Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt-quarant'an après

Cent-quarante ans après
One hundred and forty years after

3653088830.jpg

3189770785.jpg

De que dis vièi aubre ?

Lien permanent 20 commentaires

Commentaires

  • La tourelle du ravelin en fait aussi, mais elle a laissé des plumes dans l'aventure...

  • oh ! bonheur ! je croyais que c'était lui le sacrifié !

  • Il doit être bien plus vieux que 140 ans ce platane si c'est le même que sur la 1e photo où il a déjà un bon tour de taille !!!
    Il a peut-être "les pieds dans l'eau" ?
    Il fait partie des "condamnés à mort" par le chancre (et la municipalité) ?
    Heu en fait après avoir re-re-re-regardé la photo il n'est pas en très bonne santé par rapport à ses congénères qui l'entourent !
    Il a peut-être déjà passé l'arme à gauche :'-(
    Surtout que la photo (en couleurs) n'est pas récente, me trompe-je ?

  • Ma publication est donc trompeuse. La seconde photo est de 2018. Le platane a bien été coupé ces derniers jours, comme ses deux autres confrères. Je le fais vivre encore un petit peu. Il était paraît-il condamné. On aurait pu, selon une personne de l'INRA, en conserver le tronc (comme totem).

    Quant au vestige de tour de l'ancien ravelin (d'autres disent châtelet), y aurait-il danger ?

  • Un peu plus de 200 ans pour un platane urbain c'est un bel âge.
    Et vu le peu de feuilles sur ses branches par rapport aux autres ben pour une fois je crains bien d'être d'accord avec ceux qui ont décidé de le tronçonner :-((
    Triste quand même, té je sors pleurer avec mon copain Idéfix !

  • oh zut ! j'y ai cru... et j'en avais le pas plus guilleret

  • Les photos aériennes Marcel Chrétien (1926) montrent que déjà à cette époque, le boulevard St Lazare était grandement élargi à son débouché sur la place, et donc la tourelle déjà arasée.

    Néanmoins, on ne peut faire remonter sa démolition à une date trop haute, puisque selon toute apparence, le poteau qui se dresse entre les personnages du cliché ancien est un pylone électrique.

    On peut donc considérer que la coupure de presse est "Belle Epoque", ce qui cadre d'ailleurs avec le graphisme du titre... On y voit au demeurant le fameux poteau déplacé préalablement aux travaux, et tout neuf.

    Pour ce qui est de l'âge du capitaine, pardon, du platane, je ne pense pas qu'il puisse dater de l'Ancien Régime : les aménagements de "boulevards" à Avignon (qui se font fin XVII° et milieu XVIII°) bénéficiaient alors de plantations d'ormeaux. Ceci cadre avec ce qui se consate partout ailleurs en France, où la généralisation du platane en bord de voie remonte au mieux à la période 1er Empire-Restauration.

  • Pour la coupure de presse, elle ne peut être que postérieure à 1909, puisque c'est Bartesago qui en est l'auteur, mais aussi à 1916 où un "autochrome" ( http://avignon.hautetfort.com/archive/2017/09/13/li-coulour-d-abrieu-1916-9.html#article-comments ) nous montre le poteau qui à partir de 1898 a supporté les fils du tramway, et qui va disparaître quelques années plus tard : http://avignon.hautetfort.com/archive/2012/09/13/cent-an-apres-porto-sant-lazari.html#article-comments
    Ce poteau n'est plus visible sur la coupure de presse, sur la quelle par ailleurs l'édicule à droite de la porte Saint-Lazare a vu sa fenêtre du rez-de-chaussée remplacée par une large porte, comme sur la deuxième photo de la comparaison faite par Michel en 2012.
    Donc article paru entre 1916 et 1926.

  • Après 1916 donc...
    Le tramage de la photo et les caractères typographiques me faisaient plutôt penser aux années 20/30...

  • Michel, une datation du début des années 20 est compatible avec les hypothèses formulées plus haut, et celle que tu propose en raison de la typographie...

    Je signale à ton auguste perspicacité qu'un pylone électrique proche de (voire identique à...) celui présenté par la "coupure" existe encore dans la ville, dans le tronçon de la rue Notre-Dame des 7 Douleurs compris entre les rues Buffon et Thiers. Pas mal rouillé, ce qui plaide pour son ancienneté, tout autant que son style "treillis de cornières" à la Eiffel.

  • Vu, Alain, le pylône avec les barreaux en travers. Pas facile pour monter à l'échelle...
    Il est vrai que ce type est devenu bien rare... Mais je ne saurais le dater.

  • Toujours sur les clichés aériens de 1926, on voit très clairement son ombre portée.... Je pense qu'on peut le considérer comme un centenaire !

  • Faut savoir que c'est le carrefour de Saint Lazare car on ne(je) reconnait absolument rien.

  • Justement, si ! La tourelle... et l'arbre.

Écrire un commentaire

Optionnel