Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou pont en 1607

Le pont en 1607
The bridge in 1607
Die Brücke im 1607

3998834505.jpg

Dessin du père Étienne Martellange
(détail, cliquer sur la photo).
Légende à la plume dans le dessin en bas à gauche :
Aspect d'Avignon route de Villeneuve et St-André 1608
Légende au crayon de la même main en bas à droite :
Prospective Villeneuve et St-André trans-rhodanienne en Avignon 24 septembre 1607
Se trouve à l'Ashmolean Museum d'Oxford (GB).
Merci Alain Breton !

Commentaires

  • il s'interrompait sur une des petites îles qui ont fait la Barthelasse ?

  • Beau clocher et belle église dans l'enceinte du fort Saint-André - Je ne connais que la petite chapelle et les jardins ...
    (Quand a t'elle disparu ???)

  • On voit le clocher, modifié par les Mauristes, sur le fameux tableau de Marlowe :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2020/06/28/l-autre-barco-a-traio-6248158.html

    Et encore sur le projet de pont de l'an 13 :
    https://imagizer.imageshack.com/img922/9675/ATpCNR.jpg

    Il a dût être abattu peu après - sur cette dernière image, les bâtiments claustraux de St André sont déjà en cours de démolition, comme le montre l'absence de toitures sur une partie d'entre eux. Le fait est confirmé par l'ingénieur Maurette, dans le rapport qu'il dressa à la même époque sur le pont St Bénézet.

  • Merci ..... Alain !
    Je n'avais pas songé à passer par les autres vues ou tableaux pour dater cette disparition.
    Merci pour cette réponse et aussi pour l'idée d'approche pour une datation.

  • On ne louera jamais assez la puissance évocatrice des dessins de Martellange, qui nous plongent 400 ans en arrière !

    Spécialement celui-ci - bien plus que son symétrique, i.e. la vue d'Avignon à partir des hauteurs villeneuvoises - et quelques autres qui ont été publiés sur ce site, et qu'on ne finit pas de découvrir et re découvrir.

  • Dominique Carru commente en ces termes cette image sur Facebook :
    « Ah, d'une part, petit problème chronologique, il était précoce en 1607/1608, pour produire avant sa naissance cette vue archi bidon. (voir d'autres anachronismes). Ensuite, les traces de ce merveilleux concepteur et architecte, Etienne Martellange sont déjà bien connus, merci. »
    « Merci encore de signaler les dessins conservés, mais publiés depuis cinquante ans (Images du Vieil Avignon), c'est pathétique ! »

  • Dominique Carru, le directeur du service archéologique départemental de Vaucluse ?..

    Étienne Martellange est bien né le 22 décembre 1569 : donc il avait 38 ans en 1607 !
    C'est à n'y rien comprendre,
    avec (en plus) une faute d'accord à "connus"
    et sans parler de ce ton haineux...

    S'agirait-il d'une usurpation d'identité de la part d'un troll ?...
    .

  • Non, c'est bien lui. Je le trouve souvent amer dans ses commentaires.

  • Amer, peut-être, mais là il dit n'importe quoi !
    et en plus avec une agressivité insupportable.
    Quelle mouche l'a donc piqué ?

  • Les vues de Martelange sont en effet très régulièrement utilisées pour illustrer le passé local.

    Un des premiers à publier ces dessins de façon extensive est Fernand Benoît, dans son "Avignon au double visage" (plusieurs éditions dans les années 1930 - la mienne est datée de la fin de la décennie). La vue du jour est reproduite page 135. Par contre elle ne figure pas dans l'ouvrage de Sylvain Gagnière et Jacky Granier "Images du vieil Avignon".

    Beaucoup de ces reproductions sont peu fidèles à l'original, avec souvent des contrastes très durs et un manque de précision lié à la faible taille d'impression - c'est le cas de l'édition de Fernand Benoit précitée. Je pense que cette vue du pont et du panorama de Villeneuve, que sa localisation outre-manche rend nettement moins accessible que le "gros " des dessins de l'architecte jésuite, conservé à la Bib. Nationale, n'a jamais été reproduite dans une aussi belle définition que cette fois-ci !

  • Concernant "Avignon au double visage", l'édition de 1932 est dans un format de 17,5 x 25 cm et celle de 1940 dans un format de 16 x 21 cm. Les deux ont le même nombre de pages mais le dessin de Martellange est page 132 dans l'édition de 1932 et page 135 dans l'édition de 1940, reproduit un peu plus grand dans cette dernière édition. On est effectivement très loin des reproductions faites de nos jours !

  • Dominique Carru commente à nouveau sur Facebook à propos de ce dessin :
    « Et pourtant, j'avais raison, connaissance culturelle et expérience sur un faux ! »
    O_o

Écrire un commentaire

Optionnel