Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avignoun d'aiours 13 : lou mistèri de Madamisello Avignoun

Avignon d'ailleurs 13 : le mystère de Mademoiselle Avignon
Avignon from somewhere else 13 : the mystery of Mademoiselle Avignon

3176918405.jpgDISPARITION MYSTÉRIEUSE

La police a ouvert une enquête au sujet de la disparition, encore inexpliquée, d'une jeune fille de vingt-deux ans, Mlle Avignon, née à Fourchambault.
Depuis peu à Paris, elle servit comme femme de chambre au 14 de la rue de Longchamp, puis au 3 de l'avenue Malakoff. Là, elle fut prise d'une maladie qui l'obligea à entrer à l'hôpital Beaujon où elle fit la connaissance d'une femme connue sous le nom de Caroline et disant habiter, 7, faubourg Saint-Honoré, mais en réalité inconnue à cette adresse.
Elles sortirent ensemble de l'hôpital il y a une semaine environ, et depuis, l'on ne sait ce qu'elles sont devenues. Mais voici où le mystère apparaît : Hier, vers sept heures, les employés de l'octroi de la porte de Châtillon trouvèrent dans le fossé des fortifications une malle dont la serrure avait été enlevée ; la malle contenait les vêtements de Mlle Avignon. Dans une poche des habits, on découvrit un livret de la Société française des serviteurs et employés, n°473, portant son nom et son adresse.
À Fourchambault, son pays natal, on ne sait ce qu'elle est devenue.
A-t-elle été victime d'un guet-apens ?
Les indices recueillis jusqu'à présent sembleraient confirmer cette hypothèse.

Le XIXe siècle n°8020 du samedi 30 décembre 1893.

"Melle Avignon". Photo Paul Nadar. Source BNF ark:/12148/btv1b10336347d.

N.B. : Je n'ai pas trouvé de rapport entre la photo et l'article.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • si c'est Mademoiselle Avignon elle avait eu les moyens d'une tenue assez élégante

  • La photo représenterait alors Marguerite Avignon, rosière de 1920.
    Je trouve que la photo colle bien avec l'image d'une rosière !

    La photo n'est pas de Gaspard-Félix Tournachon (qui signait juste "Nadar").
    Ni sans doute de son demi-frère Adrien Tournachon ("Nadar Jeune"), mort en 1903.
    Elle est de son fils, Paul Tournachon, mort en 1939.

    La détective des Yvelines a encore frappé !
    Cela va mériter une seconde publication...

Écrire un commentaire

Optionnel