Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Setanto an après l'ancian bàrri

Soixante-dix ans après l'ancien rempart
Seventy years after the ancient rampart

3531633183.jpg
Photo Patrice Molinard (1922-2002).

Commentaires

  • Une figure familière, croisée maintes fois sur le chemin de mon école (celle des sœurs de la Charité dans la rue St Charles).

  • La poubelle: la presse locale alluma en son temps la mairie à propos de celle-ci placée à côté de ce morceau historique de rempart. Du plus bel effet l’été quand elle est coiffée d’un cône de déchets et que cela déborde.
    Parti Socialiste Révolutionnaire. Si on est en 1942, pour afficher ainsi ouvertement, je suppose qu’il s’agissait de suppôts de Marcél Déat, ex-responsable de la SFIO condamné à mort à la Libération ?
    Sous cette affiche je ne devine pas le nom du magasin qui est (si je lis bien) «Place de l’Horloge, angle rue des Marchands».

  • Tilia, c'était où les sœurs Cha-Cha ?

    Fardoise, la poubelle : il y en a qui ne font attention à rien...

    La Glaude, merci pour la réponse. Alors j'ai gagné !

    Sa protubérance, Jeandler, est en effet très affirmée !

    Lou, les photos de Molinard sont entrées aux archives nationales en 1942.
    C'est pour cela que je titre "soixante-dix ans après", par défaut de date réelle.
    Mais elles ont très bien pu être prises plusieurs années avant (entre 36 et 40 par exemple).

  • Michel, pour répondre à ta question :
    La petite école primaire et maternelle tenue par les sœurs de la Charité (en cornette) se trouvait à la place de l'actuelle résidence St Charles. Comme le cantine, elle, se trouvait dans les locaux de la congrégation et de l'école ménagère de la rue Grande-Fusterie, il y avait aux environs de 11h30 et 13h30 un rang d'écolières qui défilait entre les deux établissements tout le long de la rue Joseph Vernet.
    Mais comme ma mère ne travaillait pas, je n'allais pas jusqu'à la cantine de la Grande-Fusterie, je quittais le rang à hauteur de l'impasse de l'Oratoire pour aller manger chez moi. Après quoi je retournais au bout de l'impasse attendre le rang devant le magasin Décor de la Table qui était juste à côté de l'angle Oratoire-J. Vernet.
    Pour passer le temps, j'adorais admirer la vaisselle, de porcelaine ou de faïence, exposée là. Et bien sûr, les traditionnels plats et assiettes, en terre vernissée de couleur verte, fabriqués à Apt

  • Moi aussi je l'ai souvent croisé pour me rendre au local des louveteaux éclaireurs de France rue Saint Charles à l'emplacement de la CAF.
    En face se trouver un réparateur de bicyclettes.

Écrire un commentaire

Optionnel