Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt an après porto de la Ligno

Cent ans après porte de la Ligne
One hundred years later at Ligne door

1083568825.jpg
1331657866.jpg
Lien permanent 26 commentaires

Commentaires

  • J'hallucine, on remarque davantage la signalisation routière que la porte maintenant et le passage piéton autrefois aurait sans doute été superflu !
    Mais bon sang, que fait cette femme avec cet énorme bout de bois ?
    Même dans un château médiéval je n'ai jamais vu de cheminée assez grande pour pouvoir contenir une telle bûche !
    Une avant gardiste ? Un sculpteuse qui va le transformer en une œuvre contemporaine ?
    Elle va tailler dedans environ 600 aiguilles à tricoter pour les offrir à ses amies à Noël ?
    Son mari utilise à peu près 15.000 cure-dents par an et cela va lui garantir une belle réserve en les découpant directement dedans sans se soucier d'avoir à s'en procurer ?
    Et les deux gros boutons derrière, c'est un géant qui les a accrochés et fait tomber de sa veste sans le vouloir ?
    Michel, Lou et Fardoise, vous avez intérêt à nous trouver des explications qui tiennent la route au lieu de me laisser délirer !

  • Du meilleur effet ces poubelles !

    Excellent: la photo ancienne où l'on voit bien que la porte et le quai portent bien leur nom. Curieusement ce sont probablement des troncs de piboules que l'on a fait venir de pas très loin. Des meules, un Vive la République fin XIX ème (?) et sur la porte un drapeau fixe ou des signaux pour les bateaux ? 3 ou 4 rangées de bastardeaux. C'est un record ! Mais ce qui m'intrigue le plus c'est ce que peuvent bien faire cette mère et ces deux enfants endimanchés (début XXème ?) qui on l'air de détacher des présents fixés sur un mat de cocagne abattu...Mystère...

    Encore une super photo !

  • oui les poubelles, mais ce que je retiens, il y a cent ans et maintenant c'est le bel accord entre le moyen-âge et l'époque classique
    La dame : elle montre quelque chose aux enfants, non ?

  • ah oui, je n'avais plus la photo sous les yeux, il y a le mat - je ne vois qu'une solution retournons à l'époque et interrogeons les

  • Bien regardé. En fait elle ne tient pas le poteau, il repose sur un bout de madrier. Il y a peut-être un effet d'optique: cette mère pourrait tenir un simple mouchoir ou un ruban devant la tête du poteau qui, bien examiné a l'air d'être métallique. J'oubliais: si tout le monde connaît les bastardèu (et ici leurs encoches), piboules par contre...Ce sont les peupliers (et en fait ici ce serait même des aubo, des peupliers blancs comme ceux de la Barthelasse. Vous voyez que le provençal est plus riche que le français !)

    MB: toi qui a un bon appareil photo. Si tu pouvais un jour faire avec zoom une photo du lion sculpté dans une pierre de l'immeuble situé en entrant à droite, juste passé la porte. Il est dans le mauvais sens je crois. Je ne l'ai jamais vu de près. C'est sur le mur de la façade face au rempart, de la maison qui est à côté du Grenier à Sel mais de l'autre côté de la rue, c'est à dire que cette maison est à l'angle de la rue Palapharnerie et de celle de la Ligne...Merci.

  • Quai de... la Ligne = la "lègne" (la legna en italien) = le bois de chauffage.

    IIIe République : le drapeau tricolore et la République Française se montrent beaucoup un peu partout à cette époque !

    Quant à l'animation, je dirais que cette femme est en train de lire un document qui est fixé au bout de ce mât tombé, qu'elle a relevé du sol. Les enfants en sont-ils concernés ? Ou attendent-ils tout simplement qu'elle ait fini de lire ?
    Ça y est, elle a fini de lire puisqu'elle rentre dans les remparts sur la seconde photo. Les enfants doivent courir devant elle. Elle en a mis du temps...

  • J'ai mis mon image originale en lien, elle est un peu plus grande...

    Je n'y vois pas de madrier de soutien...

    Comment ? J'ai raté une sculpture de lion sur une façade ? Ça ne durera pas...

  • Bravo ! ce doit être cela effectivement, elle lit quelque chose fixé au mat !

    Et bravo pour la même attitude, le même emplacement trouvé s'agissant de ces deux femmes. Il fallait le faire.

    Pour le lion: j'allais à l'école de la rue Persil et on m'avait montré diverses curiosités...Il y a aussi la poutre sculptée qui dépasse vers la petite rue qui dessert la prison, et quelques autres que j'ai oubliés...mais grâce à ton blog ma mémoire se remet en marche...

