Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

I'a cènt an eisatamen : li gardian à Nostro-Damo

Il y a cent ans exactement : les gardians à Notre-Dame
Exactly hundred years ago : the cowboys at Notre-Dame

1560552964.jpg

166929457.jpg

Gardians camarguais, 15 mars 1921, agence Rol.
Gallica btv1b53062771r et btv1b53062784h.

15 mars 1921 : Millerand à-n-Avignon. Film muet de 17 secondes.

Commentaires

  • tu me vois pas, la Brigitte d'il y a cent ans est sur les marches de la boutique de souvenirs et elle ouvre de grands yeux ravis

  • Un film muet en 1821 ?? Alors là, chapeau !

  • On aurait presque pu voir Napoléon... s'il avait été là ;-D

  • Parce que tu a écrit une fois 1921, une fois 1821... D'où cette gentille pique...

    Seules les personnes qui ne font jamais rien ne se trompent jamais.... quoi que...

  • Exercice périlleux, tant pour les chevaux que pour les gardians.
    Des images historiques, qui méritaient amplement d'être immortalisées par les photographes et les cameramen

  • Petit film (et photos) très intéressants. Sur le film, à part la Mairie, je n'ai su resituer où cela avait été tourné. Je suppose place de l'horloge. Mais la perspective ne m'aide pas. Il y a le panneau "La belle jardinerie" ? Faudra que je regarde l'orientation du cameraman et vos commentaires ...

  • Pour le premier tiers du film, je ne reconnais pas le lieu.
    Le deuxième tiers on sait !
    Quant au troisième à la Belle Jardinière, c'est la rue Viala, avec la rue de la République en fond.
    Mais où as-tu vu la mairie, Alain ?

  • L'ensemble de colonnes que l'on aperçoit à droite à partir de la 6ème seconde est la façade du théatre. La Mairie est donc bien le bâtiment que l'on devine à gauche.

    A la fin, nous sommes effectivement place Viala et il est probable que tout ce petit monde se rend chez le Préfet.

    Par contre je dois avouer que je sèche sur la séquence d'ouverture, la définition est tellement basse qu'on n'y distingue rien de reconnaissable...

  • Merci pour la rue Viala, effectivement les platanes auraient du m'aiguiller ...
    Oui, Mairie, Théâtre pour le second extrait.
    Je fais une hypothèse pour la première partie : Photo prise de/vers la rue petite fusterie.
    PS : Comment on ajoute une photo ici ?

  • Bon, oui, même muet, un film de 1821, ça vaut le coup :-)
    Perfidie mise à part, dans le film on repère bien la descente des escaliers du parvis de Notre-Dame-des Doms par les gardians à cheval. Puis on les retrouve passant devant l'Opéra.
    La Belle Jardinière est filmée depuis la rue Viala. C'est l'actuelle boutique SFR, rue de la République :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2011/08/11/cent-an-apres-carriero-de-la-republico.html
    https://www.google.com/maps/@43.9480392,4.8056693,3a,75y,90h,90t/data=!3m6!1e1!3m4!1sp3THKL7eAeIwmMZZqsKhrA!2e0!7i16384!8i8192
    Mais je n'arrive à situer la première scène avec le compliment de le petite fille qui amuse tant ces messieurs...

  • Tiens, j'aurais dû lire les derniers commentaires avant de poster, ça m'aurait éviter d'être redondant !

  • Oui il y a un troisième cliché qui montre le cortège montant au rocher des Doms par les escaliers du Rhône, avec énormément de foule encore sur les quais. Et on n'a aucun cliché du côté de la gare..... Le Président Millerand serait-il arrivé par voie fluviale ?

  • Oui... il semblerait que son étape précédente ait été Valence, un voyage fluvial n'est pas incohérent.

    D'autant que les quais du Rhône sont situés, par rapport au Palais, à la Cathédrale, etc..., rigoureusement à l'opposé de la gare.

    De plus la visite de Millerand a été d'une grande brièveté (arrivé en fin d'après-midi, il prenait le train dès le lendemain, 5h15, pour Toulon). Dans une telle contrainte de temps, s'il était arrivé par chemin de fer, on imagine mal qu'il lui ait été proposé un tel détour pour rejoindre le Palais....

  • Sur la photo dénichée par Tilia aux archives d'Avignon, je me plais à imaginer qu'à droite c'est le photographe qui a pris les photos du même moment qui sont à la BNF.
    Et même en regardant dans l'ordre :
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53062751x
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90384534
    http://archives.avignon.fr/4DCGI/Web_DFPict/034/67Fi4408/ILUMP16081
    et en observant l'attitude des trois types en avant du cortège (dont celui avec la canne), je reconstituerais une petite rafale de vent qui a eu lieu il y a un siècle en début d'après-midi !

    Je sais que je radotes, mais un petit avant/après sur un de ces clichés me mettrait en joie, Michel...

  • A moins que les photos se succèdent dans l'autre sens et qu'arrivés au bout de l'ascension de l'escalier du Rhône, ces messieurs aient décidé de se rechapeauter.

    Et à propos de messieurs... tout ce cortège est terriblement masculin, non ? Si l'on regarde le corpus des 8 photos de la BNF (recherche : Millerand Avignon 1921 / images), le sexe faible n'est toléré que pour faire de la figuration souriante (les arlésiennes, les spectatrices + la petite fille au bouquet du film).
    Certes, actuellement nous sommes encore bien loin de la parité, mais on a fait un peu de chemin.

  • Millerand je m'en cague, mais j'aimerais bien voir des gardians à Avignon :-)

Écrire un commentaire

Optionnel