Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ipoutèsi pèr un blasoun

Hypothèse pour un blason
Hypothesis for a blazon
Hypothese für ein Wappen

2487369199.jpg

Blason au 5 rue Notre-Dame-des-7-Douleurs.

Hypothèse :
Écartelé : au 1 et 4 d'azur au chevron d'or accompagné de trois coquilles du même  ;
C'est le blason de la famille Magnin (de Gaste ou de Montroux).
au 2 et 3 contre-écartelé de gueules à une roue ouverte de huit rayons d'argent, et d'or à une tête d'aigle arrachée de sable ;
C'est le blason de la famille de Nostredame.
de... au... [lion ?] brochant sur le tout.

Commentaires

  • Intéressant... pour ma part, j'ai une autre piste liée au fait que les coquille ne sont pas des coquilles...

  • J'ai longtemps cherché avant d'accepter de finir sur la coquille ; qui n'est pas incohérente.
    Les rayons de la roue brisée ne sont pas incohérents non plus.
    Ce qui m'a amusé, c'est de trouver le blason de Nostredame rue Notre-Dame...

  • Ce ne sont quand même pas des mouchetures d'hermine... ?

  • vous laisse discuter (j'aime l'aigle mais à part ça aucune idée... un léopard ?)

  • De prime abord, les coquilles me font davantage penser à des abeilles, mais je peux me tromper :-)

  • Je ne suis pas arrivé à admettre des abeilles.

  • 0 H 33, on dort... Je vous ferai part de mes élucubrations détaillées demain matin...

  • Je ne connais pas grand chose en blasons, mais je ne trouve pas que les coquilles ressemblent à des coquilles ; elles ne sont pas très "déployées" latéralement. Ton idée d'hermine me paraît plus visuellement convaincante.
    Pour la bébête brochant sur tout ce fatras, je propose le cochon d'Inde.

  • Certes on en mange et re-mange, mais c'est tellement bon qu'on en redemande...

  • Pour en venir au sujet du jour (et de la nuit…), voilà le fruit de mes réflexions, étant précisé d’abord que ces armoiries fièrement arborées par un immeuble proche de mon domicile, me titillent depuis longtemps !

    Et avant tout, un grand merci à Michel qui m’a mis sur la voie en identifiant correctement les armes en 2 et 3 de ce blason écartelé. Pour ma part, je n’arrivais pas à comprendre ce que pouvaient être ces motifs circulaires où je m’obstinais à voir des drapeaux – désorienté sans doute par la lecture d’une nouvelle d’Arthur Conan Doyle qui mêle cryptographie et stéganographie, « Les hommes dansants ».

    Bon, bref, une fois compris qu’il s’agit de roues et que c’est le blason des Nostredame (Nostradamus), reste le blason en 1 et 4…. A mon sens, point de coquille St Jacques, bien trop mesquines, ni d’abeilles à qui il manque… la taille de guêpe : le sculpteur a représenté des pattes d’ours (tournées vers le bas, alors que les pattes de lion sont dressées).

    Et la famille dont les armes se lisent « d'or au chevron d'azur accompagné de 3 pattes de… posées 2 et 1 » est celle de Joannis. Qui ne fait rien pour nous simplifier la vie, certes, puisque pour les pattes certains auteurs donnent « de lion » - c’est ainsi qu’elles sont sculptées à Notre-Dame des Doms – mais d’autres disent « d’ours » (notamment le « Nobiliaire universel » de Saint-Allais).

    Il s’agit donc des armoiries de la famille de Joannis, dans une génération proche de l’alliance avec les Nostredame.
    Les diverses notices généalogiques donnent un Pierre de Joannis, fils de Raymond (+1498), qui épouse en 1500 dame Marguerite de Nostradamus, cousine du mage de Salon. De ce mariage fut issu entre autres Georges de Joannis, devenu par la suite seigneur de Nochère et de Châteaublanc, dont on a fait l’aïeul de l’infortunée Diane de Joannis de Châteaublanc, marquise de Ganges. Je dois avouer que je n’ai encore pas vu un arbre généalogique totalement convainquant sur ce sujet… Néanmoins, les auteurs semblent s’accorder (ou alors ils se recopient tous les uns les autres) pour affirmer que le grand-père de Diane, Melchior-Jacques de Joannis, contracta mariage avec une autre Nostredame prénommée Thomine. Ceci « aux alentours » de 1580/1590, si l’on considère que sa petite-fille Diane est née en 1635.

    Nous sommes donc très probablement en présence d’un vestige de monument funéraire, soit de Pierre de Joannis au début du XVIème s., soit de Melchior-Jacques de Joannis plus tard. L’aspect général des armoiries me ferait pencher pour cette seconde hypothèse.

    Reste à savoir d’où vient cette sculpture… L’immeuble qui la présente en façade est moderne, ayant été construit si l’on en croit les sempiternelles photos aériennes, entre 1961 et 1964. Construit en partie sur les derniers vestiges du couvent des Augustins Réformés qui occupait tout l’ilot entre les rues « des Allemans » (Louis Pasteur) et Notre-Dame des Sept Douleurs. Il est donc probable qu’elle provienne de ce couvent fermé par la Révolution et racheté dans sa plus grande partie par les Frères des Ecoles Chrétiennes.

    Le juge de paix pour cette dernière hypothèse pourrait être le manuscrit de de Véras, s’il s’est occupé des épitaphes de ce couvent…

  • Ah merci Alain d'avoir trouvé le lien familial avec les Nostredame.
    Joannis est convaincant.
    Il nous reste le blason sur le tout.

