Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Encò di Barretta

Chez les Barretta
At the Barretta's

66745394.jpg

D'après le Guide Fanot 1868, les frères Barretta sont confiseurs-pâtissiers au 10 de la place du Change. Ils habitent au 2 de la rue Bancasse (la maison d'en face).

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • et leur écusson est sobre et beau (belle composition)

  • Les frères pâtissiers Barretta ont œuvré au 10 place du Change.
    Les frères pâtissiers Gouas ont œuvré au 12 place du Change.
    Le 10 serait-il devenu le 12, confiserie-pâtisserie d'Aillasse, de Fournier et des frères Gouas ?

  • Tout le problème est de savoir si la numérotation des immeubles a pu évoluer entre 1868 et 2020 (à peine plus de 150 ans...).

    Question à cent sous, qu'y a t-il de nos jours au 10 de la place ?

  • Il apparaît qu'il n'y a plus les numéros pairs 10 et antérieurs.
    La partie nord de l'îlot a dû être démolie.

  • Pourtant, sur les plans de 1926, le nord de l'immeuble paraît comme aujourd'hui...

    L'ancienne pharmacie était au numéro 16.
    Le 14 correspond aujourd'hui à la boutique Jacqueline Riu.

  • Michel, il y a eu en effet la suppression fin 1926 d'un "étroit" assez considérable qui se situait à l'entrée de la rue du Change - on remarquera qu'au XIX°, et notamment sur le tout premier cadastre des années 1820/1830, on distinguait une rue du Change de la place à laquelle cette voie aboutissait. Ce n'est apparemment plus le cas de nos jours, à croire que nos urbanistes modernes ne savent plus ce qu'est une place... ni une rue !

    Les clichés aériens Marcel Chrétien, qui datent de début 1926, montrent cet étranglement encore présent - ce devait être un obstacle non négligeable à l'accès de véhicules !

    Ici un détail du cliché en cause, j'ai tracé un pointillé mettant en évidence l'opération réalisée :

    https://imagizer.imageshack.com/img924/4725/pAqxUz.jpg

    Ce réalignement a amené la reconstruction entière de la façade, qui est de nos jours celle de la boutique Shépluquoi au n°7. Au rez de chaussée, installations commerciales qui ne se distinguent guère du voisinage - sinon par la marque et les produits vendus -, par contre je signale plus particulièrement à ton attention le décor de la façade, avec ses tables décorées juste sous la corniche sommitale, ou les sous-faces des décors de fenêtres.

    (J'ai un vague souvenir que nous avons déjà eu l'occasion d'échanger sur cet "étroit", mais je n'ai rien retrouvé).

    Bon, évidemment, tout ceci nous éloigne un peu des Barretta, puisque leur boutique et domicile étaient plus au Nord, et, en tout cas, de l'autre côté....

    Au fait, l'immeuble du 12, qui fut (peut-être) Barretta, mais aussi Aillasse, Fournier, Gouas puis Vincent porte des 2 côtés de la façade le monogramme MP. Qui c'est ?

  • Oui effectivement et cela ne nous dira jamais où sont passés les numéros 2, 4, 6, 8 et 10 de la rue ou place du Change !
    Peut-être la pâtisserie Aillasse-Gouas fut-elle plus anciennement le n°2 ?

    Lou Ravi dans un commentaire sur :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2013/02/04/trento-an-apres-gouas.html
    a évoqué le nom du pâtissier Pons. En 1900, nous avons bien au 12 place du Change : Vve Pons Victor confiseur.

    En 1868 :
    « Gerboud Alexandre, confiseur pâtissier, ancienne maison Bouissou, place de l'Horloge, 1, place du Change, 2. »
    et :
    « Baretta frères, confiseur pâtissier, place du Change, 10. »

    En 1924, pas de Pons confiseur. Juste un Maurareyt chauffage central rue Bancasse et un Pignol et Cie toiles et sacs place du Change, sans autres détails.

    Il faudrait se replonger dans les recensements...

  • Alain Lesur, descendant Barretta, témoignait sur Facebook que « M. Baretta avait fait construire l'immeuble où se trouvait la pâtisserie Gouas et l'immeuble du 2 rue Bancasse où j'habitais et où on pouvait encore voir l'initiale de son nom au dessus de la porte ! »

  • La famille Barretta aurait donc construit (ou rénové) l'immeuble qui figure au cadastre Napoléonien sous le n° 408 (et peut-être le 407 aussi). Pas de chance, l'autre côté de la rue Bancasse se trouve dans ce cadastre sur une autre feuille, dont le coin est déchiré... pile à l'endroit où se situe la fameuse pâtisserie.

    https://imagizer.imageshack.com/img923/3127/oqomKd.jpg

    Possible que cette reconstruction date des années qui ont immédiatement suivi le percement de la rue de la République, qui ne figure évidemment pas sur ce document antérieur. On note juste au dessus de l'immeuble qui nous intéresse, un cul-de-sac que le percement a rendu débouchant : c'est l'actuel "Passage du panier fleuri".

  • Alain Lesur, qui habita 20 ans au 2 rue Bancasse, m'apprend que les frères Barretta refirent l'immeuble lors de la percée de la rue de la République. Quant au 12 de la place du Change, l'immeuble appartenait également aux Barretta qui y avaient leur pâtisserie, là où Aillasse, Fournier et Gouas ont perpétué la profession. On lui raconta étant enfant qu'ils étaient célèbres pour leurs fameuses "tartelettes" qui ont fait (entre autre) leur fortune. Ils possédaient aussi une propriété en Courtine qu'il avaient appelée "Les Tartelettes" !

Écrire un commentaire

Optionnel