Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ounte sian ?

Où sommes-nous ?
Where are we ?

3291335830.jpg

Lien permanent 22 commentaires

Commentaires

  • Orientation NE - SO pour cette voie, comme semblent l'indiquer le penchant des arbres et l'ombre portée sur cette photo, vraisemblablement hivernale...

    Avec le canal qui le longe, il n'y a guère que le boulevard Limbert qui aurait pu correspondre à une telle voie... mais on sait qu'à la belle époque, ce boulevard était longé d'entrepôts et non pas de cossues maisons de plaisance... je pencherai donc pour un cliché hors d'Avignon.

    L'hypothèse de MB² me semble possible : c'est le genre de construction que l'on trouve du côté de Gentilly. Mais y avait-il un canal ?

  • Ce cliché de Bartésago est stocké depuis longtemps dans mon ordi avec la mention" à situer". Ce n'est pas Avignon me semble-t-il et j'ai aussi envisagé l'hypothèse sorguaise comme MB2. Mais le "château" de Gentilly ne ressemble pas à la construction que l'on voit. Tout le problème vient du canal qui est ici de belle ampleur. Rien trouvé le long du canal de Crillon qui soit ressemblant. Ensuite il y a ce "kiosque" (?) dont je n'ai aucune trace à Sorgues, à l'Isle...Je n'ai pas cherché du côté des bords de la Meyne à Orange...Mais la toiture du bâtiment et le décor des piliers me paraissent bien loin d'Avignon...Mystère pour l'instant...

  • Si on est à Avignon, je ne vois que le croisement de la Trillade et du boulevard Saint-Michel pour avoir cette inclinaison.
    Le parapet me paraît semblable au croisement des Sources : http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/02/14/cent-an-apres-avengudo-di-sourso-798131.html#comments

    Mais sur les plans de 1836 et 1840 accessibles par le site PAVAGE que nous a fait découvrir Alain Breton, il n'y a pas de bâtiment en bordure de boulevard ; et je ne sais pas où consulter de bonnes "pixellisations" des plans postérieurs.

  • Aucun doute, F Viallon a raison, la jolie maison est aujourd'hui décapitée de son toit et coincée entre l'agence Foncia et un centre auto.

  • Le muret bas et sa courbe me "parlaient" (on retrouve ce type de muret en pierre froide en divers endroits) et j'ai cherché en pensant aux "restes" (notamment Renault, Chaix) le long du boulevard. Mais je n'ai pas envisagé le croisement de la Trillade et j'ai cherché hors Avignon.
    Ce pourrait être aussi être le croisement de l'avenue des sources car sur les photos anciennes la fabrique Clérico a l'air flambant neuve.

    Si on est bien bien au début de la Trillade, bravo à FV pour sa perspicacité, il fallait y penser !

  • PPZ : je viens de comparer de près les architectures des deux maisons : celle de notre photo ancienne d'aujourd'hui (à la loupe !) et celle du lien de Street View donné par Guima.
    Les architectures sont exactement les mêmes. Les balustres, les refends, les linteaux, la division de la façade en trois parties, la partie centrale (ouverte semble-t-il et maintenant vitrée), tout colle.
    Un grand bravo !

  • Bravo à (dans l'ordre chronologique) :
    — Alain Breton qui reconnut le boulevard Limbert
    — Frédéric Viallon qui cita la Trillade le premier
    — Patricia Bonnal Gauthier qui a tout de suite pensé à cet endroit (mais aux Sources et non à la Trillade) :
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/02/14/cent-an-apres-avengudo-di-sourso-798131.html
    — et PPZ qui reconnut la maison !

  • Bon, hé bien un mystère résolu (c'est le disque dur de Lou Ravi qui va être content !!).

    En complément, voici un cliché aérien de 1926.

    En haut à droite, le carrefour de la porte Limbert / route de Marseille.

    En diagonale, le boulevard (qui s'appelle déjà Bd St Michel), bordé d'une double rangée de platanes, et d'un canal côté opposé au rempart. On y distingue aussi les voies du tram.

    Pile au centre du cliché, la maison qui nous occupe : on reconnait sans peine les deux toitures pyramidales. Dans l'axe entre les deux pavillons, le ponton d'accès (le plus à gauche sur le cliché Bartesago).

    Malheureusement, le beau jardin a disparu, occulté par des constructions que l'on peut supposer utilitaires, et qui réutilisent le second ponton conduisant à ce qui devait être l'entrée principale de la maison, ouvrant sur le jardin via une grande porte flamande.

    Le reste du voisinage a également dû sérieusement se construire....

    Un peu plus bas, l'avenue de la Trillade bordée de rigoles, comme sur la photo.

    http://imagizer.imageshack.us/v2/1024x768q90/819/dvkl.jpg

    A noter, encore plus bas, au coin de l'avenue des Sources, qu'il existe déjà en 1926 la construction qui deviendra les "2G" de notre jeunesse...

    Pour Frédéric Viallon : on trouve sur Gallica quelques plans XIX° d'Avignon en très haute définition, il suffit de taper "Avignon plan" dans la recherche simple du site.

  • Oui, exit la mention "à situer" pour ce Bartésago...Encore bravo aux découvreurs ! Maintenant on pourrait s'atteler à ceci: à qui pouvait donc bien appartenir cette propriété ? On devrait arriver à dater la photo en examinant le fonds Bartésago.

  • Parmi les plans accessibles sur Gallica, on en trouve un daté de 1840 (par Leménager) où sont indiqués les noms des propriétaires des demeures (ou granges) de l'extra-muros.

    Ici pour la parcelle qui nous intéresse, avec une construction unique en retrait du canal (donc rien qui ressemble à la maison capturée par Bartesago), le nom est : Raynaud, plus à l'est Martin, en arrière des deux, Rivet.

    On trouve aussi sur Gallica trois plans Clément Saint Just, puis Prévot, datés de 1866, 1874 et 1897 : ils figurent tous trois notre parcelle de la même façon que Leménager... Ce qui ne signifie pas nécessairement que la construction est postérieure à 1897 : ces trois plans sont visiblement issus de la même planche (ou pierre, je pense que c'est une lithogravure), simplement mise à jour d'une édition à l'autre pour tenir compte des progrès de l'urbanisme (rue Thiers, etc.). On voit très clairement que les propriétés de l'extra-muros n'ont pas bénéficié de la même sollicitude et que tout est resté identique d'un document à l'autre...

    Donc peu d'indications à tirer de ces 3 plans, il faudrait voir aux Archives Municipales s'il y a quelque chose de plus fiable.

  • Début XXe on trouve un Léon Edward "chirurgien dentiste américain" dont le cabinet était 81 rue Joseph Vernet. Il exerçait auparavant à Vals les Bains et consultait aussi à Annonay (sauf improbable homonymie):

    http://www.memoireetactualite.org/presse/07JOURNALDAN/PDF/1898/07JOURNALDAN-18981008-N-0002.pdf

    Serait-ce lui qui aurait fait construire cette maison cossue et ce pavillon rappelant l'architecture de la ville d'eau qu'est Vals ?

  • Peut-être en saurions-nous plus en nous plongeant dans les archives de la famille de Denis Soulier qui fut propriétaire de nombres de terrains du quartier ?

Écrire un commentaire

Optionnel