Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Atmousfèro 1900 : la famiho Suau davans l'autré de la porto dóu Rose

Atmosphère 1900 : la famille Suau devant l'octroi de la porte du Rhône
Atmosphere 1900 : Suau family before the granting of Rhône gate

2155410031.jpg

Lien permanent 21 commentaires

Commentaires

  • Superbe cette photo de famille ! Le règlement (et les tarifs) est affiché gauche. Je me demande à quoi servait le gros anneau (j'en ai vu ailleurs). Pour amarrer les barques lors des inondations ?
    Le préposé pose fièrement, à droite la mamette porte coiffe comtadine, fichu croisé et faudau (gros tablier lourd). Peut-être les ancêtres des Suau dynamiques fondateurs de l'Ecole d'Ebénisterie d'Avignon (située au Thor, certains de leurs élèves exposaient récemment à la Chambre de Métiers) ?

  • J'avais bien pensé aux chevaux, mais par référence aux anneaux des abattoirs et de la Foire Saint-André (aux remparts côté St Roch) je trouve celui-ci bien gros, et trop haut.

  • Nous sommes à l'octroi, devant une porte des remparts. Le poteau reçoit une barrière. Interdiction de passer sans déclaration à l'octroi.

  • Tout à fait d'accord avec Lou Ravi : l'anneau est trop haut pour être destiné à y accrocher la bride d'un canasson.
    Il y avait trois stalles à chevaux dans le jardin de la maison de l'Oratoire où j'ai passé mon enfance, car c'était là que vivait auparavant le palefrenier de l'hôtel d'Armand. Sur le mur extérieur de l'appentis où se trouvaient ces stalles, il y avait les anneaux pour attacher les chevaux. Il y en avait aussi de chaque côté de la porte du jardin, ancienne cour de cette maison qui servait de communs à l'hôtel et où étaient remisés les carrosses.

    Pour revenir à l'octroi, je crois me souvenir, mais je n'en suis pas sûre, qu'il y avait juste à côté une bascule pour peser les charrettes et, plus tard, les voitures. Lou Ravi pourrait peut-être dire si ma mémoire fabule, ou pas...

  • Désolé, mais je n'étais pas né lorsque l'on a supprimé (1946-47 ?) l'octroi...Donc pas de souvenirs. Par contre je puis confirmer (d'après ce que j'ai lu en divers endroits) la présence de bascules pour peser les marchandises soumises à l'octroi. Celui d'Avignon était, à ses débuts, assez strict et concernait toutes sortes de produits alors que dans bien des villages seuls les animaux et la viande étaient taxés. A Avignon la perception était municipale au contraire de certaines communes où le droit était affermé. Notre homme en uniforme devait donc être un employé de mairie. Au sujet des poteaux-barrières: il me semble en avoir vu un sur une photo de la Porte de la Ligne que tu avais publiée il y a quelques mois. Et pendant que j'y pense il me reviens la présence, aussi, d'un gros anneau. C'est le Mystère des anneaux !

  • Tilia: les "porte-lumes" n'en sont pas si j'en crois un dessin de JB Brunel reproduit dans le Clap-Huet sur les Remparts: ils servaient de potence pour des balances (romaines) servant à la pesée des marchandises.

    Le Mystère de anneaux:
    Apparemment il n'y en avait que du côté du fleuve (à vérifier). J'en reviens à mon hypothèse d'amarres lors des crues. Servant aussi pour les bateaux faisant halte entre deux halages, à une époque où le Rhône passait plus près et où les quais n'étaient pas encore établis ? Je vais voir si J. Mazet en parle dans son bouquin sur les inondations.

  • Oui mais le Rhône pouvait monter beaucoup plus haut. J'ai retrouvé le livre sur les inondations. En 1840 l'eau arrivait à 2m45 porte du Rhône, 2m50 porte de la Ligne et 2m60 porte Saint-Lazare.
    JM rappelle encore la chute brutale des recettes de l'octroi lors des inondations. Octroi qui aurait été supprimé à Avignon en 1943.

Écrire un commentaire

Optionnel