Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plaço dóu Palais souto lou segound Empèri

Place du Palais sous le second Empire
Palais square under the second Empire

3287059784.jpg

1419872219.jpg

3585255340.jpg

2242140016.png

Merci à Pierre Bastide !

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • Je me demande quel est cette échafaudage d'acier ? un bizarre manège ?

  • C'était la roue où on rouait les hérétiques.... bélèou ;-DDD

  • Waow !!! Le Palais truffé d'ouvertures militaires, la tour de la Campane dépourvue de créneaux et mâchicoulis, le clocher de la Métropole sans sa Vierge... on est avant 1859 !

  • Ces vues stéréoscopiques sont plus anciennes que je ne le pensais. Moins de vingt ans après le premier daguerréotype ! Après être passé par les ferrotypes et les ambrotypes. Et la première photo en couleurs date de 1861 !

    Je me demande bien pourquoi l'inscription de la monture est à l'envers.

  • L'inversion G/D est peut-être liée au mode de reproduction des vues.

    Pour mémoire, le cliché des terrasses du Rocher était inversé... Au fait, la porte St Michel l'était-elle ?

  • Ce changement d'ouverture au pied de la tour d'angle est bien pratique !

    Le scan stéréo de la porte St-Michel que m'a envoyé Pierre Bastide est dans le bon sens.
    Je ne sais pas pour le document papier !
    Quand à celui du rocher des Doms, il était bien à l'envers, mais avec le texte à l'endroit.

  • Par rapport à Baldus dont le travail date de 1853, il y a ici une porte au sol percée dans l'angle nord-ouest de la façade principale, visiblement neuve, , avec aussi , toute aussi neuve, l'obstruction de la fenêtre située au -dessus.

    Le cliché stéréo se situe donc entre 1853 et 1859 (absence de la Vierge)

  • On peut resserrer encore un peu la fourchette de datation, puisque d'après Sylvain Gagnière le ravelin de Lomellini - ici bien présent - a été rasé en 1857.

    Donc cliché stéréo entre 1853 et 1857.

    Au passage et encore une fois, un très grand merci à Pierre Bastide !!

Écrire un commentaire

Optionnel