Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avignoun d'aiours 13 bis : Madamisello Avignoun (suito)

Avignon d'ailleurs 13 bis : Mademoiselle Avignon (suite)
Avignon from somewhere else 13 bis : Mademoiselle Avignon (continued)

3176918405.jpg———  RENNES  ———
LA ROSIÈRE DE 1920

Ainsi que nous l'avions annoncé, hier a eu lieu à la Mairie la remise de la dot du legs Provost à Mlle Marguerite Avignon, rosière de 1920.
Selon un usage établi par le légataire une 'messe fut célébrée à 9 heures à l'église Notre-Dame. Cet office fut rehaussé par une brillante audition musicale donnée sous la direction de M. Collin.
Mlle Marguerite Avignon fut conduite, aussitôt après cette messe, à l'Hôtel de Ville, et là dans la salle des mariages, devant une assistance nombreuse et choisie, M. Janvier, maire, qui avait tenu à présider lui-même cette touchante cérémonie, remit la dot augmentée d'un don du Conseil municipal à la jeune rosière.
M. Janvier prononça une courte allocution. Il fit l'éloge de cette jeune fille qui recevait aujourd'hui la juste récompense de son dévouement et de son abnégation. Il s'excusa de ne pouvoir donner plus d'éclat à cette fête par suite de la mort récente de M. Le Chartier. exécuteur testamentaire de M. Provost.
Après cette cérémonie, Mlle Marguerite Avignon, accompagnée de son père, de sa tante, de ses frères et sœurs, alla déposer une couronne sur la tombe de son bienfaiteur.

L'Ouest-Éclair n°7.216 du 19 juillet 1920.

"Melle Avignon". Photo Paul Nadar. Source BNF ark:/12148/btv1b10336347d.

N.B. : Merci à Tilia. (Toujours pas de rapport à priori entre la photo et l'article...)

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • moi je m'obstine à penser qu'elle méritait une parure (bon ça fait pas très réception officielle à l'église puis la mairie peut-être

  • La photo signée Nadar (1820-1910) ne peut pas représenter la rosière 1920 de Rennes.
    Le mystère reste entier...

  • Éric voit juste, Tilia.
    Je reprends une partie de la réponse que j'ai faite à ton commentaire d'hier :
    « La photo n'est pas de Gaspard-Félix Tournachon (qui signait juste "Nadar").
       Ni sans doute de son demi-frère Adrien Tournachon ("Nadar Jeune"), mort en 1903.
       Elle est de son fils, Paul Tournachon, mort en 1939. »

  • Bonjour Tilia, Paul Nadar le fils du célébré Nadar, lui aussi photographe autorisé par son père à utiliser le nom Nadar, est mort en 1939 ceci explique peut être cela.

Écrire un commentaire

Optionnel