Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Memòri de rèire-grand

Mémoire d'aieul
Ancestor's memory

Antoine FERRIER
(Avignon 01/02/1761 – Avignon 24/05/1837)
Aux enfants de mes enfants (extraits)

 Je suis né dans la commune d’Avignon dans la maison qu’actuellement j’habite rue Barrollerie¹ numéro trente et un l’an mille sept cent soixante et un et le premier du mois de février. (...)
 (...) notre fatale Révolution arriva, (...) le père Ferrier fut nommé membre de la municipalité appelée Richard, il jouissait d’une très bonne réputation, assez de biens de sa fortune, une nombreuse famille jusqu’alors irréprochable, mais très peu instruit, naturellement enclin à la clémence et trop facile à tromper, parlant quelquefois sans réflexion, ce qui lui fit beaucoup d’ennemis, il avait un fond de probité mais peu propre aux fonctions publiques.
 L’on sait que le vingtième du mois d’août de l’an quatre vingt onze, la municipalité dont le père Ferrier était membre fut partie emprisonnée et partie dispersée par la faction opposée. Le père Ferrier n’étant pas en sûreté chez lui se réfugia dans le couvent des ci-devant pères petit Augustin réformés. Heureusement pour lui il s’y trouva une compagnie de hussards logés qui le garantirent des poursuites des méchants et il resta là une quinzaine de jours. Cependant comme je voyais le péril auquel cet homme était exposé par l’anarchie qui régnait dans Avignon à cette époque, je résolus à quelque prix que ce fût de le faire évader. En conséquence j’allais le voir, je lui exposais l’état des affaires, les caprices d’une révolution, l’incarcération de ses collègues, le peu de sûreté qu’il y avait pour lui, vu que la faction opposée était parvenue à faire partir les hussards ; le père Vallette (prêtre à Apt ?) approuva fort mes raisons et décida le père Ferrier à faire ce que je lui disait. La difficulté était de trouver un expédient pour mettre ce projet à exécution, parce que les portes de la ville étaient bien gardées.
 Je me chargerai de tout : tenez-vous prêt seulement, lui dis-je, pour ce soir à dix heures. En effet, j’avais tout prévu, tout préparé pour l’exécution de mon projet, corde, échelle, fusils, cartouches, mon domestique fidèle, mon frère Agricol. À dix heures précises du soir, environ quinze jours après qu’il s’était réfugié, nous fumes le prendre en compagnie de qui dessus à son refuge, je conduis tout l’attirail auprès de la tour du rempart qui est vis-à-vis la porte du moulin appelé “des morts” pour le cimetière de l’hôpital, je pose mes fusils à terre, je dresse mon échelle au pied de la tour, je fais monter premier mon frère Agricol, ensuite mon père et mon domestique et moi après. Je commence de passer un billot entre les jambes d’Agricol attaché à une bonne corde, il se prend les mains à la même corde et dans l’instant il est hors la ville et il attend son père que je travaille à descendre avec un peu plus de précaution, car c’était un homme extrêmement gros, la peur pouvait le prendre et arriver à une catastrophe ; ainsi pour plus de sûreté je passais une deuxième corde sous ses aisselles indépendamment de celle qui tenait le billot entre ses jambes, je l’embrasse pour le mettre sur le merlet ; mon père ne craignait point et il descend dans un instant sans coup férir. En même temps, je leur fait descendre un fusil la baïonnette au bout, et ils s'en vont à la grange du Pont des Deux Eaux dont mon père était fermier.
 Là y prenne le nommé Roux dit Bergère et se font passer le bac de Durance à Bonpas pour se rendre à Cabanne. C’est là où le père Ferrier resta tranquille jusqu’à la rentrée des troupes dans Avignon qui arriva le dix sept novembre après 1791. Après quant à moi je retournai chez moi bien satisfait d’avoir sorti mon père d’une ville où il n’y avait pas de sûreté pour lui.
 Tout ce que je viens de raconter ne me coûta que quinze minutes de temps.
 Je voudrais bien passer sous silence ce qui arriva après cette époque dans Avignon et je voudrais même au prix de mon sang en effacer la honte à la race future, mais il faut que j’en parle malgré moi pour l’intelligence de ce que je ferais. D’ailleurs mon silence serait de nul compte sur cette affaire, l’on comprend aisément que je veux parler de l’horrible massacre qui se commit dans le château fort d’Avignon la nuit du 16 octobre de l’an quatre vingt onze, époque où tout ce qui était pactisant la municipalité Richard n’était pas en sûreté².
 Celui qui était alors Pierre Jean Ferrier mon frère vint se réfugier chez moi, c’est-à-dire dans la maison de mon beau-père rue Calade n° trente isle vingt, je le fis coucher dans mon lit, le matin à deux heures je lui dis viens avec moi, je le mène à l’endroit déjà dit. Tous deux seuls je le descend du rempart et je lui ordonne d’aller passer le bateau à la traille de Sorgue pour se rendre à la Barthelasse, ce qu’il fit, et moi je me retournais chez moi au milieu de plusieurs factionnaires qui criaient Qui vive de tous côtés, avec mon échelle, ma corde et mon fusil. Je garantissais les autres du danger et moi j’y restais. (...)
 Les troupes rentrées dans Avignon sous la conduite du général Choisy, sous les auspices des commissaires civils Lessene, Desmaison, Champion de Villeneuve et d’Albignac envoyés par le roi dans Avignon sous la conduite du général Choisy qui, de concert avec les commissaires civils réintégrèrent la municipalité dans leur fonction et que le père Ferrier eut l’imprudence d’accepter contre mon conseil, ce qui lui causa encore beaucoup de chagrin, de persécution et finalement la mort qui s’en suivit.
 L’administration municipale étant neuve dans une révolution où les factions se succèdent, où la loi des plus audacieux et des plus forts tient lieu de tout, crurent que tout de concert et même autorisé par des agents du gouvernement, commissaire civil et le général, qui existait alors, crurent, dis-je, de leur devoir et pour le bien de l’humanité d’après les pouvoirs à eux donnés de lancer des mandats d’arrêt contre tous les prévenus des forfaits qui s’étaient commis le seizième d’octobre. À cet effet les troupes de ligne, les hussards, le régiment de La Marck sous les ordres du général, tout fut en recherche, et ce fut alors que les Jourdan, les Minvieille, les Sabin Tournal et une infinité d’autres prévenus furent réellement incarcérés. Ce fut alors aussi que la chance tourna comme l’on sait, le gouvernement monarchique fit place au gouvernement républicain. Les autorités royales furent destituées et les portes des prisons ouvertes à tous les prisonniers pour cause de révolution et même autorisés à se faire payer pour leur temps perdu et (...) à cette époque les Jourdan, Minvieille, Duplat, Sabin et autres assignèrent la municipalité Richard dont le père Ferrier faisait partie, un pour l’autre un seul pour le tout, à leur compter la somme de 100 mille francs pour les dédommager de leur souffrance, prison, abandon de ces affaires, persécution, etc., etc.
 Pour parler de ce coup, l’aîné Ferrier d’après ce conseil imagine un moyen paisible pour soustraire le bien de notre père à ces vampires. À cet effet il vint chez moi à la Grangette de Reynard Lespinasse près St-Lazare où j’ai fait domicile 18 mois. (…)

