Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Robida : "La plaço Pío à-n-Avignoun" en 1893

Robida : "La place Pie à Avignon" en 1893
Robida : "The Place Pie in Avignon" in 1893

1778938148.jpg

La place Pie à Avignon par Albert Robida (1848-1926).
In La vieille France - Provence (sans date) [1893].

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • Un sacré coup de crayon et un magnifique sens de la perspective (rien à voir avec celle de mon APN "grand angle" :D)

  • Amusant de voir ces élégantes tout près des vide-quèli qui se déversent directement dans la rigole le long de la commanderie...(mais je pense qu'à la date du dessin l'on avait dû interdire l'usage d'origine de ces "boîtes à eau").

  • Pas sur Lou Ravi, à cette époque on supportait les odeurs, et peut-être ne les vidaient-ils que la nuit, ou au petit matin. Ce qui m'étonne c'est qu'ils sont bien loin des fenêtres, cela devait-être dangereux, pas bien réveillé, de se pencher ainsi le bourdalou à bout de bras :-)

  • On remarquera que le "bourdalou" a deux acceptions, bien françaises malgré sa consonance provençale :
    — c'est d'une part, dans le cas du commentaire de Wilfrid, un pot de chambre,
    — mais c'est aussi un ruban faisant le tour d'un chapeau d'homme...
    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bourdalou/10620
    Y eut-il une époque où les chapeaux servaient de... pots ?

  • Sur le bourdaloue qui était une sorte de pot de chambre:
    http://www.authenticite.fr/authenticite_fr_actu_view-le_bourdaloue__un_objet_tres_feminin-322-1.html
    L'hypothèse du chapeau rond renvoie aussi à Mgr Bourdaloue. Chez nous c'était le quèli. Ou la tineto, pissadou etc. "Passo(a)-rès !" criait-on en balançant le contenu du pot par la fenêtre pour que les passants d'écartent. Si des fosses étaient bien prévues au rez-de-chaussée, rares étaient les maisons dotées d'une tuyauterie interne desservant les étages...Les mesures hygiénistes d'assainissement édictées au XIXe ont contribué à assainir les rues. Avec plus ou moins de succès..

  • Vous m'espantez, je dirai dorénavant le quèli, bien que pissadou qui rime avec cagadou (j'en ai gardé un, de 1942, dans mon jardin bien que désaffecté) me plait bien; adieu bourdaloue, avec un e, objet féminin par excellence. Mais diable comment faisaient-ils, ou elles, avec une bourdaloue à la main, si léger soit-il, pour atteindre les quèlis sans danger?
    :-)

Écrire un commentaire

Optionnel