Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carriero Flourènço

Rue Florence
Florence street
Florence Straße

887583499.jpg

1031409041.jpg

3865137243.jpg

2054740155.jpg

4071943026.jpg

— 1 —
Années 1920. 
Jules De Winter, électricien, 11 rue Florence.
Montage d'après 3 photos publiées par Philip Dimier.

— 2 —
Années 1930.
Wilfrid Philibert, cycles et accessoires, 13 rue Florence.
Montage d'après 2 photos publiées par Philip Dimier.

— 3 —
Années 1940.
Image d'un film à 00:49.

— 4 —
1982.
Montage d'après deux photos
d'Alexandre Melissinos et Sandra Lippenholtz.
AMA 113Fi 4403 et 4404.

— 5 —
2022.

Commentaires

  • dommage pour les vélos (bon on en trouve tout de même et heureusement des vieux donnés... pour les garçons)
    Changent beaucoup ces commerces et les bâtiments - pas facile de s'y retrouver

  • De Radio-Électricité à Dépannage de portables, on reste dans le domaine de la communication...
    L'immeuble de l'Hôtel de la Place Pie a disparu, mais le pavillon d'entrée de la maison en retrait (n° 13 ?) qui fut l'entrée de l'atelier service-après vente, a tenu bon.

  • Lors de la précédente réfection de la Place Pie, au sol était marqué avec des pierres plus foncées, l'emprise des bâtiments (démolis) et cela donnait un plan plus visuel du ghetto. Et (de mémoire) l'on voyait mieux où se situaient les accès à celui-ci. Mais je n'ai pas retrouvé le relevé que j'avais fait, mais qui doit bien exister quelque part. Tout ceci pour pouvoir situer les portails.....

  • Le ghetto (la Carrière) ne se trouvait pas du côté de la place Pie, mais entre la place Carnot et la rue Florence. Si un tracé particulier avait été matérialisé (façon ravelin du Palais...) du côté de la place Pie, ce ne pouvait être que celui de la Commanderie de St Jean le Vieux.

    Ceci étant, je n'ai aucun souvenir de cette mise en évidence... Cela remonte à quelle époque ? Avec une datation approximative, on a peut-être quelques chances de trouver une photo IGN qui en rende compte.

  • Oui, je me souviens que l'on m'avait confirmé que le sol dessinait l'emplacement de la commanderie. Je ne trouvais pas ça évident !

    Philippe Prévôt donne comme encadrement du ghetto les rues (en partant de la place Carnot) Fourbisseurs, Vieux-Sextier, Florence et Saunerie.

  • Je ne pose qu'une question à Mr Alain Breton ou était la sortie du ghetto Juif ? Perso je pense là ou il y a cette porte ?

  • On appelait cette porte vers Pignotte et Thiers le "Portelet de la Calandre".
    Pour ma part, je n'ai jamais lu de description précise de son emplacement.

  • Bonne question, MB² !!!!

    Il semble qu'à une certaine époque il y ait eu trois portes à la Carrière des Juifs, dites "porte d'en haut", "porte d'en bas" et "portalet de la Calandre". Mais ceci est contredit à l'époque moderne, où il semble que leur nombre ait été réduit à deux, tout comme dans les autres ghettos comtadins. Cf à ce sujet la supplique présentée en 1777 par les israélites carpentrassiens à Avignon, où ils voulaient créer une seconde Carrière vu l'étroitesse de la leur : ils demandaient à disposer d' "un même enclos totalement isolé qui n'ait que deux portes ou issues comme toutes les autres Carrières des Juifs dans cet Etat...".

    Une de ces deux issues était en effet vers la place Pie, au coin de la Commanderie St Jean le Vieux, dénommée porte de la Calandre comme le rappelle Michel.

    Mais où était l'autre ? Devant St Pierre, apparemment. Mais il faut bien voir que le quartier a été entièrement remodelé depuis la Révolution, et que le tracé de ces deux portes est totalement illisible de nos jours : l'aile occidentale de la Commanderie a "sauté" avec tout ce qui était autour, et côté place Carnot c'est encore pire - on trouve ici même quelques beaux clichés des ultimes phases de ces campagnes de travaux dans le dernier quart du XIXème siècle.

    Quant à l'arceau qui débouche sur la rue du Vieux Sextier, il est parfaitement moderne : le plan original de Franque pour les boucheries et poissonnerie montre un ensemble totalement "étanche" dont le seul et unique axe de circulation était la rue centrale (baptisée par la suite rue du Vieux-Sextier après s'être appelée rue Aquaviva, le Vice-Légat de l'époque). Cette étanchéité est parfaitement confirmée par le fameux plan d'Avignon "vers 1760". L'axe perpendiculaire qui forme deux porches (rue Bernheim-Lyon) est une création du XIXème siècle, sans doute contemporaine de la reconstruction de la synagogue (1846). Mais à cette époque la "carrière" des Juifs d'Avignon n'existait plus en tant que telle !

  • Fectivement, l'ouvrage de Ph. Prévôt indique clairement (pp 17/18) trois issues pour la Carrière, qui sont réduites au XVIIIème siècle à deux.

    Par contre l'emplacement exact desdites portes reste éminemment flou, et pour cause !

  • Il y a un emplacement qui semble être très clair  : celui de la rue Jacob.
    Et qui est logique puisqu'il aboutit à la synagogue.

  • Certes, mais où était la "porte" qui fermait la rue Jacob ? Certainement pas à l'entrée de cette rue, puisque l'immeuble du 1, rue Jacob a ses fenêtres à meneaux clairement tournées vers la rue Carnot - ce qui exclut qu'il ait été situé dans la Carrière - alors que l'escalier qui en dessert tous les niveaux est dans la ruelle (je le sais, j'y ai habité...). La porte du ghetto ne pouvait donc se trouver qu'un peu plus loin, vers le 1er tiers de la ruelle (peut-être au niveau du n° 3 ?) .

    Et rien ne dit que l'emplacement de l'actuelle synagogue soit celui d'origine... il semble que les travaux de 1846 aient quelque peu amplifié sa taille.

    En fait, il serait intéressant d'étudier de près la topographie exacte de la "Carrière", ce qui semble ne jamais avoir été fait, en dehors de notions basiques comme celles évoquées ici ou dans l'ouvrage de Prévôt.

  • Notre ami Marc Maygnegre nous la montre Place Jérusalem au virage de la petite rue qui va sur Carnot et l'angle du bâtiment neuf donc nous sommes bien au dos de cette porte actuelle ?

  • Merci MB² !! Donc en face du n° 3 rue Jacob comme je le dit plus haut ? Il faudrait reprendre les plans anciens d'Avignon.

    A ce sujet, je viens de localiser l'original du fameux plan "de 1760", je verrai si prochainement je peux en faire des clichés en HD.

Écrire un commentaire

Optionnel