  • Ouf, nous sommes sauvés par Michel dont l'explication est rationnelle, c'est forcément ça, elle lit un papier situé au bout du bois !
    Si je rencontre d'autres mystères dans ma vie, comme cela peut m'arriver à l'occasion, est-ce que je peux te soumettre ces énigmes Michel ?

  • Vu le lion, Lou Ravi.
    Il sera bientôt dans la partie "bas-reliefs" de ma page des niches.

    Oui, soumet-moi des mystères, Ma~, j'aurai toujours une explication.
    Quant à savoir si elle sera authentique... ?

  • Voilà Lou Ravi, le lion se trouve dans la page des niches, en bas, dans la rubrique "bas-reliefs".

    Il s'agit d'un blason. Mais il a été pivoté de 90° dans le sens inverse des aiguilles d'une montre... ?
    Les restaurateurs de la façade se seront sans doute trompé en le remettant sur ses pattes !!!
    La pierre ne nous donne aucune information sur les couleurs du blason. À voir quelle famille avait sur son blason un lion armé regardant à senestre (impossible de savoir si le lion portait langue ou dents) et à priori non couronné.

  • Merci pour ce lion que je n'avais jamais vu de près...Mystère que cette pierre ainsi posée...

  • Je reste sidérée par l'activité de cette dame soulevant le mât pour regarder Dieu sait quoi au bout avec ses enfants (je ne vois pas d'autre soutien à ce mât que sa force à elle)...

    Quant au lion sculpté, je constate Lou Ravi que si mes enfants ont fait eux aussi toute leur scolarité primaire à l'école persil pouzaraque, personne ne leur a jamais montré les lions sculptés du quartier ... :-(((

  • Ta "carte postale ci-dessous" est le document que je publie dans cette note !
    Je n'entrevois pas de solution, Yvelinoise...

    À moins que tu te sois trompée de lien...

  • Il arrive assez souvent que le serveur de la recherche dans les archives (recherche.archives.avignon.fr) soit momentanément dans les choux et qu'on ne puisse pas accéder au fonds alors que dans le même temps le site "archives.avignon.fr" fonctionne. Ce qui est le cas actuellement.

    Suffit d'être patient et de réessayer de temps à autre :-/

  • Bravo Yvelinoise !

    Ce "mât" est en fait une barrière qui repose sur deux piquets quand elle ferme la porte.
    Les enfants cachent le piquet.
    Quant au second piquet, il se voit sur la photo, mais son gris se confond avec le... fond.

  • "quelle famille avait sur son blason un lion armé regardant à senestre"

    Il se pourrait que ce soit celui Pierre de Luxembourg, en tous cas il est identique :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Luxembourg

    C'est en feuilletant un ouvrage d'André Hallays intitulé "Avignon et le Comtat-Venaissin" que je l'ai trouvé :

    http://www.archive.org/details/avignonetlecomta00halluoft

    Cliquer sur l'image du livre, patienter pendant que ça charge ( il y a environ 240 pages)
    puis aller directement à la fin du livre et remonter jusqu'à la page 36 des photographies,
    attention au torticolis ;-)

    Il serait intéressant d'aller vérifier si ce blason se trouve toujours au musée Calvet...

  • C'est plus simple de demander directement la page 36 dans la case prévue, que d'aller à la fin du livre pour remonter... !

    Oui, c'est un lion comme cela. Il y a bien une quarantaine de familles de la région qui ont ce blason ! Seulement, ils diffèrent par les couleurs et les détails.
    Par exemple, celui de Pierre de Luxembourg n'est pas armé (pas de griffes) alors que celui de la porte de la Ligne l'est.... et semble être morné (sans langue) alors que celui de Pierre de Luxembourg est lampassé.

    Désolé ! ;)

  • Dommage ! je lui trouvais un côté sympa à ce Pierre de Luxembourg, descendu de sa Lorraine natale (comme mes parents) pour venir s'installer en Avignon.

    De toute manière, si j'avais été repérer la maison au lion armé avant de faire cette suggestion, je n'aurais pas eu l'idée d'y associer un cardinal, ni n'importe quel autre notable d'ailleurs, tant elle ne paie vraiment pas de mine. A y regarder de près, elle semble avoir subi un curieux étêtage...

    Vraiment bizarre d'avoir collé ce blason sur cette façade ! à se demander s'il n'a pas atterri là par hasard, ça expliquerait peut-être l'erreur de son orientation...

  • Je ne pense pas qu'il soit là par hasard. Le fait qu'il soit dans le mauvais sens prône pour une maladresse des façadiers. Et puis nous sommes dans un très vieux quartier d'Avignon, celui de la Cardère... (si tu n'y vas pas...)
    Par ailleurs, cet immeuble est un immeuble de rapport très modeste. Le propriétaire manifestement n'y investit que peu et les loyers doivent y être bas.

Écrire un commentaire

Optionnel