/03/10/carriero-de-la-fourest-6134770.html
    Il s'agit très certainement d'un soutènement du rempart.
    On remarquera également que le plan d'irrigation de 1926 situe le passage de la sorguette à l'emplacement actuel de la poterne Banasterie, alors qu'elle passe plusieurs mètre plus à l'ouest, dans l'enceinte de l'ancienne prison :
    http://archives.avignon.fr/4DCGI/Web_DFPict/034/53Fi551/ILUMP20354
    ou plus léger :
    http://avignon.hautetfort.com/media/00/02/3632357052.jpg

  • Une trompe aux allures d'entonnoir... pour évacuer des déchets dans le Rhône via la Sorguette ?

  • Comme je l'écris ci-dessus "Il s'agit très certainement d'un soutènement du rempart."
    En effet, au-dessus de l'eau, le sol est faible...
    Cette trompe est hors-sol, fermée, ne débouchant sur rien.

  • Le positionnement de cette trompe m’interpelle quelque peu, tout autant que sa forme très « montante » saut erreur due à la perspective -ce ne semble pas être un demi-cône stricto sensu, mais plutôt un demi cône elliptique.

    Je ne pense pas qu’elle soit en lien avec le conduit souterrain dont la vanne se voit de l’autre côté du rempart, car elle semble se situer à la base du retour du mur contre le rocher, alors que la vanne est nettement plus à l’est de ce rocher. On vérifie au passage la relative fausseté des plans des « irrigations » souterraines, fausseté que nous avions déjà détectée à propos de la rue de la Forêt.

    Peut-être s’agit-il d’un simple ouvrage d’évitement du rempart, puisque selon toute apparence, l’administration pénitentiaire n’a pas été autorisée à s’appuyer sur les murailles (classées) de la ville pour surélever son mur d’enceinte, mais a été obligée de s’aligner parallèlement à celles-ci, avec une base posée sur le contre-mur des remparts. Pour mémoire, ce contre-mur n’est pas MH, mais P&C (Ponts et chaussées…).

    Pour en savoir un peu plus, il faudrait avoir une vue plus précise et rapprochée de ce qui se trouve sous cette trompe… J’ignore d’ailleurs si le service archéologique a prévu une campagne de sondages dans les sols de ce chantier.

  • Il me semble bien, Alain, que des campagnes de sondage ont déjà été réalisées en 2010 ou 2011, lors du projet d'hôtel Marriott.

    Sur ma photo mise en lien de la photo de la trompe :
    http://avignon.hautetfort.com/media/00/01/1553845378.jpg
    on voit très bien que cette trompe est exactement à la verticale du décrochement du rempart.
    Sur cette vue de Google :
    https://www.google.fr/maps/place/Avignon/@43.9535663,4.8094895,51a,35y,180h,45.07t/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x12b5eb8739bc9d07:0xe6429b6efa1d7b36!8m2!3d43.949317!4d4.805528
    on voit très bien que la vanne est exactement à la verticale du décrochement du rempart.

  • Désolé, je ne vois pas la même chose que toi...

    Le mur intérieur n'a rien à voir avec le rempart, il est construit "contre" mais pas au dessus.

    Et le retour à 45° de ce mur intérieur, retour porté par la trompe, apparait clairement, même sur la vue Gogol, à l'extrémité ouest, contre le Rocher. donc loin de la vanne...

    De toutes façons, la chronologie - grossière et sans dates - de l'ensemble doit être à peu de choses près :
    1) Le canal souterrain, correspondant aux douves de l'enceinte du XIII° siècle
    2) Le rempart XIV°, peut-être réparé maintes fois jusqu'au Second Empire....
    3) Le contre-mur intérieur, élevé par les P&C après la catastrophique inondation de 1856
    4) L'enceinte surélevée de la prison, qui s'appuie sur le 3).

    Si le canal avait été pour cette étape 4 une contrainte, il n'y a aucune raison qu'il ne l'ait pas été pour l'étape précédente.... or la trompe appartient très visiblement à cette seule étape 4..

    Evidemment (je me répète) , l'idéal serait un cliché du corps du délit pris de très près...

  • Dans mon hypothèse de départ, le mur d'enceinte doublant le rempart vient d'être détruit.
    Nous ne voyons plus aujourd'hui que le rempart.
    Le mur d'enceinte serait donc encore là et il porte un contrefort intérieur identique à celui du rempart de la rue du Rempart-de-la-Ligne, ce contrefort étant contemporain ou postérieur à la construction du mur d'enceinte.

  • Le mur d'enceinte serait construit SUR le "contre-mur" (que j'appelle le "contrefort") ?

  • Sans vouloir "faire de la lèche" et abonder dans le sens de l'Autorité (oui, Alain, c'est vous...), je crois, Michel, que tu te trompes : on voit bien, au contraire, sur Gougoule que les vannes sont au niveau de la deuxième fenêtre en partant de la droite, donc bien à l'est de la jonction entre le rempart et le rocher, endroit où est construite la trompe.
    Et juste pour rappel : http://avignon.hautetfort.com/archive/2012/04/20/dous-cent-an-apres-carriero-dou-barri-de-la-ligno.html (où aucun passage de sorguette n'est visible non plus).

  • Bon, l'Autorité n'a pas besoin de moi pour se défendre...
    Mais pourquoi s'être em.......é à construire une trompe au lieu de faire un simple angle droit ?

  • Pourquoi, en effet... En voilà une question qu'elle est bonne !

  • Oui, Michel, le mur d'enceinte est construit SUR le contre-mur interne des Ponts et Chaussées. Il suffit de regarder ce qui en dépasse, sur ton cliché, avec ce qui dépasse du rempart côté poterne.

    Ceci étant, oui, cette trompe est sans tambour ni trompette, mais néanmoins fort trompeuse !!! et en effet, la question reste : pourquoi ? ......

    Et merci à Frédéric de m'affubler d'un surnom fort peu mérité... mais qui me fait rougir...

Écrire un commentaire

Optionnel