Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De qu'es éu ? 2

Qui est-ce ? 2
Who is he ? 2
1252977513.jpg

Lien permanent 22 commentaires

Commentaires

  • Beau reliquaire. Je connais mal St Didier. Il paraît qu'il y a les reliques de Bénézet. Est-ce lui ? Frappant de voir la jeunesse du personnage, il a vraiment un crâne d'enfant, comme le jeune berger qu'il était et je trouve cela émouvant. Pauvre berger trop richement enchâssé.

  • On a tout bêtement la réponse en tapant -eglise saint didier avignon- sur Google...Il y aurait aussi St Pierre de Luxembourg. Mais là, ce serait donc bien Saint Bénézet ?

    Hier j'aurai séché. Je pensais d'abord à une vieille pub pour Citroën...

    Yv' ou les autres: pourquoi parlez-vous d'"arcane" ? je ne pige pas. Merci.

  • J'ai tapé mais n'ai rien trouvé!
    A Saint Didier, il y a le tombeau du dit Benoît mais quant à la chasse je reste Bénezet comme devant.

  • Les catholiques sont vraiment des gens tordus. Exhiber des morceaux d'ossements (si c'est bien ça qu'on voit ?) dans un monstrueux machin doré qui ressemble à un insert de cheminée ! Mettez-y une allumette et réchauffons-nous les mains au feu qui s'en suivra... Après l'église catholique pourra vendre l'or au profit des nécessiteux.

    Non ?

    Iconoclaste ? Hérétique ?

    Oui c'est sans doute mon passé huguenot qui ressort.

  • J'ai photographié ce reliquaire qui était exceptionnellement bien visible sur l'autel latéral droit de la chapelle dédiée à Benezet (à gauche du chœur) dans l'église St-Didier.
    Il y avait un autre reliquaire sorti aussi dans une autre chapelle (un tibia ou un fémur ?)
    Je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer quelqu'un qui puisse me renseigner...
    C'était le 20 septembre 2009.

  • Lou Ravi, pour sur de l'extérieur vous devez vous demander quelle mouche nous a piqués pour parler de lames de tarots dans une publication où il est question de reliquaire, donc, je vous l'accorde cela n'a rien à voir avec la choucroute. On s'emballe, on s'emballe, mais vous comprendrez en allant visiter mon blog.
    Bien à vous.

  • Mathilde, je ferai des infidélités à MB: j'irai voir votre blog...

    jeandler: pourtant cela marche : « église Saint-Didier Avignon ». sur Google Essayez à nouveau…

    M. l’hérétique : j’ai toujours eu une préférence pour les huguenots, les protestants. Leur foi simple et dépouillé a toujours tranché avec celle ambitieuse, orgueilleuse, illuminée de richesses des catholiques. Sans compter avec les souvenirs historiques et les bûchers cathares, le drame de Montségur, les massacres des Vaudois pour ne citer qu’eux. Je ne puis cependant vous suivre dans ce à quoi vous donnez des accents de haine mais qui me paraît (je l’espère) participer plutôt, et je ne sais pourquoi, de l’agacement. Car en clouant au pilori une pratique un rite religieux qui « ne fait de mal à personne » vous condamnez aussi tous les autres dès lors qu’ils vous paraissent étrangers, différents. Et vous faites, sans vous en rendre compte peut-être, du mal par exemple au peuple Dogon qui souvent tire curieusement ses cadavres dans des anfractuosités au lieu de les ensevelir, à ces tribus d’indiens d’Amérique qui recueillent précautionneusement les plus gros os pour les conserver chez eux, aux peuples de l’Himalaya qui découpent en petits morceaux les corps pour les offrir aux vautours (« quelle pratique horrible, de barbares, ne pourraient-ils pas les enterrer comme nous ? »). La ferveur a besoin de vecteurs, nous ne sommes pas tous capables de ces introspections que les plus « cultivés» peuvent avoir. Chaque religion a ses rites et ses pratiques et, c’est mon avis, nous devons les respecter dès lors qu’ils sont au service d’une foi qui respecte l’homme, l’individu, les cultures des autres, leur genre de vie, leurs traditions, leur propre vision du monde, de la chair et de l’esprit. J’appartiens à une génération d’écoliers, de lycéens qui a été formé aux idées d’humanisme j’allais dire d’humanité de Lévi-Strauss qui nous a quitté en 2009. Il savait bien que l’on ne peut pas s’extasier de telle ou telle pratique funéraire, parfaitement absconse dans l’absolu, en vigueur chez les amazoniens puis trouver ridicule nos propres offrandes et communions. Quant aux richesses vous avez raison. Mais il faut savoir ce que l’on veut. Et ne pas se pâmer, montrer, protéger, vendre aux touristes, aux étrangers un patrimoine singulier et dans le même temps en vouloir la destruction ou la dilapidation. Car un reliquaire en or ou une vierge en marbre polychrome, un joli clocher ouvragé ou une sculpture d’albâtre c’est toujours de la richesse…Enfin je crois à la vertu de l’exemple : avant de demander aux autres de partager, partageons nous-mêmes. Je ne sais pas ce que vous faites, comment vous êtes dans la vie, mais vous verrez l’exercice est plus que difficile. Désolé d’avoir fait long, mais je me suis senti concerné par vos propos. Et je vais peut-être vous surprendre : je ne suis nullement « catholique » même si je puis me recueillir « penser » dans une église (pas n’importe laquelle cependant…sourire). Je ne suis pas pratiquant, et si je dois à tout prix me rapprocher d’une religion vous me trouverez plutôt dans la mouvance bouddhiste, suivant en cela le choix de vie, de pensée de celle avec qui je partage cette existence. Et quelque part je pourrais me sentir blessé par ce que vous avez écrit. Car 2009 c’est aussi l’année où les reliques du Bouddha Sakyamouni (bêtement des os, des fragments de chair séchés, beurk !) ont été amenés depuis la Thaïlande seul pays d’Asie jamais colonisé, à la Grande Pagode de Vincennes…
    Encore désolé pour la longueur, en fait il faudrait probablement des plombes pour discuter de tout cela. .Donc j’en resterai là, sauf à vous dire que vous me devez un café car je me suis mis en retard et ne pourrai le prendre… Bien à vous.

