Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quau siéu ? Ounte siéu ?

Qui suis-je ? Où suis-je ?
Who am I ? Where am I ?

2534828526.jpg

Lien permanent 15 commentaires

Commentaires

  • Les armes d'un cardinal ou vice-légat (pampres sur les côtés), et en dessous une date qui doit être 17xx.

    Un bout de rocher à droite, on est dans les murs de la ville ? (ou juste en dehors...).

    Ou au pied du Petit Palais (1777, date de réédification de la Salle des Docteurs).

  • Quant à savoir si les injures faites à la pierre sont dues au temps, ou à la main (malintentionnée) de l'homme, il ne faut pas trop m'en demander :-)

  • Je ne sais pas qui est le plus fou...
    (dans le bon sens du terme)

    Même avec le lien google maps, je ne suis pas certain de trouver la pierre pour de vrai ;-)

  • Le lien de Tilia s'est croisé avec mon message, qui est donc un petit peu "à côté".

    Ce sont vraisemblablement les armes de François de Manzi, archevêque d'Avignon de 1756 à 1774, apposées lorsque l'on a "bouché" l'énorme cavité creusée par l'effondrement de la tour de Julien de la Rovere (1769).

    La reprise du voûtement (et du mur Nord en talus) de la salle des Docteurs au Petit Palais est légèrement postérieure, mais les désordres étaient causés directement par cet effondrement.

    Les armes des Manzi sont écartelées, avec 1-4 "d'argent à la bande d'azur..." qui correspond au tracé diagonal que l'on lit encore en haut à gauche du blason bûché.

    Pour mémoire, on avait découvert au début des années 1980, lors de fouilles contemporaines de l'achèvement du parking du Palais, la base de cette tour (plus exactement la demi-base, la construction possédant l'étrange caractéristique d'être fondée pour moitié dans le sol, pour moitié sur le rocher sis une dizaine de mètres plus haut...) et les vestiges de son escalier à vis desservant les étages par l'intérieur - la tour était extérieurement parfaitement cylindrique. Ces vestiges ont été recouverts récemment par l'engazonnement du pied du rocher.

    En 1742, des architectes (dont Jean-Baptiste Franque) avaient visité la tour qui donnait des inquiétudes, et ils avaient conclu que la faiblesse du rocher en ce lieu et les fondations hétérogènes étaient à l'origine des désordres constatés. L'ensemble s'est effondré spontanément 25 ans plus tard.

  • 1742 + 25 = 1767, qui est la bonne date, et non pas 1769 comme je l'ai écrit en haut de mon message... Mea culpa...

    Par contre, la date gravée en dessous reste difficilement déchiffrable, Ok pour 1, 7, et puis... un 6 ? après, 8 peut-être...

  • Michel > intuition et coup de chance, voilà ce qui fait que j'ai trouvé dans un temps record.
    Vu l'allure du blason et le morceau de rocher à côté, j'ai immédiatement pensé aux environs du Petit Palais, voilà pour l'intuition.
    Et coup de chance, car si le blason se trouvait dans un endroit où la google-car n'est pas passée, je n'aurais pas pu l’apercevoir.

    Si j'ai bien compris les informations données par Alain Breton, ce blason se trouvait en étage dans la tour de Rovere, ce qui explique qu'il soit actuellement si haut perché. Chose qui m'a bien étonnée quand je l'ai découvert dans google-maps !

    Par contre, je ne comprends pas pourquoi il est autant abimé.
    Des révolutionnaires auraient-ils utilisé une échelle pour aller le marteler ??

  • Tilia, le blason n'était pas dans la tour, il marque simplement les réparations du mur du jardin de l'archevêché, sérieusement éventré par la chute de la tour. A l'époque de ces travaux, François de Manzi cumulait les charges d'archevêque de la ville d'Avignon et de vice-légat. C'était une habitude qu'avaient ces prélats italiens de marquer de leurs blasons ou d'inscriptions à leur gloire, les endroits où leurs "bontés" avaient permis quelques réparations ou constructions. On la retrouve dans nombre d'endroits du Palais des Papes.

    Il n'est pas "abîmé", il a été bûché - c'est à dire volontairement massacré, probablement comme le dit Michel vers 1793, à une époque où tout ce qui rappelait le pouvoir était systématiquement rasé. Lire la fameuse lettre de Calvet, qui rappelle qu'à cette époque des maçons étaient payés à la journée pour détruire toutes les marques de la "féodalité".

  • Suis toujours admiratif de tout ce que sait AB qui nous apprend tant sur notre ville. Ce "bûchage" paraît de même nature et même époque que celui qui a vandalisé les cartouches des remparts ?

    PS: au sujet de la Maison d'Arlequin. C'est en fait l'expression notée par une copine qui participe régulièrement aux visites de Marc Maynègre dans le cadre de son association. Il faudrait donc interroger Marc pour en savoir un peu plus sur ces Teste et sur ce marchand de couleurs.

  • On trouve quantité de décrets de 1793 pour l'effacement des signes de royauté et de féodalité, mais peu concernant les signes religieux (les ecclésiastiques sont censés avoir prêté serment en 1790). Un blason (d'archevêque en l'occurrence) devait entrer dans la catégorie "féodalité" !

    Je rapprocherai aussi, pour ma part, ce martèlement de celui du fronton de St-Martial.

    Quant à Nadal, Lou, il occupait l'emplacement du Mas de la Santé :
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/01/11/setanto-an-apres-13-carriero-carnot.html
    Requiescat in pace.

Écrire un commentaire

Optionnel