Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quaranto-vue an après carriero Grando-Fustarié

Quarante-huit ans après rue Grande Fusterie
Fourty-eight years after Grande-Fusterie street

3281334296.jpg 3270663852.jpg

Photo Mario Atzinger 1965.

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • quel dommage les balcons (l'étaient en si mauvais état ou c'est pour aller avec la transformation de porte-fenêtres en fenêtres ?)

  • avant ça faisait rue vivante de petit village, l'éclairage naturel est pour beaucoup dans l'impression de chaleur
    après ça fait ruelle impersonnelle et oublié d'une grande ville - trop "alispée"

  • Un coin d’Avignon qui a perdu son âme. Ou alors il faut bien chercher…
    Que sont devenus les nombreuses vierges (avec ce que je nomme leur porte-lume), balcons, marques d’inondations, façades ? 1914 : 10 commerçants et 14 artisans dans cette seule rue…
    Au-dessus du soustet on voit comme des traces (même dimensions que la grille du balcon) de cartouche, de gravage dans la pierre, de date ??? Ce bel immeuble était probablement l'ancienne confiserie Garcin fin XIXème.

  • Une rue qui a perdu de son âme c'est certain, ce qu'elle a gagné en aspect plus "clean"
    Comme Brigitte, ce que je regrette le plus, ce sont les beaux balcons en fer forgé.

  • Deux immeubles qui ont leurs toitures remontées, le soustet rehaussé lui aussi, des fenêtres réalignées, des bornes de partout... Tout a été soigneusement aseptisé... Mais ce n'est pas en pasteurisant le camembert que l'on évite les scandales sanitaires...

Écrire un commentaire

Optionnel