Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'estourbe

La mêlée
The fray

1742755304.jpg

Lien permanent 17 commentaires

Commentaires

  • Sympathique désordre. Empilés pour être mis au rebut ou pour être attachés par un câble anti-vol. Je ne sais plus et j’avais même oublié Le Club, haut lieu du Jeu à XIII qui attirait toute une clientèle de supporters dans une ambiance très Sud. Aujourd’hui le SOA revit et fait des jaloux question budget…L’endroit (qui fut le Grand Café de Paris) est comme toute la place chargé d’histoire et d’anecdotes dont certaines particulièrement piquantes.

  • Ces fauteuils ne passaient pas l'hiver ainsi !
    Il y passaient la nuit, mais à cette époque, on ne les reliait pas avec un câble.
    Ils étaient juste empilés.
    Cela me fait penser à ce qu'écrivait Lou Ravi à propos des bouteilles de lait, des journaux ou des bobines de films qui passaient un partie de la nuit sur le trottoir sans être volés.
    Une autre époque...
    J'avais pris cette photo parce que j'avais l'impression que les fauteuils se battaient dans une inextricable mêlée... Une mêlée au SOA XIII !
    Tiens, d'ailleurs, je vais changer le titre !

  • Cela me revient maintenant. Place des Corps Saints aussi le mobilier des bars restait dehors, sans problème. Dans les années 70 certaines petites épiceries Casino avaient encore un tricycle de livraison qui passait la nuit dans la rue, sans anti-vol. Les bobines de film du cinéma le Roxy livrées dans la nuit ne resteraient pas une minute sur le trottoir aujourd’hui. Et les cartons de conserves du grossiste Cibon (route de Lyon) déposées aussi sur le trottoir sans surveillance attendant l’ouverture des épiceries ! Ma mère, qui devait parfois rentrer en pleine nuit, traversait la ville toute seule, sans inquiétude…Heureusement, rien n’a changé nous dirait MFA : nous sommes simplement victimes d’un "sentiment d’insécurité".
    Sur le SOA, les Bisons et l’inénarrable André Savonne, toujours content de lui :
    http://www.wat.tv/video/rugby-xiii-reportage-sur-andre-1y812_2iuqp_.html

    Le demi: c'est le Club qui inaugura à Avignon le demi à 50 cl !

  • Ce qui était raisonnable c'était de servir 25 cl à la commande d'un demi.
    La place était (j'emploie prudemment le passé, mais....) un haut lieu d'arnaques à touristes. Celle-ci était presque légale. Sur le tableau d'affichage (que personne ou presque ne lisait) on indique à la rubrique Bière pression:
    Le quart (25cl) X francs
    Le demi (50cl) XX francs
    Le client commande un demi et se retrouve avec une choppe double de celle qu'il attendait...Bien sûr pour la clientèle locale le demi faisait toujours 25 cl...Mais pour les touristes...
    Juridiquement l'arnaque n'est pas facile à démontrer.
    Il y en d'autres comme celles-là à raconter, le coup du jeu de mains n'est pas mal non plus...Et la tasse dédoublée...Je me marre rien que d'y repenser. Les touristes sont tout de même parfois d'une incroyable naïveté. Valait mieux aller consommer un peu plus loin au Régina par exemple...Sourire à notre ami moustachu...

  • On peut encore traverser Avignon intra muros de nuit sans peur particulière d'être agressé, ma fille de 18 ans le fait.

  • Traverser la ville la nuit : chacun a son expérience. Reste dans les journaux la rubrique faits divers. Et les plaintes au commissariat. Que beaucoup ne déposent pas. Venez faire un tour à 3h du mat' par la rue Bancasse, les Corps Saints puis l'avenue Monclar en passant devant la halte routière..Par exemple..Mais je reviens au Club: j'aimais bien ces fauteuils accommodants..

  • une autre tactique etait de proposer: petit (demi 25 cl) moyen(raisonable 50cl) ou grand(formidable 100cl) selon sa soif !!!!!!!!!!!!!! ( marc garçon au REGINA aujourd'hui disparu 2003)

Écrire un commentaire

Optionnel