Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ounte sian ? Quau siéu ?

Où sommes-nous ? Qui suis-je ?
Where are we ? Who am I ?
Wo sind wir ? Wer bin ich ?

1957206082.jpg

Commentaires

  • oui... encore une fois je ne sais pas (sur une façade très rongée)

  • Fardoise en avait parlé en 2010 (15 juillet).

  • bravo Tilla pour votre mémoire une fois encore

  • En fait de sculpture "rongée", il semble que la façade a été victime d'un ravalement dont cet ornement porte clairement les stigmates.

    Ceci étant, on ne comprend pas pour autant ce que peut bien signifier ce personnage fort curieux, et qui n'a pas l'air héraldique pour deux sous...

  • Ce personnage n'est pas vraiment héraldique au départ, mais manifestement il se blasonne.
    Qui plus est, à l'instar d'un meuble d'armoiries, il est bien défini.

  • Tilia, j'ai même trouvé une mauvaise photo de la pierre tombale, ainsi que des descriptions ce cette dernière.
    Ce qui a reporté ma visite à l'église de Montfavet.
    Le blason des Cohorn n'a rien à voir avec ce personnage brandissant un tronc..
    Et d'ailleurs la question qui restera en suspens est bien de savoir pourquoi un Cohorn a-t-il mis un tel personnage sur le blason du fronton de sa demeure au lieu du blason familial !

  • Bon, en y regardant de plus près je viens enfin de comprendre que ce que tient le personnage n'est pas un tronc,
    mais bel et bien un arbre entier (sans doute un sapin) déraciné...

  • À présent, je laisse la place aux plus qualifiés que moi pour lire ce blason en terme adéquats.
    J'ai seulement lu que "arraché" correspond à déraciné...

  • Me faites bien rire ! Je verrais plutôt dans cette devise tout aussi malmenée que la sculpture "FAIRE SANS DIRE" , le Sans étant illisible soit à cause de la perspective, soit à cause de l'abrasion....

    Enfin, du moins c'est ce que j'en dis.... Mais qu'y faire ?

  • Commentaires croisés une fois de plus, chère Tilia.

    J'ajoute au passage que la pierre tombale de Cohorn à Montfavet est un faux grossier. Les faits relatés ne se raccordent à rien de connu dans l'histoire de Suède, et les détails de l'inscription comme de l'armure sont aberrants. Cf Henry-Paul EYDOUX, "Monuments méconnus, Tome III (Provence 1re série), Perrin 1977, et en dernier lieu Hervé de CHRISTEN, L'énigme de la pierre tombale de Pierre de Cohorn..., Mémoires de l'Académie de Vaucluse, 2005, p. 63-80.

  • Cette dalle a manifestement été faite dans la première moitié du XVIIIe siècle, lors de la soi-disant découverte de la tombe de Pierre de Cohorn, afin de faire "renaître" cet aïeul vieux de 300 ans. Ce qui expliquerait que sa réalisation ne repose pas sur des éléments authentiques.

  • Oui. Il y a eu une enquête diligentée par l'Archevêque, qui trouvait sans doute la pilule assez difficile à avaler - d'autant que la "découverte" rocambolesque s'était faite dans l'ancien couvent de St Praxède à Montfavet - et concluait à un faux contemporain, fabriqué à Paris. Les enquêteurs avaient même découvert l'identité des transporteurs ! Document inédit...

Écrire un commentaire

Optionnel