Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt-quarant'an après plaço dóu Pourtau-Mataron

Cent-quarante ans après place du Portail-Matheron
One hundred and forty years after Portail-Matheron square
Einhundertvierzig Jahre nach Portail-Matheron Platz

3137800596.jpg
Photo Jean-Baptiste Michel. AMA 67Fi351.
279292445.jpg

Commentaires

  • il n'y a plus de trottoirs, et il n'y a plus de bannes au dessus des boutiques donc plus de bras pour les porter

  • Jeu de chaises musicales ? Le tabac aurait-il poussé d'un cran la pharmacie (Casimir ou successeur) ...

  • Dans l'annuaire Fanot de 1868, on trouve :
    Casimir Jh., pharmacien médecin, rue Carreterie, 8
    Son voisin a dû prêter ou louer son mur pour y peindre l'enseigne.

    Le médecin pharmacien, quelle bonne idée !

  • Sur la publication d'août 2016, l'enseigne de la pharmacie nous renseigne sur le successeur de Casimir :
    H. Granel - Docteur en Pharmacie

    À son propos, les archives municipales ont une notice intéressante :
    "Histoire de la pharmacie à Avignon du 12e siècle à la Révolution" ouvrage d'Henri Granel, publié en 1905, par l'imprimerie Pochy, à Paris.
    https://archives.avignon.fr/4DCGI/Web_VoirLaNotice/11_01/B1537/ILUMP22157

  • Le Dr Henri Granel, médecin et pharmacien au 4 rue de la Carreterie (Casimir, lui, avait son officine au n°8, là où se trouve actuellement le Bazar du Geek ) se prénommait Jean Henri :
    https://www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_2004_num_92_343_5709

    Outre son opus de 1905 "Histoire de la pharmacie à Avignon du XIIe siècle à la Révolution " déjà cité, Henri Granel a publié en 1913 une "Contribution à l'étude clinique de l'adaline, médicament hypnotique et sédatif" :
    https://data.bnf.fr/fr/temp-work/42dd1aaebb4b84ae6b24570a57c1a78c/
    .

  • Cent quarante ans, ça nous renvoie dans les années 1880 pour le cliché ancien... et en effet, il y a dans l'intervalle un grand immeuble qui est apparu à gauche, d'un style "demeure bourgeoise haussmanienne" qui exclut une datation récente.

    On le voit mieux sur d'autres messages de ce blog, notamment
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2015/11/10/cent-an-apres-placo-dou-pourtau-mataron.html
    et surtout
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2016/08/16/cent-an-apres-carriero-carretiero.html

    Par contre la fenêtre au dessus de l'inscription "Pharmacie Casimir" a fonctionné au rebours de ses congénères murées pour cause d'impôt sur les portes et fenêtres, et réouvertes après l'abrogation de cette stupide règlementation (en termes de salubrité des locaux) , c'est à dire après 1926.

  • Le premier des deux liens que tu donnes, Alain, me fait me rendre compte qu'entre les deux photos il y a bien plus que 100 ans, l'immeuble haussmanien n'étant pas encore construit !
    Je pense pouvoir monter le nombre à 120 ans.

  • ...et pourtant c'est impossible, cette photo étant donnée de Charles Bartesago qui est arrivé à-n-Avignon en 1909.

  • Avez vous remarqué que sur le post de 2015, la pub pour la pharmacie à disparu au profit des bières et liqueurs?

  • J'avais déjà remarqué qu'il y avait des incohérence sur certaines des photos "Bartesago" , forcément postérieures à son installation à Avignon en 1909 et qui pourtant sont clairement antérieures.
    J'en suis arrivé à l'idée que Bartesago n'est pas forcément l'auteur de toutes les photos qui portent son nom, mais qu'il était le propriétaire du "fonds Bartesago" qui a été versé aux archives (communales si je me souviens bien). Donc il a pu récupérer des clichés de photographes plus anciens.

  • Et de toute manière, là c'est pas Bartesago, c'est Jean-Baptiste Michel...

  • C'est très possible, Frédéric, d'autant plus que, si mes souvenirs sont bons, les plaques de Bartesago ne sont pas très identifiées.

  • C'est amusant la charrette fantôme et c'est plutôt rassurant si les bars prennent la place des pharmacies.
    Santé !

  • À notre époque, Pat, il me semble bien que les pharmacies sont de plus en plus plus nombreuses et les bars de moins en moins. S'avance-t-on vers la version "drugstore" ?

  • la pharmacie a juste été repoussée d'un cran elle fait suite au tabac maintenant

  • La prononciation de Matheron, comme celle de Luberon permet de reconnaître les "étrangers", comme notre maire actuelle. :-)

  • Tout le monde dit "Matheron" rarement "Mathéron" ; le provençal étant "Mataron".
    Par contre, comme Luberon ne prend pas d'accent en français, les gens du cru seuls le prononceront avec un "é".

  • tu me la bailles belle là :-)

  • Les charrettes fantômes devaient tout de même faire bien du bruit sur ces pavés de l'époque.
    J'aime beaucoup ces photos avant / après, un véritable voyage dans le temps, sans compter les commentaires érudits sur les datations.

Écrire un commentaire

Optionnel