Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Setanto an après l'oustau Suarez d'Aulan

Soixante-dix ans après l'hôtel Suarez d'Aulan
Seventy years after Suarez d'Aulan hotel

1890033422.jpg

Photo Molinard.

Lien permanent 16 commentaires

Commentaires

  • Des fenêtre de derrière de la maison de mon enfance, on voyait l'un des bâtiments du collège. J'ignorait alors qu'il s'agissait d'un ancien hôtel particulier.

    Cette proximité du collège avec mon domicile m'a bien servi, le matin où mon réveil avait sonné en retard alors que je devais passer l'épreuve de mathématiques du BEPC ou du Brevet Élémentaire (les deux examens se mélangent dans mon souvenir, vu que j'ai passé les deux à quelques jours d'intervalle) !

  • Après-guerre, lors des travaux de "modernisation" de l'hôtel de Suarez d'Aulan, on découvrit sous la base d'une colonne du vestibule d'entrée une inscription rappelant le nom del'architecte, Ange-Alexandre Bondon... qui visiblement connaissait et pratiquait le meilleur de l'architecture contemporaine.

  • C'est presque du copier/coller, à part, les grilles, les panneaux, le parc à vélos et la poubelle.

  • "C'est presque du copier/coller, à part, les grilles, les panneaux, le parc à vélos et la poubelle"

    C'est à l'intérieur que les ravages se sont exercés, un hôtel particulier ce n'est pas seulement une façade sur la rue...

  • Je saute du poisson au lapin, et vous transcris un passage du livre de Pierre Daix " Picasso créateur": " Braque invente un papier collé.Il imite par le dessin ce qui était peint et sablé dans sa toile le Compotier et remplace le faux bois peint par un galon imitant le bois qu'il a trouvé chez un marchand de papier peint dans la rue Joseph-vernet à Avignon.
    F.C
    P.S: sujet de réflexion avec Alain, à la suite de Georges, une ville d art escamotée, Avignon, ville en trompe l'oeil....

  • Pillement, oui, à ce propos, il lui semblait que les trois clefs des abattoirs étaient des éléments de récupération. Sur le livre de Jean Mazet, Avignon, clichés du Passé, il y a une belle photo de la façade avant démolition, et il serait intéressant de zoomer pour être sur que ce furent des sculptures faites dans l'esprit, ou des récups du vieux Sextier..
    Hercule Poirots en piste.
    F.C

  • Je n'ai pas le bouquin de Mazet.

    Par contre, la façade des abattoirs était en effet un bel objet architectural... normal, c'était Franque qui les avait construits...

    A l'époque, on appelait ça "la tuerie" !!!

    Et il me semble me souviendre que Michel en a publié des couples de clichés ici même, allez je m'en vais essayer les tags...

  • En fait, ce sont les deux, abattoirs et boucheries, qui ressemblent... aux Boucheries de Pierre Mignard. Je vous en passe l'élévation par mail.

    Bien cordialement,

  • Bonsoir,

    Des souvenirs du temps où à AVIGNON il n'y avait qu'un seul collège de jeunes filles, un seul collège pour garçons (place du palais) un seul lycée pour garçons:Mistral et un seul lycée de jeunes filles: AUBANEL.

    Pour justifier ceci, n'été admis les élèves que sur concours. 5 fautes en dictée = éliminé!

    Les temps changent, en bien?

    Bonsoir à tous

Écrire un commentaire

Optionnel