Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt-sege an après 18 carriero Sant-Agricò

Cent-seize ans après 18 rue St-Agricol
One-hundred-and-sixteen years after St. Agricol street 18
Hundertsechzehn Jahre nach St-Agricol Straße 18

3710077658.jpg

3797913891.jpg

Commentaires

  • c'était plus commode pour les enterrements:.. ça a passablement changé comme marchandise et avec un coffrage qui monte un peu haut

  • Il en fallait des petites mains, pour enfiler toutes ces perles !

    Le funéraire ce n'est pas bien gai, mais les boutiques de fringues c'est vraiment lassant.
    En outre, ce gris foncé de la devanture de Vogue conviendrait mieux à l'art funéraire, d'autant plus que les sortes de petites pyramides au-dessus des vitrines évoquent des éteignoirs. Du coup, il me semble que la devanture de Cousin - Bonnaud était moins triste que celle de Vogue, un comble !

  • Bien vu ! Wilfrid.

  • Mais caisse donc que ces grosses caisses disposées devant les employées de la manufacture ?
    Pas assez grandes pour être des "costumes en sapin"..

  • ...des produits finis en attente de livraison sans doute,
    à moins que ce ne soit une arrivée de fournitures.

  • à l'époque les guirlandes en perles de verre se faisaient beaucoup, ces caisses en contenaient peut-être

  • Je viens ajouter mon témoignage ayant habité près de là de 1960 à 1974
    Durant cette période, il y avait là un grand pressing, auquel nous allions très souvent porter nos affaires à nettoyer.
    En face rue Saint Agricol, le magasin "Le Sporting" avec sa galerie profonde, les vêtements Pygmalion à la droite de celui ci.
    En face à l'angle de la rue de la Fusterie l'incontournable Gervais Musique.
    Et plus bas la droguerie Poulet, le Casino, et un boucher à l'angle de la rue Joseph Vernet.
    Si cela vous intéresse dans vos recherches, j'ai en mémoire beaucoup de souvenirs sur la vie et les commerces du quartier sur cette période.
    Mes parents tenaient "Le Comptoir de la Droguerie" au 19 de la rue Joseph Vernet, c'était tout près !

  • Arrivé en 1973 je ne les ai pas tous connu, mais je me souviens bien de magasin de sport, de Gervais, le Casino, est-ce-que la Tropézienne existait déjà?

Écrire un commentaire

Optionnel