Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avignoun en 1617 (2)

Avignon en 1617 (2)
Avignon in 1617 (2)

78829645.jpg

"Partie du Collège d'Avignon 1617".
Dessin d'Étienne Martellange (1569-1641).
Bibliothèque Nationale, Paris.

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Pas trop difficile cette fois-ci.
    De gauche à droite : l'église Saint-Martial, le dôme du Noviciat des Jésuites et, dans le lointain, la tour de Barbentane (tour Anglica).

  • pour la tour j'aurais séché

  • « Collège d’Avignon », ça voulait dire quoi en 1617 ?

  • Serait-ce le prieuré Saint-Martial transformé en Collège Saint-Martial en 1380 ? Devenu ensuite, par appellation commune, "Collège d'Avignon"...

  • Le collège d'Avignon désignait le "collège des jésuites" qui se trouvait dans ce qui est devenu la bibliothèque Ceccano (panorama réalisé depuis son toit), l'école Mistral (que l'on voit au milieu du dessin) et le musée Lapidaire (à droite au premier plan, même si la "chapelle du collège des jésuites", cad à dire le musée aujourd'hui, n'existe pas encore à cette date, les travaux ayant tout juste commencé)

  • Le croquis semble plutôt avoir été réalisé depuis le toit de la livrée Ceccano, en atteste la cheminée ronde et les bâtiments du premier plan, mais également l'angle de vue. Si le panorama avait été dessiné depuis le clocher St-Didier, l'angle de vue serait différent (la livrée sera au premier plan).

  • Bon sang mais c'est bien sûr, J.By !
    Je me rends compte que l'on reconnaît bien l'actuelle école Frédéric Mistral.

  • Le Collège, en 1617, c'est bien d'une part la Livrée Ceccano sur laquelle est juché le dessinateur, mais c'est aussi le groupe d'immeubles situé droit devant : on en distingue clairement la cour principale au centre d'un quadrilatère de bâtiments où s'ouvre une grande porte classique.

    Ces deux "parties" (c'est le titre du dessin !) étaient séparées par une rue dont on distingue l'alignement. Disposition évidemment pas très pratique, et le projet que dressa Martelange la même année en prévoyait l'annexion au profit d'un ensemble unifié. Ce programme des plus ambitieux ne fut pas agréé et la rue existe toujours ! Pour contourner la difficulté, les Jésuites élevèrent au dessus de la voie publique, en 1674, l'arceau qui existe encore et donne un petit côté "pont des soupirs" à la rue du Collège (devenue rue Frédéric Mistral de nos jours).

    A noter aussi que toutes les maisons figurées dans le quart inférieur droit du dessin allaient disparaître dans les 3 ans, losque l'on commença à creuser les fondations de la chapelle du Collège, actuel Musée Lapidaire.

  • Il y a d'ailleurs un médaillon vide sur cet arceau où s'entrecroisent deux palmes. Je me suis toujours demandé qui était représenté dans ce médaillon ? Etait-ce Napoléon (du fait du collège impérial) ou bien F. Mistral (école Frédéric Mistral) ?
    https://i.imgur.com/ARQbm6T.jpg

  • Ça c'est une excellente question Jibi.
    Et puis, ce médaillon est-il XVIIe, XVIIIe ou XIXe ?

Écrire un commentaire

Optionnel