Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt an après la court dóu museon Calvet / Cent ans après la cour du musée Calvet / A century after the courtyard of Calvet museum



Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Michel Benoit,
    Magnifique retour au le passé. Dans ce cas le passé semble d'être un peu plus riche.
    Quel grand talent vous avez pour ces voyages au passé.
    MERCI pour votre art!

  • je regrette surtout la trop grande netteté de la muséographie et je pleure sur les paons du jardin

  • Ne parlons que de la cour puisque de cour il s'agit: rendue à ses sobres lignes d'origine et une belle calade.

  • Difficile d'opter !
    Mais j'aime beaucoup les expressions :

    "... la trop grande netteté muséographique ..."
    C'est la mode la netteté muséographique et l'authenticité y perd beaucoup !
    Je regrette aussi les paons.

    "... les plantes rendent aux jarres leur tristesse ..."
    Quand les choses s'expriment, il semblerait qu'elles parlent en faveur du passé...

  • La mode était aux empilements. Voir les photos d'expos de peinture du XIX-début XXème. Beaucoup d'objets auraient disparu de Calvet (Egyptologie en particulier à ce qu'il se dit). Le capharnaüm qui régnait permit bien des "enlèvements". D'ailleurs n'y-a-t-il pas, notamment pour les oeuvres "en dépôt" dans les collectivités locales et les services de l'Etat, un contentieux qui perdure à ce sujet ?

    Enfin: à quand la mise en valeur de nos artistes provençaux ? Il faut que ce soient des lieux privés comme Vouland, Angladon ou encore Estrine à St Rémy qui s'y collent...

  • Lou Ravi dit : "... n'y-a-t-il pas, notamment pour les œuvres "en dépôt" dans les collectivités locales et les services de l'État, un contentieux qui perdure à ce sujet ?"

    Je vous conseille de lire à ce sujet : "Museum connection" chez First éditions.

  • Pour avoir vécu dans la maison de la gardienne qui donnait les tickets d'entrée.
    a son départ a la retraite, ils ont déménagé la bibliothèque, supprimé son appartement et ils ont tout transformé pour rentabiliser au maximum.
    Pour avoir été un été gardienne au musé et y retourner maintenant!!
    l'âme même du musée a disparu. les collections ou sont t'elle?
    ou s'ont passé les paons?

  • Oui, je ressens comme vous. C'était l'époque de l'ancien conservateur, M. Deloye, et son remplacement inaugura une nouvelle époque pour le musée. Ce fut la création de la médiathèque Ceccano, plus adaptée, qui libéra le musée de la bibliothèque. De nouvelles salles furent ouvertes pour accueillir des collections d'égyptologie qui croupissaient paraît-il dans les réserves. Je n'ai jamais visité les réserves, donc je ne me rends pas compte de ce qu'il y eut... et qui n'est plus. J'ai aussi la nostalgie des paons... il doit y en avoir au jardin du rocher des Doms.

  • j'ai vu les réserves il y avait des merveilles dont une momie Egyptienne magnifique d'un enfant qui a fini a la fosse commune du cimetière d'Avignon.
    C'est la nostalgie qui ne fait parler car souvent le soir j'allais avec ma tante donner manger au paons qui le matin nous réveillez avec leur chant..

Écrire un commentaire

Optionnel