Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Valladier

617829449.jpg 1972885249.jpg

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • a changé de commerce et a laissé une partie de sa surface en route

  • Sa surface de coiffage, peut-être... !

  • Valladier coiffe chic et (environ quatre-vingts ans plus tard) Tchip coiffe "à petits prix".

  • On coiffe toujours au même endroit !
    Je n'avais même pas remarqué.
    Heureusement que tu es là... Tilia.

  • Oui.... à part que, dans les années 30, celui qui coiffe vends des chapeaux, alors qu'en 2020, il coupe les cheveux en quatre... Moi aussi, d'ailleurs....

  • Si l'association perdurait, le salon de coiffure serait spécialiste du cheveux gras... ^^

  • Tant que vous ne travaillez pas du chapeau !
    ;-)

  • Sûr que par rapport à un Big Mac dégoulinant, il n'y a pas photo....

  • "Aux opposants,... Hudson Valley Foie Gras répond que .... le gésier du canard a naturellement une fonction de stockage et n'a pas la sensibilité de celui d'un homme".

    Grâce à nos amis d'outre-atlantique, la recherche médicale vient de faire un grand pas en avant, l'homme possède un gésier....

  • Et la belle marquise (*) qui pointe son nez à droite de la photo ancienne (fin 1920' ?) ne ferait-elle pas le tour complet du pâté de maison pour déboucher face aux halles ? http://avignon.hautetfort.com/archive/2011/05/01/cent-an-apres-carriero-dou-viei-sestie-3.html#article-comments

    (*) "Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour". Ou bien : "D’amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux". Ou bien : "Vos yeux beaux d’amour me font, belle Marquise, mourir". Ou bien : "Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d’amour me font". Ou bien : "Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d’amour."

  • Bien vu Frédéric, le décor à festons est identique et donc la marquise semble bien régner aux 3 faces de l'immeuble.... du moins à cette époque....

    Quant aux beaux yeux, hélas hélas, nulle trace !

Écrire un commentaire

Optionnel