Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Li fusto escultado 1

Les poutre sculptées 1 - 51 rue Banasterie
The carved beams 1 - Banasterie st. 51

1598182480.jpg1856655053.jpgGramaci à Lou Ravi !

Lien permanent 20 commentaires

Commentaires

  • Quel oeil maestro !

    Du joli travail.
    Bien qu'une poutre soit plus facile à sculpter qu'une paille ;-)

  • Quelle belle surprise que cette jolie photo dès le lever ! De l'art en barre là où on s'attend le moins à le trouver ! Quelle équipe toi et Lou Ravi ! Les champions du "dénichage" insolite !

  • Ebauche d'une chimère, la poutre sciée, étêtée?
    Beau travail en écailles de poissons.
    J'ai vu (et photographié) cela dans Orléans mais verticale, en façade decolombage.

  • Ce genre de poutre est très difficile à trouver...
    Et sans doute très rare.

    Comme pour la tête de pierre de la rue du Collège-du-Roure, l'adresse de la maison arborant cette poutre est une énigme que je vous propose ! Il y a de bons indices dans certain commentaire de Lou Ravi...

  • Yvelinoise, tu es redoutable !
    Tu as encore été trainer sur google earth ? Mais quels signes as-tu donc repérés ?

    Brigetoun tu as raison, reste au chaud ! Je ferai de même...

  • Il est à noter que la rue Mi-Grenier disparaît peu à peu.
    Ses habitations sont numérotées dans la suite de celles de la rue Banasterie.
    Celle-ci est au n°51.
    Le lieu va changer avec la réhabilitation de l'ancienne prison.
    Cela nous ramène au mur des offrandes...

  • Sur la plaque de la rue, apposée sur le mur de la maison en question, c'est écrit rue Migrenier sans trait d'union...

    Dans ma boule de cristal-bis (google maps) je vois aussi un panneau indiquant que les n° 51 à 55 de la rue de la Banasterie se trouvent désormais dans la rue Migrenier. C'est bien dommage que ce nom de rue disparaisse :-(

    Pour Hervé Aliquot, l'origine de l'appellation de cette rue vient de l'arbre aux mille grains, le grenadier. Il la rattache à "La Miougrano entre-duberto" de Théodore Aubanel (dont Lou Ravi parlait le 18 décembre).

    Pour revenir au quartier de l'ancienne prison, je me demande bien ce que va devenir la chapelle des Pénitents Noirs accolée au mur d'enceinte...

  • Ah, ça ! Je pense qu'elle ne risque rien !
    Elle va être surveillée comme le lait sur le feu !!!
    Enfin, normalement...

  • Oh, oui, elle ne risque rien, elle...

    Nat' (à propos de Persil) : les instits aujourd'hui sont peu souvent originaires du quartier où ils enseignent. Peut-être aussi que l'histoire locale est moins prisée qu'avant. En fait c'est surtout le manque de curiosité qui domine. Et puis faire une sortie avec les élèves peut aujourd’hui ressembler à un parcours du combattant à une époque où il faut compter avec le désintérêt des parents (pas tous !), la peur d’être mis en cause au moindre incident et le découragement de voir des parents, ceux-là même qui offriront la dernière console de jeux à leurs enfants rechigner à donner 10 € pour la Coopérative scolaire…J'ai un copain prof qui habite la résidence La Cardère et qui ne s'est jamais demandé d'où ce nom était tiré. C'est tout le mérite du blog de MB que de nous montrer un certain Avignon intime, pas forcément caché mais que nous ne voyons pas serrés que nous sommes dans des pas trop rapides, des regards baissés et des évitements permanents. J'espère qu'il nous fera un jour un livre, un recueil de photos de cet Avignon "secret". Je n'en sais pas plus sur ce dragon. Peut-être que Hervé Aliquot ou plus probablement Marc Maynègre…Ce dernier est un type adorable qui sait beaucoup de choses sur ce quartier comme sur d'autres (dont les Teinturiers bien sûr !). Par exemple l'histoire extraordinaire du chien du marchand de vin près du Grenier à Sel. Ce vin était stocké au frais dans une cave à Tavel. Lorsqu’il fallait approvisionner le débit on envoyait le chien, porteur d’un billet, qui tout seul prenait les ponts sur le Rhône et allait jusqu’à Tavel passer la commande…Belle histoire à raconter aux enfants, mais qui la connaît ? Pour revenir à Persil et Pouzaraque (la noria) je ne reconnais plus guère ce quartier. Du moins je n’y reconnais plus beaucoup le caractère convivial et populaire qu’il avait. Je n’aime pas dire que «c’était mieux avant » car heureusement ce n’est pas souvent vrai, mais j’ai la nostalgie d’une certaine façon de partager la vie et la ville.

  • Ce que je voulais dire, à propos de la chapelle des Pénitents Noirs, c'est qu'une fois le mur d'enceinte abattu, j'imagine qu'elle va se retrouver plantée là au beau milieu d'un côté de cette sorte de paquebot qu'est le bâtiment de l'ancienne prison, presqu'à touche-touche avec ses fenêtres, ça va faire un peu bizarre, non ?

  • c'est une belle photo MIchel de la poésie du bois.

    Je vais être plus bref parceque mon dernier commentaire n'apparait pas.Est-ce que vous allez continuer avec le tarot sur ligne,ou hors de votre blog ou vous considérez?
    J'espère que vous n'abandonniez pas le bateleur sur son chemin.

    Je suis curieuse,j'étais enthousiaste. Si vous pouvez répondre et ce n'est pas trop personnelle.

    crederae(mire)

  • Bravo à Yvelinoise, c'est un endroit où je passe presque tous les jours et je n'avais jamais remarqué cette poutre. Pour ce qui est de la chapelle, elle devrait être mise en valeur par la création d'une place devant sa façade. Le mur tombé, une partie du bâtiment serait abattu et les jardins intérieurs de l'hôtel descendraient vers la place. Quid du stationnement et de la circulation ?
    Pour répondre à Lou Ravi, c'est vrai que le quartier Persil - Pouzaraque, lorsque les écoles sont fermées, est plutôt désert. Sauf en été où il n'est pas rare de voir des gens assis dans la rue. J'aimais bien cette tradition, surtout le soir, à prendre le frais en discutant entre voisins.

  • crederæ =>
    Si, si, je continue sur les autres cartes : as, roi, dame, cavalier, valet, dix... jusqu'à 2.
    C'est très long... Je publierai ici les quatre séries quand je les aurai finies.

  • j'espère que vous nous montrerez une carte de temps en temps.(IL faut que je dise ha ha)

    belle journée.

  • En provençal le grenadier se dit miougranié. D’anciens documents sur les carreria donnent mille granot, voire millegranorum. Il est probable qu’aux alentours du XVe ou XVIe siècle il y eu dans cette rue un ou plusieurs grenadiers. Explication qui abonderait dans le sens de celle donnée par M. Aliquot.

    hrms

Écrire un commentaire

Optionnel