Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ducommun

2886211633.png 556617492.jpg

2256753979.jpg

Montre de col en or jaune :
https://www.drouot-estimations.com/lot/82974/7221068
Horloge de l'hôtel de ville :
http://avignon.hautetfort.com/archive/2020/07/05/deforo-dedins-6249916.html

Lien permanent 22 commentaires

Commentaires

  • La facture de 1906 est signée du successeur, Guillin.

    L'image de la façade est une lithographie Delmas. A noter sur celle-ci : "élève de Breguet" (sans accent).... ce qui n'était pas rien !

  • C'est là où il y a actuellement la boutique des Délices du Luberon.

    http://avignon.hautetfort.com/archive/2016/06/02/cent-e-des-an-apres-placo-dou-cambi.html : c'est toujours l'horlogerie Ducommun.

    Mais là http://avignon.hautetfort.com/archive/2014/04/24/cent-an-apres-20-placo-dou-cambi.html#article-comments c'est devenu un magasin de musique, qui a conservé l'horloge centrale de la devanture.

    A quel moment deux des quatre fenêtre du 1er étage ont-elles été condamnées ?

  • Bien trouvé le premier lien vers la place du Change !
    Les années 1900...

    Quant au second, début des années 1920.
    Les fenêtres ont été bouchées entre les deux, sans doute après-guerre.

    L'impôt sur les fenêtres, lui, disparaît en 1926.
    G. Châlon a dû regretter pour si peu de les avoir bouchées !

  • J'avoue ne rien comprendre à votre histoire de fenêtres murées.... j'aperçois à toutes les étapes 4 fenêtres au 1er étage, souvent avec les volets fermés mais ce n'est pas pour autant qu'elles soient murées.

    Par contre, on peut voir que le graveur a "arrangé" la façade en omettant la porte d'entrée de l'immeuble, qui apparait à gauche sur tous les clichés et doit être bien ancienne. Ou alors il faut penser qu'à l'époque du graveur Delmas qui a peut-être figé l'état initial de la devanture, l'accès aux étages ne se faisait qu'à travers la boutique, ce qui ne serait pas si étonnant pour une époque bien révolue où les commerçants habitaient au dessus de leur magasin.

  • Alain, c'est parce que nous parlons de la façade principale, celle qui donne vers le nord, et pas de la façade en retour, orientée vers l'est (ce qui fait un peu pléonasme, je sais !).

  • Et donc il n'y a pas eu de "maquillage" de porte latérale sur la gravure (de la façade principale), puisque cette porte est sur l'autre façade !

  • "Montres, Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie, Garnitures de Cheminées, Lampes Riches, Garde-Feux, Suspensions, Lustres, Candélabres, Pendules, Horloges de Clochers" :
    c'était une véritable caverne d'Ali Baba, les vitrines de ce magasin !

    Mais qu'est ce donc qu'une lampe Riche ?...
    .

  • J'imagine que Riche est le nom d'un créateur ou fabricant de lampes.
    Mais les recherches ne semblent pas évidentes à ce sujet.

  • Je pense qu'il s'agit plus probablement d'un adjectif que d'un nom propre, si l'on en croit le S final.

    Donc ce sont des lampes qui sont ou "font" riche...

    La question pourrait être posée de savoir ce que désignait exactement le mot "lampe" au XIX° siècle.

  • Oui Alain, et la phrase ci-dessous va dans votre sens :
    "Mais l’électricité était « la lumière des riches » car trop coûteuse par rapport à son rival, le gaz."
    citation qui se trouve au début du paragraphe 4 dans ce document :
    https://journals.openedition.org/rh19/4340

    Le magasin Ducommun vendait-il des lampes fonctionnant à l'électricité ?
    C'est possible mais pas certain :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lampe_%C3%A0_incandescence
    "Dans les années 1880, les fabricants d'éclairage électrique se livrent à une compétition acharnée. (...) En 1897, la lampe de Nernst remplace le filament de carbone par un filament de céramique, plus efficace. Ce matériau ne se sublime pas, éliminant la nécessité du vide ; mais la lampe ne s'allume qu'après un délai de préchauffage de 10 à 20 secondes. En 1904, la firme hongroise Tungsram met au point une lampe à filament de tungstène, métal ayant le point de fusion le plus élevé."
    .

  • Dans mon commentaire d'hier, j'ai fait un récapitulatif de toutes les mentions importantes qui figurent sur la facture Ducommun et qui sont lisibles quand on agrandit l'image.

    Mais il y a des trous dans ma raquette, et (outre Bronzes d'Art et d'Ameublement) une mention des plus intéressantes est passée au travers. Je veux parler de celle qui fait pendant à "Bronze de Paris" inscrite sur le store de la vitrine de droite.
    De l'autre côté de la porte d'entrée du magasin, donc sur le store de la vitrine de gauche, on lit "Élève de Breguet"...

    À tout hasard j'ai fait une recherche avec cette mention qui m'intriguait et j'ai obtenu sans peine la réponse à ma question, sur ce forum :
    http://forum.horlogerie-suisse.com/viewtopic.php?f=1&t=5054&hilit=gasche&sid=1bb6ea4af2a2aa649c252d51f86b162b

    « D'après le livre "BREGUET HORLOGER DEPUIS 1775", et dans le glossaire à la lettre "E", à la section "Elèves et ouvriers" il est mentionné : "Faire la liste de tous les collaborateurs d'Ahabram-Louis Breguet serait long et fastidieux. En 48ans années de carrières, le maître forme trois générations d'horlogers qui, à leur tour, perpétuent son art en diffusant dans l'Europe entière sa technique et son style.
    Le plus important de ses collaborateurs est son fils unique, Antoine-Louis. [...] Parmi les nombreux horlogers mentionnés dans les registres de fabrication, on peut citer Amiet, Avril, [...] Garcin, [...].
    Certain réalisent aussi des montres pour leur propre compte - pendant ou après leur passage quai de l'Horloge - et obtiennent l'autorisation de faire suivre leur nom de la mention "Elève de Breguet". »


    Et, de fil en aiguilles (de montres, of course) à défaut de "Lampes Riches", j'ai découvert la "Pendule Sympathique" :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pendule_sympathique

    Sympa, non ?.. :-)
    .

  • Je dirais même plus : "étonnant, non ?"
    J'ai du mal à m'imaginer un tel fonctionnement.
    N'auraient-ils point pensé à mettre au point pour la pendule une horloge sympathique... ?

  • Fabuleux. Preuve s'il en fallait que les horloges sont sympas.
    Même un coq en aimait une, paraît-il, dans le Poitou...

  • Je viens de lire dans Wikipedia :
    « À la fin de 1884, Ducommun alors directeur de la Société régionale d'électricité et des eaux du Pont d'Avignon, demande le premier à la municipalité la permission de créer deux lignes de tramway électrique : la première partant de la place de l'Horloge et se dirigeant vers le quartier Monclar, la seconde partant du même endroit en direction du quartier Saint-Ruf. »

Écrire un commentaire

Optionnel