Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou tèms di crousado (suito)

Le temps des croisades (suite)
Time of the crusades (following)
Die Zeit der Kreuzzüge (Fortsetzung)

4131199387.jpg 2039550273.jpg
Royaume de Jérusalem
Blason figurant sur le mur du tinel de la livrée Gaillard de la Motte (ou de Viviers).
Porté par les rois de Jérusalem dont Godefroy de Bouillon (ca1058-1100),
premier souverain du royaume au terme de la première croisade.
D’argent à la croix potencée d’or cantonnée de quatre croisettes du même.

Commentaires

  • et Gaillard de la Motte a été croisé ? (j'aurais dû y penser à la croix des croisés

  • À propos de Godefroy de Bouillon
    commentaire (traduit de l'allemand) trouvé sur Flickr :
    texte et image :
    https://www.flickr.com/photos/hen-magonza/5808016571

    Castello della Manta, Salone Baronale, Manfredo I comme Godefroi de Bouillon (Château de Manta, Manfred I comme Godefroi de Bouillon)

    À quelques kilomètres de Saluzzo, le village de Manta avec le Castello della Manta se trouve sur une colline entourée de verdure.

    Du complexe médiéval du Castello della Manta, que Tommaso III, marquis de Saluzzo, a transformé en résidence de style gothique au début du XIVe siècle, il ne reste que le bâtiment principal et une chapelle séparée. Les principales attractions sont les fresques de style gothique tardif du Salone Baronale, la salle de banquet du deuxième étage : un mur représente une sorte de galerie ancestrale de Valerano del Vasto et le mur opposé une fontaine de jouvence. Le nom du peintre n'ayant pas été transmis, on l'appelle généralement le "Maître de Manta".

    Valerano del Vasto (1370 - 1443), fils illégitime du marquis Tommaso III de Saluzzo, a pris le contrôle du château en 1416 et a fait représenter ses ancêtres masculins et féminins dans le Salone Baronale comme des personnages de l'histoire et de la mythologie, lui-même et sa femme étant le point final de tous les marquis et margravines légitimes de Saluzzo. Les 18 figures plus grandes que nature de cette salle comptent parmi les témoignages les plus significatifs et les plus beaux de l'autoreprésentation idéalisée à la fin de l'ère de la Tour du Chevalier.

    C'est à peu près à la même époque, sur le mur opposé, qu'a été réalisée la fresque de la Fontaine de Jouvence, qui dépeint avec de nombreux détails ironiques et pleins d'esprit la transformation de vieillards à peine ambulants en beaux jeunes gens qui n'ont en tête que leurs plaisirs, la chasse et le sexe opposé.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Oui, il s'agirait de Manfred Ier de Saluces (une livrée portait son nom à-n-Avignon) représenté en Godefroy de Bouillon dans les fresques de la salle du trône du château de la Manta (à Coni Piémont Italie) peintes entre 1416 et 1424.
    Beaucoup de personnages de cette salle sont déguisés en célébrités historiques (Charlemagne, le roi Arthur...) :
    https://fai-platform.imgix.net/media/piemonte/cn/castello-della-manta_46411.jpg

    On trouve aussi cette peinture qui serait du XVe siècle :
    https://www.britannica.com/biography/Godfrey-of-Bouillon

    La plus ancienne serait celle-ci peinte vers 1330 :
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Godfrey_of_Bouillon.jpg
    Mais la croix de Jérusalem y est très sommaire.

    Bref, il apparaît pour l'instant que ce blason de la livrée de Viviers est le plus ancien témoignage que je connaisse de croix du royaume de Jérusalem "d'époque".
    Mais peut-être qu'Alain a des inédits dans ses fichiers... ?

  • Mille mercis, Michel, pour la photo de la grande salle de banquet du château de la Manta. Ces fresques sont vraiment magnifiques ! Et le plafond à caissons me parait être une merveille.

  • Surprenante est un euphémisme. Cette représentation Baudouin IV de Jérusalem est pour le moins effrayante !
    À la lecture de la source de l'image (merci pour le lien) je comprends pourquoi.
    En fait, il s'agit d'un masque pour couvrir les ravages de la lèpre.
    Et sans doute aussi faire peur, afin de décourager quiconque de l'approcher...

  • J'aimerais bien savoir où le peintre a trouvé son modèle pour le blason... !

Écrire un commentaire

Optionnel