  • Leif => But, who is "king Louis" ? Whom ? Avignon was not french before Revolution.

    Lou Ravi => Tu parles pour moi ! Et peut-être même mieux. Merci.

  • @Lou Ravi : vous le savez, je suis très souvent d'accord avec vos propos, mais aujourd'hui je ne peux que m'insurger contre ce que vous reprochez à Nathalie.
    Moi aussi le côté mortifère de la religion catholique me choque et m'exaspère et pourtant, contrairement à Nathalie, j'ai été élevée dedans, et pas à doses homéopathiques, je vous prie de me croire !

    Tous ces crucifix, ces Mater Dolorosa, ce culte des martyrs, ces chasses en or pour contenir de pauvres ossements qui seraient mieux à faire de l'engrais, je les trouvent choquants et en totale contradiction avec les évangiles qui parlent de résurrection et de vie éternelle.

    Donc je plussoie Nathalie dans ce que son commentaire semble protester contre un culte faisant la part trop belle aux mortifications et autres sacrifices, alors que le Christ a ressuscité d'entre les morts et qu'il est monté aux cieux où il nous attend si nous suivons son précepte d'amour envers notre prochain.

    Maintenant je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas (car je ne connais pas grand chose à la religion réformée) et c'est à Nathalie de répondre sur ce sujet.

  • Je suis un gros bêta: je n'avais même pas remarqué que Nath' était derrière M. l'hérétique. Mais cela ne change rien à mon propos. Le côté "mortifère" existe dans des tas de religions et il faudrait des lignes pour énumérer toutes celles dont les rites sont chargés d'objets, pratiques, sacrifices, décors, monuments qui "instrumentalisent" la mort et les morts. Je n'ai pas de pratique religieuse mais j'ai tendance à respecter ceux qui en ont. Dans la mesure où leur culte n'est pas contraire à une certaine philosophie de la vie que je me fais. Et puis nos églises ne croulent tout de même pas sous les reliques et les châsses. Nous ne sommes ni à Naples, ni à Lisbonne...Je n'ai pas votre expérience de la pratique religieuse. Je suis issu d'un milieu ouvrier où l'on se méfiait de l'église, pas forcément du curé. Je n'ai jamais vu mes parents aller à la messe sauf pour des obsèques et je n'ai donc pas appris à détester la bondieuserie et son cortège d'objets induisant une relation trouble avec la mort. J'aurais été gavé, comme vous de la déferlante des crucifix, tableaux etc. évoquant la mort si je l'avais connue. Mais réfléchissons, sans pour autant exonérer les catholiques de leurs excès: nous vivons dans une société qui fuit la mort, la méconnait à tout prix, la fait disparaître...Montesquieu est oublié, depuis longtemps...
    Bon, pas trop le temps de rester ici. Désolé d'avoir réagi. Je ne voulais en aucun cas imposer mon point de vue. Mais simplement faire remarquer que les cathos ne détiennent pas le monopole de l' idolâtrie, pour autant que vénérer des reliques le soit...
    Par ailleurs nous sommes au XXIème et la religion chrétienne a bien évolué depuis le moyen-âge...Même si du côté des Pénitents Gris, elle a mis du temps, n'est-ce pas Yv' ?
    J'ajoute ceci que mon étourderie ne m'avais pas permis de souligner: Nath' je suis allé voir votre blog et vos jolies photos. Y compris celle du crucifix des Doms (je n'aime pas moi ce crucifix et cette vierge qui dénaturent le Palais) que vous mettez si bien en lumière. Il y a quelque part là quelque chose qui me parait contradictoire. Mais nous sommes tous peut-être quelque part angoissés, sans jamais nous l'avouer. Surtout si nous avons de belles certitudes aussi clinquantes que les lumières de Noël pour nous éblouir...