  • Je lis dans Ouiouipédia à propos de Nostradamus :
    « Nostredame part très jeune en Avignon pour y obtenir son diplôme de bachelier des arts à l'université d'Avignon. Il loge alors chez sa tante Marguerite, mariée à un certain Pierre Joannis, teinturier... »

    Chez Jean Gallian on trouve le blason des Nostredame sur la page Joannis.
    http://jean.gallian.free.fr/comm2/Images/genealog/joannis/p1a.pdf
    Les deux fils d'Amalthée de Giovanni, Pierre de Joannis et Louis y sont mariés chacun avec une Nostredame : Pierre avec Marguerite et Louis avec Catherine.
    Mais surtout, un des fils de Pierre et Marguerite, Honoré, porte blason d'or au lion de sable.
    Que je verrais bien au centre de nos armoiries en question.
    Et que l'on retrouve par la suite chez les Joannis :
    http://jean.gallian.free.fr/comm2/Images/genealog/joannis/p4a.pdf
    http://jean.gallian.free.fr/comm2/Images/genealog/joannis/p4b.pdf

  • Quant au blason aux pattes d'ours, il est donné pour Louise de Julien de Bédarrides, épouse de Pierre de Joannis de Verclos en 1627.

    Seraient-ce alors les armoiries de Pierre de Joannis, chevalier et viguier d'Avignon en 1660 ?
    Mais pas de lien direct Nostredame / Julien...

  • Eh oui Alain, je ne cherchais pas Joannis de Verclos !
    La recherche sur l'image a des lacunes...

  • Oui, le blason d'Honoré brochant sur le tout me semble bien convenir.

    Et ce matin, une petite promenade m'a permis de prendre un cliché de détail : il y a bien une griffe sous chaque doigt des papattes, confirmant l'identification :
    https://imagizer.imageshack.com/img924/2593/ZvI6W9.jpg

    C'est à partir d'Honoré, justement, que divergent deux branches de la famille, l'une issue de son fils Jean-Pierre, dont la descendance deviendra seigneur de Verclos, l'autre issue de son autre fils Georges, seigneur de Nochère et Châteaublanc, ancêtre de Diane avec qui la branche s'éteindra.

    Jean Gallian dit hésiter sur le lien entre Georges et Melchior de Joannis, le grand-père de Diane qui épousa Thomine de Nostredame, supposant sans certitude qu'il soient frères. Mais dans ce cas Melchior serait un troisième fils d'Honoré, alors que Saint-Allais n'en signale que deux.

    De plus, comme je dis plus haut, le fait que Melchior soit le grand-père de Diane, née en 1635, place raisonnablement sa naissance dans le dernier quart du XVIème siècle. Est-il envisageable qu'Honoré, marié en 1523, soit son père ? Il est plus probable que s'insère une génération entre les deux, et que Melchior soit le petit-fils d'Honoré.

    Par contre je ne comprend pas ce que tu entends par "lien direct Nostredame / Julien "? Les armes donnés par Gallian pour les Jullien de Bédarrides sont avec des pattes de lion, mais il semble qu'il n'ait pas intégré Louise dans la généalogie... S'agit-il de la même famille ?

  • Je n'avais pas vu Charles Julien de Joannis, mais Julien ici me semble un prénom.
    Le seul JULIEN patronyme de l'arbre est celui de Louise, non ?

    Je ne comprends pas l'assemblage des trois blasons...

  • Gramaci Alain, pour les pattes d'ours.
    Serait-ce par maladresse que le sculpteur a représenté les pattes d'ours pourvues de trois griffes (au lieu de quatre) et les roues brisées de huit rayons, par des roues de six rayons désorientés...

  • La disparition des riches ?

  • "La disparition des riches ? " non, bien sûr !
    Mais les guerres meurtrières et les catastrophes naturelles, ça fait un peu peur... d'autant plus que le processus est déjà à l’œuvre.

  • Le propre des Centuries est qu'elles sont tellement hermétiques qu'on peut leur faire dire - et vérifier à postériori - à peu près tout et n'importe quoi. Il suffit d'ailleurs de considérer la bibliographie relative au sujet pour avoir le vertige...

    Ceci étant, il y a des guerres meurtrières depuis que l'homme est homme, et des catastrophes naturelles depuis que la nature est nature !

  • Honoré de JOANNIS sur le tout.
    Sa mère Marguerite de NOSTREDAME au 2 et 3 de l'écartelé.
    Mais je n'ai pas de nom avéré pour le blason au 1 et 4.

    Le blason d'or au chevron d'azur accompagné de trois pattes d'ours posées 2 et 1 est le blason de Nicolas HUMBERT et Humbert de LAYVILLÈRE. (Serait-ce le même ?)

  • En dehors du sujet principal de ce billet, les armoiries transférées sur la façade du 5 rue Notre-Dame-des-7-Douleurs, le sujet annexe, les liens entre la généalogie des Nostredame et celle des Joannis, m'a incitée à m'intéresser aux ascendants de Nostradamus.
    J'ai ainsi découvert que non seulement le père, mais aussi le grand-père, de Michel de Nostredame, sont avignonnais de naissance :
    https://gw.geneanet.org/wailly?lang=fr&p=pierre+alias+guy+gassonet&n=de+nostredame

  • Selon cet arbre, il y a trois noms d'époux pour Catherine de NOSTREDAME :
    Trophime AYCARDI, Louis de JOANNIS, Trophime MARIE.
    Les deux Trophime n'en font peut-être qu'un seul...

  • Oh pétain de pétain de pétain de sort, là c'est mal parti, nostradamus, rien que ça, et les extra-terrestres ils arrivent quand exactement? A moins qu'ils soient déjà parmi-nous, vé le petits doigts de vos voisins, bon si ça vous fait plaisir le Michel il était d'Avignon, et pas de Salon, con, sinon si vous avez les prédictions pour l'année qui vient je veux bien, qu'on rigole, au moins cela.

Écrire un commentaire

Optionnel