Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ounte sian ? Quau siéu ?

Où sommes-nous ? Qui suis-je ?
Where are we ? Who am I ?
Wo sind wir ? Wer bin ich ?

3024985468.jpg

Commentaires

  • ne sais où vous êtes ni qui vous êtes, sais seulement que vous avez bien souffert

  • On dirait que ce chevron est accompagné de trois papegais.
    Des papes gais à-n-Avignon, ça devait bien exister ;-))

  • Non Tilia, rien à voir à priori avec le jeu du papegai, bien que notre sujet y ait peut-être joué...

    Je n'ai pas identifié exactement ces oiseaux. La description "officielle" du blason de cette personne donne "trois merlettes". Or, en héraldique la "merlette" est un petit oiseau sans bec ni pattes. Il n'est pas non plus dressé, mais "passant" (horizontal). Ce qui ne correspond pas du tout avec celui-ci dont on perçoit parfaitement le bec et les pattes griffues. Une éminente personnalité a en son temps décrit ces merlettes "becquées et membrées de gueules" ! (Je n'ai pas trouvé sa source.)

    Ce n'est donc pas un papegai, qui ressemble à un perroquet.

  • Pour ma part, je pensais à des corneilles.
    Je viens de voir que corbeaux, corneilles, choucas, chocards et craves sont souvent représentés avec bec et pattes rouges.

  • Ces merlettes me parlaient.
    Découronnées et redressées, donc... (merci aux tags : "blason" treizième page !)

  • Bien vu, Frédéric.
    Mais, chut... ne dit rien.

  • L'identification des armes n'est pas problématique, par contre leur emplacement ?

  • Aurais-tu, Alain, une identification certaine des oiseaux ?
    Je te l'échange contre la divulgation de l'emplacement !

  • Malet, Morenas et Gallian (d'après Pithon-Curt) disent trois merlettes... Malet ajoute "membrées de gueules", ce qui conforte ta remarque plu haut quant aux pattes rouges, mais l'ex-prior des Célestins les dessine "passantes" et non pas dressées. On les trouve "passantes" également sur le site de Jean Gallian, néanmoins ce dernier ignore les papattes colorées.

    En résumé, trois auteurs, trois lectures légèrement différentes mais un consensus pour la dénomination des merlettes.

    Quant à l'emplacement, je me contenterai d'abonder quant à ta citation de Mme de Genlis en haut de la page d'accueil !

  • Merci Alain — et hélas — de confirmer les doutes concernant les "merlettes".
    Je ne connais pas de description littérale très ancienne de ce blason.
    Je me réfère donc à la pierre authentique !
    Ce ne sont pas des merlettes, l'héraldique est claire à ce sujet.

    Ce blason se trouve sous le porche de la métropole Notre-Dame-des-Doms.
    Il ne date pas dudit personnage, mais de son fils ou de son neveu... je ne sais plus.

    P.S. : Laban BACOT (1776-1848), issu d'une famille de huguenots de Touraine enfuis vers l'Amérique sous Louis XIV et dont le père fut un héros de la guerre d'Indépendance des États-Unis, porta ce blason :
    https://www.wikitree.com/photo/jpg/Bacot-3

  • Le blason marquait l'entrée d'une chapelle des Cadard élevée au nord du porche de la Cathédrale. Si je me souviens bien, elle fut démolie lors des travaux du parvis en 1748. On voit encore les traces des formerets à l'extérieur, au pied du massif du clocher.

    Curieux "doublon" que celui du héros de la guerre d'indépendance. Par contre, son chevron est mal centré, la pointe devrait toucher le bord supérieur de l'écu.

    Pour en revenir à Avignon et à notre Métropole, le blason est sculpté sérieusement penché, ce qui fait qu'au final les merlettes se retrouvent quasi horizontales... donc ,"passantes" comme le veut la règle. Par contre, bien d'accord avec toi, les pattes et le bec sont en trop : la représentation canonique présente une tête parfaitement sphérique et des pattes réduites à des moignons sans griffes, l'équivalent du pilon.. Mystère, donc.

  • Mais où se trouve la plus ancienne représentation qui ait justifié les suivantes ?

  • Georges de Loye se disait convaincu que Nicolas Malet avait reproduit les blasons tels qu'il les avait sous les yeux, soit sculptés dans quelque décor du monument, soit portés sur les sceaux de chartes conservées dans les archives des Célestins. Ce qui est très logique ! Mais qui nous plonge dans une grande perplexité, car si le modèle de Malet est la chapelle des Cadard (disparue) construite en 1450 dans l'enclos des Célestins, contre la chapelle de Pierre de Luxembourg, il est assez exactement contemporain du décor de la porte percée dans le porche de Notre-Dame des Doms...

  • Les armes de Pierre Cadard, fils de Jean et constructeur de la chapelle de la cathédrale, telles qu'elles figurent sur le fameux retable peint en 1452 par Enguerrand Quarton pour la chapelle des Célestins (de nos jours au Musée Condé à Chantilly) :
    https://imagizer.imageshack.com/img924/7189/jy5SNV.jpg

    Bien que la reproduction soit en haute résolution, l'état actuel de la peinture ne permet pas une très grande lisibilité... mais il semble bien que les bestioles aient été figures dressées, et non pas passantes...

    Pour mémoire, le prix-fait de cette Vierge de Miséricorde a été publié il y a fort longtemps par le Chanoine Requin :
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k206208p/f179.item

  • Si quelqu'un de Chantilly ou proche a la possibilité d'aller photographier de près les blasons de Cadard et de son épouse Jeanne de Moulins sur la Vierge de Miséricorde d'Enguerrand Quarton du musée Condé, il nous rendra bien service.

Écrire un commentaire

Optionnel