Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou palais di papo en 1791

Le palais des papes en 1791
The pope's palace in 1791

4166051788.jpg
Dessin anonyme teinté d'encre de Chine sur papier. 1791. Collection Aubanel.

Lien permanent 16 commentaires

Commentaires

  • très beau design et qui montre tout ce qui a été reconstitué (reste la puissance)

  • dessin, pas design (marre des initiatives de ma machine)

  • Utilisé à la fois comme prison civile et comme caserne militaire aux lendemains de la Révolution, le palais a beaucoup souffert...

  • Dessin à comparer avec la gravure ci-dessous, conservée au Musée du Vieil Avignon. Mais où était-il ce musée à présent introuvable.. à côté de la Métropole, non ?
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Avignon_(palais_des_papes)_gravure_anonyme_du_d%C3%A9but_du_XIX%C2%B0_s.jpg

    Et cette autre gravure, dont on ne sait rien..
    https://www.horizon-provence.com/palais-des-papes-avignon/photos/palais-des-papes212.jpg
    .

  • On a vraiment l'impression que graveurs et dessinateurs se sont copiés les uns les autres, le prototype étant (peut être !) la gravure que tu dis ne pas connaître, Michel.

    Ceci étant, le plus faux des ces dessins est très clairement celui du jour ! Voir en particulier les détails du ravelin, dont les dispositions ont été immortalisées avant destruction par ce témoin impartial qu'est la photo.

    Tu pourrais nous faire un avant/après, la comparaison serait édifiante, même si beaucoup a été reconstruit depuis 1791....

  • À propos du ravelin, autre élément de comparaison en regardant l'illustration (page 34) du "Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle" tome 7 :
    https://archive.org/details/dictionnairerais07violuoft/page/34/mode/2up?q=Tarifa

    accompagnée du texte suivant :
    "Il était autrefois richement décoré de peintures à l’intérieur. Mais deux incendies, l’abandon et le vandalisme, ont détruit la plus grande partie des décorations. Quelques plafonds assez richement peints datent du XVIe siècle. L’emmarchement du grand escalier, aujourd’hui délabré et sordide, était fait de marbre ou de pierre polie, ses voûtes étaient peintes. La chapelle était des plus splendides et contenait des monuments précieux : c’est dans ce vaisseau que furent déposés les trophées envoyés au pape en 1340, par le roi de Castille, à la suite de la victoire de Tarifa.

    Les deux tourelles qui surmontent la porte d’entrée en forme d’échauguettes ne furent démolies qu’en 1749, parce que (dit un rapport du sieur Thibaut, ingénieur, en date du 29 mars de la même année) elles menaçaient ruine ; un tableau déposé dans la bibliothèque d’Avignon et plusieurs gravures nous en ont conservé la forme. Quant aux couronnements des tours, notamment ceux de la tour de Trouillas, ils ne furent complètement détruits qu’au commencement de ce siècle, et sont également représentés dans les tableaux et gravures du XVIIe siècle."
    .

  • Ce qui montre bien à quel point Viollet le Duc pouvait exagérer dans ses "restitutions" qui riment très souvent avec invention et imagination.

    Le "ravelin" qu'il croit d'origine médiévale n'a été construit que lors de la guerre des "Pévoulins et Pessugaux" par Paul de la Valfenière. Auparavant, il n'y avait là qu'un petit portail avancé, entouré de palissades, comme le représente Etienne Martelange vers 1619.

    Quant aux tourelles des Champeaux, elles résistèrent encore 28 ans au rapport de Thibault, n'étant abattues qu'en 1777. L'ingénieur étant décédé entretemps, cette démolition causée par leur état de vétusté - déjà visible sur les dessins précités - fut sans doute l'oeuvre de Pierre Bondon, qui lui avait succédé dans la charge d'architecte de la Révérende Chambre Apostolique.

    Chambre apostolique qui se faisait remarquer par son impécuniosité notoire, ce qui explique combien il était préféré une démolition à de coûteuses réparations. Avant de lui jeter la pierre, se rappeler qu'au même moment le Roi de France faisait la même chose, en ordonnant de raser certains châteaux plutôt que d'en supporter l'entretien....

  • Entre les trois ingénieurs-architectes du nom de Pierre Thibault (père et fils) qui ont opéré officiellement à Avignon, il y a de quoi s'emmêler les crayons !

  • C'est vrai, mais datée avec un siècle d'écart par rapport à la carte postale...

  • Rectification : pas vraiment un siècle d'écart puisque le titre de la publication de 2016 précise "fin" du dix-septième siècle

  • La date provient de ce qu'il représente (état des tours, du ravelin, etc. etc). De plus, il se trouve dans l'album de Laincel dont la majorité des dessins remonté à cette époque.

Écrire un commentaire

Optionnel