Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Decounfinamen di recruo

Déconfinement des recrues
Deconfining of recruits

2528383861.jpg

Lien permanent 16 commentaires

Commentaires

  • à travers le temps et sous l'égide de Crillon

  • Ce message nous rappelle qu'il y a tout de même une grave question qui semble à ce jour encore non résolue.

    Une mode profondément ridicule et que je désapprouve - mais cette opinion n'engage que moi - nous vaut de confondre maintenant le genre du mot qui désigne une fonction et le sexe de la personne qui l'occupe. Cela nous vaut des horreurs qui écorchent autant les yeux que les oreilles, du genre une auteure (je ne vais pas dresser la liste, elle est longue).

    Il est vrai que les parisiens qui balancent des E finaux partout où il n 'y en a pas et suppriment tous ceux qui sont à leur place (Ah ! L'arqueeeeuh de trionf ' !!!) sont peut-être moins gênés par le viol de l'euphonie, que les méridionaux...

    Bon, bref, voilà donc la question qui me tarabuste : lorsqu'une personne nouvellement embauchée (ou , pour ce qui est de l'image du jour, enrôlée) se trouve être, par le plus grand des malheurs, de sexe masculin, doit-on dire un recru ?

  • Je suis d'accord et trouve "le recru" décent.
    Certains trouveront plutôt "la recrue" décente...
    Vivement le troisième genre, donc.

  • Et ils seront recrus de fatigue !
    Bien d'accord avec M.Breton sur la mode ridicule (et fatigante pour les yeux)
    Ah oui... pour en revenir à la carte postale elle est tombée depuis la tour de Pise derrière le palais ?
    OK je sors (maintenant JE PEUX ;-)))

  • « ... pour en revenir à la carte postale elle est tombée depuis la tour de Pise derrière le palais ? »
    J'y entrave que tchi ! o.O

  • Autant pour moi en agrandissant l'image ça redresse la petite tour située derrière le palais !
    Tchic ca tchic ca tchic aïe aïe aïe !

  • Effectivement, sur le cliché réduit en tête du message, la tour "derrière" - en réalité, elle est dans un angle de la cour intérieure - semble avoir lâchement profité du confinement pour taquiner la bouteille plus que de raison !

    La faute à une moulure qui n'est pas à la même hauteur d'un côté et d'autre.... et probablement à la colorisation qui a grignoté un bout de muraille. De toutes façons, le cliché ou son impression ne sont pas d'une netteté exemplaire !

  • La distanciation physique est bien respectée.
    La discipline militaire avait du bon !


    Petit rappel :
    L'emploi de l'expression "distanciation sociale" est une récupération simpliste de l’anglophone "social distancing" :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Social_distancing

    En français, le sens exact de "distanciation sociale" est l’écart entre classes sociales.
    Ce qui n’a rien à voir avec la distance séparant des personnes.


    .

  • C’est drôle (et navrant), sans avoir pris la minuscule peine de vérifier, je m’étais douté que c’était un anglicisme de plus.

    Quelqu’un peut-il me dire qui représente la statue (Crillon ?) et où celle-ci se trouve aujourd’hui ?

  • Merci !

  • Tant mieux pour eux, mais Avignon n'a plus beaucoup de statues.

Écrire un commentaire

Optionnel