¹ Actuelle rue Baraillerie.
² Il s'agit des massacres de la Glacière.

Antoine Ferrier était le grand-père maternel du grand-père maternel de mon père.

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • passionnant (encore davantage après avoir lu le petit ajout (sourire)
    un beau style ferme et rapide avec quelques petites joliesses anciennes

  • " (les) commissaires civils Lessene, Desmaison, Champion de Villeneuve et d’Albignac envoyés par le roi ..."
    Utile rappel, car bien du monde l'oublie, lorsque Avignon et le Comtat sont rattachés à la France, ce pays est encore un royaume....

    Pour le reste, c'est la double évasion d'un territoire confiné qui t'a inspiré le texte du jour ?

  • Ce passage des mémoires de mon aïeul est le seul intéressant et il y a longtemps que je voulais le publier. Il y a plusieurs années, j'avais saisi et mis en pages la totalité du texte. (Le reste du texte consiste en plaintes et histoires d'argent...)
    Je l'ai publié parce que l'on est le 18 mars. ^_^
    Et comme cet anniversaire a été reporté sine die, pendant quelques mois je ne vieillis pas !

  • Ce texte est tres interessant du fait qu'il ne provient pas d'un historien ou d'un homme de lettres,ce qui lui donne un coté réel.Un quotidien a risques vécu par des hommes du peuple avec des détails sur leur péripéties .
    j'ai pu lire avec plaisir puisque je suis issu de ce quartier: "et ils s'en vont à la grange du Pont des Deux Eaux dont mon père était fermier." c'est la 1ere fois que je vois cité le pont des deux eaux autre que sur une carte.
    Savez en quelle année a été écrit ce texte?

Écrire un commentaire

Optionnel