Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oustau d'Avril

Maison d'Avril
April house
April Haus

337109450.jpg
XVIIe siècle. Porte de la maison de Pierre Apvril et de son gendre Nicolas Mignard, dit Mignard d'Avignon, qui épousa sa fille Marguerite. Ils accueillirent Molière et sa troupe dans leur jeu de paume. Le fils de Nicolas, Pierre II Mignard dit Le Chevalier Mignard naquit et mourut ici.

Lire aussi :
http://avignon.hautetfort.com/archive/2013/12/28/enco-de-mignard.html
http://avignon.hautetfort.com/archive/2010/10/03/testo-de-bos.html

Commentaires

  • j'apprends une chose le nom du menuisier et je lui tire mon chapeau

  • Belle porte ! Je n'ai pas tout compris au sujet du mariage de Mignard, il a épousé la fille de qui ?
    Belle journée !

  • Pierre Avril, qui porte le qualificatif de "maître paumier", avait acheté un jardin de Barthélémy de Rhodes en 1603. La parcelle était située entre le monastère du Refuge et le collège St Nicolas d'Annecy. C'est lui qui commença à bâtir la maison dont il est aujourd'hui question, construction qui fut largement amplifiée par son gendre Nicolas Mignard.

    En effet, la fille que Pierre Avril avait eue en 1609 de son épouse Claire Albert, avait fait la connaissance d'un jeune peintre d'origine troyenne qui, parti pour le "voyage de Rome", s'était arrêté à Avignon vers 1632. Contraint de poursuivre son périple vers l'Italie, l'artiste n'eut qu'une idée en tête, revenir à Avignon épouser sa bien-aimée.... Ce qui fut effectif fin 1637, la jeune mariée apportant en dot quantité de biens immobiliers et devenant par la suite héritière de ses parents. C'est ainsi que la maison de la rue Bouquerie passa aux mains de Nicolas Mignard, qui y avait établi son atelier où il passa 23 ans à peindre, avant de se voir appelé à Paris par Louis XIV. La maison de Nicolas resta dans la famille, passant à son fils aîné Pierre II ("le Chevalier Mignard") puis aux enfants de son fils cadet Paul, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'un des derniers descendants en fit un séminaire sous la Restauration.

    Bon, et avec tout ça, comment s'appelait la fiancée de Nicolas ? Si l'on s'en réfère à son acte de baptème, son nom latinisé est "Margarita Aprilis", dans son acte de mariage elle devient "Margarita Avrille", et dans son acte de décès (1679) "Margarita d'Apvril".... Bref, si le prénom fait l'unanimité, par contre la latinisation du patronyme est des plus fluctuantes ! Néanmoins, les actes notariés qui concernent tant ses parents qu'elle-même portent le nom en bon français, qui est invariablement écrit AVRIL.

  • Apvril est la graphie française ancienne pour Avril (le mois de l'année). Et comme je le dis ci-dessus, quantité de contemporains ont écrit Avril sans que l'intéressé ne réagisse...

    Après, ne pas oublier que "les noms propres n'ont pas d'orthographe", ce qui évidemment ouvre la porte à bien des choses.

    Enfin et pour finir, mais ici cela n'est pas important pour le sujet du jour, quantité de généalogistes wikipédistes semblent ignorer non seulement la paléographie, mais aussi qu'en Provence les patronymes des filles et femmes sont systématiquement féminisés.

  • Dommage que la restauration de cette superbissime menuiserie ne soit pas allée jusqu'au bout et qu'elle ait maintenu l'abominable grillage qui éventre la partie supérieure.

    Avec les panneaux rayonnants d'origine tels qu'on peut les imaginer sans peine, c'est tout de même autre chose...
    https://imagizer.imageshack.com/img923/9765/yWnmbu.jpg

  • Est-ce que le grillage de la partie supérieure n'a pas été délibérément voulu, afin de donner un peu plus de luminosité intérieure ?

Écrire un commentaire

Optionnel