Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou Bon Rèi Reinié

Le Bon Roi René
Good King René
Guter König René

1309185924.jpg
528014592.jpg Blason en l'église des Célestins sur la paroi sud de l'abside.
Photo Alain Breton. Merci !

Armoiries de 1453 à 1470 :
Coupé ; le chef tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d'argent de six [8] pièces qui est de Hongrie, en 2 d'azur semé de lys d'or et au lambel à 5 pendants de gueules qui est de Naples-Sicile, en 3 d'argent à la croix potencée d'or cantonnée de quatre croisettes du même qui est de Jérusalem ; la pointe parti d'azur semé de lys d'or et à la bordure de gueules qui est d'Anjou Valois, et d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bars adossés d'or qui est de Bar ; sur le tout d'or aux quatre pals de gueules qui est d'Aragon.
René 1er d'Anjou dit "Le Bon Roi René" (1409-1480).
2989077673.jpg
Portrait de René d'Anjou
par Nicolas Froment, 1474.
2604685405.jpg
Portrait de René d'Anjou
avec le blason de 1443 à 1453.
2773379596.jpg
Jean d'Anjou René d'Anjou
Le blason de Jean d'Anjou présente un lambel à cinq pendants dont les deux extrêmes brochent sur les grand quartiers. Alors que celui de René d'Anjou présente un lambel à trois pendants. La représentation qui en est faite aux Célestins paraît curieusement comme un intermédiaire.

Commentaires

  • suis nulle... ceci dit très contente que ce beau blason soit le sien

  • Quelle magnificence pour ce pendant au blason de Clément VII si sobre, voire austère.
    Grand merci à Alain Breton.

    Mais qu’en est-il des "Armoiries de René d'Anjou, roi de Naples et de Jérusalem (1409-1480) et de Jeanne de Laval 1433-1498 - Date de création/fabrication : 1478 - 1481 - Lieu de provenance : église des Célestins" conservées au Louvre ? :
    https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010089407

    Photo :
    https://collections.louvre.fr/media/cache/medium/0000000021/0000089407/0000267506_OG.JPG
    .

  • Il est au musée du Louvre. Pourquoi ?

  • Ce n'est pas le seul artefact venant de l'église des Célestins qui se trouve actuellement dans le musée d'une autre ville...

  • En fait je me demandais de quelle partie des Célestins il provient, mais j'ai trouvé la réponse à la fin de la page du musée du Louvre :
    "Exécuté pour le sousbassement du retable du Portement de croix de l'église des Célestins à Avignon, aujourd'hui à l'église Saint-Didier.
    Collection du peintre Pierre Révoil. Acquis dans sa collection en 1828".

  • Michel, si l'on s'en réfère à l'étude suivante (et notamment aux figurations de la page 109) :

    https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1908_num_52_2_72203

    ... nous sommes bien en présence de la quatrième et dernière version des armes du bon roi René - ce qui est cohérent avec la datation du retable achevé seulement après sa mort, et qui portait ses armes évidemment dans leur ultime forme. Forme que les stucateurs des Célestins au XVIIème siècle n'ont eu qu'à copier, puisqu'à cette époque l'oeuvre de Laurana était directement sous leurs yeux.

    Quant à la notice du Louvre, elle est fautive ! Le blason subsistant n'est pas celui du bon roi René d'Anjou ET de Jeanne de Laval son épouse, mais seulement celui de Jeanne de Laval qui, selon le principe bien connu des "armes d'alliance", est composé de celui de son mari à dextre et de celui de sa famille à senestre.

    Voir notamment ce compte-rendu :

    https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1982_num_1980_1_8823

    qui démontre que les vicissitudes du blason de René citées par le précédent article ont directement impacté celui de Jeanne de Laval, qui a suivi les mêmes tribulations.

    A noter pour finir que le rétable actuel, tel que remonté dans la 2ème chapelle sud de l'église Saint-Didier, est assez "bricolé" (c'est un euphémisme...).

    On trouve sur Persée encore une notice sur les modifications de ce retable des années 1480 à nos jours, par un étudiante suisse qui n'a pas su éviter quelques chausse-trappes, il est vrai sur le sujet mineur de la nature exacte de la chapelle Saint-Michel où le retable est déposé au XVIIème siècle. Le problème étant que si, comme nous sommes quelques uns à le penser, il s'agit non pas de la chapelle de Tous les Saints dite Saint-Michel au sud de la place des Corps-Saint, mais de la chapelle axiale de l'abside, le retable n'y rentre pas et il a du nécessairement être scié dès cette époque !

    Bref, ceci pour dire que la reconstitution actuelle redouble les armes de René à droite et à gauche du soubassement du monument, alors qu'à l'origine on y trouvait à gauche les armes du roi, à droite celles de sa royale épouse.

  • Moui... l'article Wikipédia en cause est tout de même assez peu documenté, et bien truffé d'erreurs - par exemple, le remplacement dans les armes de France d'un semis de fleurs de lys par les 3 bien connues, date non pas du XVème siècle, mais de 1376 (sous Charles V).

    A mon sens, le 5ème blason présenté par ledit article est des plus suspects...

    Et pour finir, il faut insister sur la commande du retable à Laurana : elle a lieu en 1478, si la notice Wikipédia était exacte, ce seraient les très fantaisistes armes du 5ème type qui y figureraient... Or ce sont celles du 4ème type que l'on y voit /voyait. Ce qui est bien l'illustration du fait que ce sont elles les ultimes armes du bon roi René.

  • Un passe Chez Tilia me fait découvrir un très bon blogue...
    Les textes en occitan me ravissent..
    Très bon weekend...

Écrire un commentaire

Optionnel