  • Ah, j'attendais la devinette suivante..A demain donc. Et puis, bien sûr vous aurez rectifié, c'était Montaigne et non Montesquieu. Vanité de la mémoire....

  • > Lou Ravi: je préfèrerai une religion qui célébrât la vie plutôt que la mort. Etant bien entendu qu'il n'y a pas de vie sans mort.
    Mais il faut le reconnaître, ces expositions sont macabres!

  • Vous avez raison J. Mon propos n'était pas de "sanctifier" (!) la valorisation de la mort, mais de faire remarquer que les catholiques ne sont pas les seuls à "exhiber la mort". A faire un procès autant qu'il soit équitable...Je voulais aussi souligner que si la mort ne doit pas être une obsession (quel cauchemar la vie alors !) elle est éludée aujourd'hui, anéantie, tabou. Alors qu'elle est si naturelle...le plus souvent. Bien sûr il faut célébrer la vie, non la mort. Sauf à être un adepte des catacombes ou de quelque secte tordue...Ceci dit n'étant guère croyant je ne suis pas un as pour bien parler de ces choses là...

  • Merci Lou Ravi de cet exposé, jamais assez complet bien sûr car les idées méritent toujours d'être explorées finement, mais néanmoins fort clair.

    Bien sûr que c'était de l'agacement et non de la haine, je n'ai de haine envers personne, c'est un sentiment qui m'est étranger.

    Loin de moi la tentation de ridiculiser les pratiques des autres, lointains ou non, mais comme Yvelinoise j'ai du mal à avoir de la sympathie pour des pratiques que je ressens comme mortifères.

    Mais il ne faut pas amalgamer critique des pratiques de l'église et critique de la foi. Je respecte la spiritualité de chacun mais j'ai du mal à avoir beaucoup de respect pour certaines pratiques de nombreuses églises et pour le goût du pouvoir temporel qui motive généralement leurs dirigeants.

    Mais on s'égare loin des reliques. Ici accordez-moi généreusement votre pardon pour ma réaction épidermique et je vous offrirai bien volontiers un café... voire plus ?

    Je pensais organiser un dîner de blogueurs avignonnais le 29 ou 30 déc prochain. Accepteriez-vous d'être des nôtres ?

  • Concernant ma photo du crucifix des doms, ma vision du monde à moi est incroyablement graphique, visuelle. Ce qui me touche ce sont des lumières, des volumes, des couleurs, des ombres, des ton sur ton, des espaces et des vides, des respirations et des intensités visuelles. C'est terrible mais c'est comme ça, je suis une visuelle bien plus qu'une symbolique.

    La conséquence c'est qu'alors qu'un christ en croix m'est symboliquement assez insupportable, le même crucifix dans un certain contexte de lumière et de cadrage me remplira de joie parce que j'y trouve une satisfaction visuelle intense.

    La même logique (?) s'applique dans le domaine des graffitis : alors que j'abhorre les graffitis dans ce qu'ils représentent de dégradation du patrimoine commun et de manque de respect du bien d'autrui, je ne vais pouvoir m'empêcher de me régaler d'un graphisme, d'un cadrage ou d'un rapport de couleurs que je trouve visuellement gratifiant.

Écrire un commentaire

Optionnel