Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gleiso à viéure

Église à vivre
Church to live

2609291147.jpg

Église à dormir...

Lien permanent 19 commentaires

Commentaires

  • me fait toujours envie... bon mais c'est vie dans l'escalier

  • Oui, cette fenêtre gothique est la seule fenêtre de cette façade. Je pense qu'elle est toujours coupée en deux par un plancher mais je ne sais pas dans quelle(s) pièce(s) de la maison elle se trouve maintenant.

    Quant à la façade, il y a bien quelque chose de nouveau, ou plutôt de disparu !

  • Pour moi, la nouveauté par rapport à la photo de juillet se trouve dans l'éclairage public.
    Une simili-lanterne a avantageusement remplacé (un peu plus bas sur la façade) la lampe précédente, hyper moche :
    https://goo.gl/maps/a446vBfC9Dao5AGs8

  • Ah mais oui ! c'est pourtant écrit en GROS :-)

    Quant au vitrail, il me semble trop joli pour être honnête ...

  • Ah donc, elle n'est pas coupée par un plancher. C'est extrêmement décoratif !
    Dans mon souvenir, il n'y avait pas de vitrail à l'époque où je suis entré dans ces lieux...

  • Extrait du texte accompagnant l'annonce de la maison (Aux Augustins) mise en vente récemment :

    "Construite sur les ruines du monastère et de l'église des Augustins du XIIIe - XIVe siècle, la demeure de près de 500 m2 habitables contient de nombreux éléments architecturaux de l'époque.
    Dans ce cadre paisible du centre historique, le bâtiment élevé de deux niveaux sur rez-de-chaussée s'articule autour d'un patio de plus de 80m2 dans un esprit méditerranéen.

    La chapelle bien conservée du XVe siècle constitue une partie de la salle principale, le vitrail gothique réalisé par les Compagnons du Tour de France, la gargouille témoignent, entre autres, de la richesse exceptionnelle du patrimoine architectural de ce lieu. Totalement rénové entre 2012 et 2013 sous la direction de l'architecte des Bâtiments de France..
    .

  • Il faut savoir qu'au 22 (soit de l'autre côté du clocher) c'est la continuité des Augustins, mais helas, pas dans le même état

  • Exact, sur deux maisons.
    Ce sont des restes du chevet de l'église.
    Le cloître était manifestement au sud.

  • Le clocher n’est pas vraiment dans l’alignement… mais pas en dehors non plus.

    En fait, son alignement est celui des chapelles latérales qui bordaient la rue, et qui sont les vestiges les plus apparents de l’église. En voici une excellente représentation de l’album de Laincel, dans le 3ème quart du XVIIème siècle :

    https://imagizer.imageshack.com/img923/633/Y6R6vz.jpg

    Autrement dit, il manque de nos jours toutes les parties supérieures de cet édifice, qui était l’un des plus élevés de la ville – voir les arrachements qui se trouvent très haut dans l’angle du clocher.

    Autrement dit encore, ce clocher était collé à la muraille de la nef et se trouvait donc en « hors d’œuvre » (expression qui n’est pas seulement culinaire et gastronomique, mais appartient aussi au vocabulaire architectural) par rapport à la nef, et de ce fait même dans l’alignement des chapelles latérales.

    Autrement dit aussi, ce que nous voyons n’est rien par rapport à ce qui était, le dessin de Laincel étant corroboré par maintes représentations de la ville antérieures à la Révolution.

    On voit également sur ces diverses représentations, et surtout celle-ci-dessus, que l’église se prolongeait au Levant bien au-delà du clocher, sous la forme d’une vaste abside d’un profil de plus intéressants… Si j’ai bonne mémoire, il y a une excellente étude de François Guyonnet et Magali Truel sur le couvent (Annuaire des amis du Palais des Papes dans les années 1990), où est publié un plan au sol de l’église restitué à partir de relevés archéologiques du subsistant.

    Autre détail assez évident : la belle fenêtre blanche en belles pierres toutes neuves est bien entendu toute moderne ! Et le vitrail du même tonneau.

    En termes d’ouverture, la seule chose authentique visible sur le cliché est le vestige de mouluration présent entre les deux fenêtres de la travée centrale (antiquités des Carmes). Serait intéressant de connaitre ce qu’on voit quant les volets sont fermés, si cela arrive.

  • Par ailleurs, sur les plans du XVIIe siècle, il y a quelque chose qui cloche dans l'alignement des maisons et du clocher : l'église est représentée EN RETRAIT du clocher, pas du tout dans l'alignement actuel...

    Voir par exemple le plan de Matthaeus Merian intitulé "Civitatis Avenionis omnimq viarum et aedificiorum ejus perfecta delineatio" (Tous les édifices et voies de la ville d'Avignon dans leurs parfaites délimitations) :
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53152798p/f1.item.zoom#
    .

  • Page 46 de "Avignon pas à pas" (H. Aliquot) il y a un dessin ainsi légendé "L'église des Grands-Augustins n'existe plus qu'à l'état de vestiges le long de la rue Carreterie"

    Ce dessin montre le clocher EN AVANT de l'église, avec, à sa gauche l'abside, à sa droite la nef, dont les contreforts semblent bordés par des maisons en partie dissimulées par les arbres du premier plan..
    .

  • Oui, sur le dessin du livre d'Aliquot, on voit bien le chevet des Grands Augustins vu depuis le clocher des Grands Carmes.
    J'attends l'occasion de monter dans le clocher des Carmes pour faire une photo sous le même angle que ce dessin...

    Le clocher semble en avant, mais en fait les façades que nous voyons aujourd'hui sont la partie basse du mur de l'église sur laquelle s'appuient les arcs boutants. Au niveau des arcs boutants, le mur de l'église est en retrait par rapport au clocher.

  • C'est ce que je dis plus haut. Ce ne sont pas des "maisons" qui bordent la nef, mais les chapelles latérales plus basses.

Écrire un commentaire

Optionnel