Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De qu'es éu ?

Qui est-ce ?
Who is it ?
485646730.jpg

Commentaires

  • Je n'ai pas encore trouvé, mais il me semble bien probable que la mutilation date de la Révolution française.

  • Tiens, mon comm de ce matin n'a pas été enregistré...J'y disais que ce devait être une Playboy Bunny..
    Et que, ayant trouvé sur le net des photos de Jack Palance je voyais bien la ressemblance avec Jépida. A moins que le vin chaud d'hier soir m'ait embrumé l'esprit.

    Pour revenir à la martyrisée: la haine a été ici bien féroce car les autres que je connais ont simplement été abimées ou mutilées mais pas à ce point d'acharnement curieusement méticuleux puisque le médaillon est intact.

  • Il y a une inscription au fronton de Saint-Martial qui pourrait donner une piste.
    Malheureusement ma boule de cristal ne parvient pas à obtenir un image suffisamment nette pour pouvoir la déchiffrer !

    Cependant, après avoir lu l'historique du temple :
    http://erf84.free.fr/spip.php?article94

    je pencherais pour une représentation du pape Urbain V :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Urbain_V_t%C3%AAte_by_JM_Rosier.jpg

  • Dans la page d'historique du temple St-Martial déjà mise en lien, on peut lire :
    "En 1700, l’architecte Pierre Mignard refit le grand portail d’entrée tel qu’on le voit aujourd’hui" ...

    Par ailleurs, j'ai pu lire aussi que les religieux de Saint-Martial élevèrent dans leur église un tombeau à Urbain V.

    Et, vu la forme des restes de la sculpture martelée dans le cartouche intact, j'ai cru y voir la silhouette d'une tête surmontée d'une tiare.
    D'autant plus qu'il me paraissait plausible que les Bénédictins de St-Martial aient pu souhaiter voir l'effigie de leur donateur présider à leur fronton ...

  • Benoît, Hallays ou encore Girard parlent effectivement de Mignard. Pillement aussi qui cite les noms des cardinaux qui y avaient leur tombeau (Lagrange, Gaspard de Simiane, Raymond de Beaufort...). Mais pourquoi aurait-on au XVIII ème représenté des cardinaux (ou des papes) ? Cela ne colle pas non plus me semble-t-il avec l'esprit de Mignard. L'élégance et les motifs du cartouche me font penser à une représentation plutôt féminine.

    Merci pour ce bon jeu de piste.

    Je vais voir si Gagnière a écrit qq chose là dessus mais j'ai assez peu de bouquins de lui.

  • Je n'ai rien trouvé dans les livres.
    L'idée d'une représentation féminine est séduisante aussi et collerait mieux avec l'époque.

  • Cet "effacement" est atypique des autres: il ne paraît pas spontané, "naturel", violent. Un travail de commande ?

  • Un effacement qui daterait de 1881, date à laquelle l'église fut affectée au culte protestant ?

    Et l'inscription au dessus, elle pourrait donner une piste... Pas de volontaire pour aller vérifier si elle est lisible, ou pas ?

  • Sur Saint-Martial il faut lire le remarquable article de M. Alain Breton qui rectifie toutes les erreurs d'attribution antérieures (Annuaire des Amis du Palais des Papes 1985). Les constructions classiques de saint-Martial sont de l'architecte Paul Rochas. le prix-fait est de 1696, la première campagne des années 1696/1698-1708 et la seconde campagne jusqu'à achèvement des années 1728-1730.
    La dédicace martelée du grand portail est à Saint-Martial.
    On peut supposer que le médaillon en bas-relief, lui aussi martelé, est une représentation du saint ou du christ, hypothèses à vérifier.

  • Merci beaucoup Monsieur Archives !
    Nous voilà fermement fixés sur le sens de la dédicace.
    Ce qui nous amène à une nouvelle supposition que nous n'avions pas envisagée mais qui se révèle grandement plausible en ce qui concerne le bas-relief.
    D'ailleurs, j'ai dû déjà voir quelque part un Christ en bas-relief, avec les attributs de la passion... mais où ?

  • Un manuscrit du chanoine Massilian, qui mentionne brièvement le portail d’entrée du monastère de Saint-Martial, le décrit comme comportant "un grand médaillon dudit saint" accompagné de l’inscription :
    DIVO MARTIALI
    HANC ECCLESIA FRONTEM VOVIT
    ET CONSECRAVIT DOMINUS JOSEPHUS TERRIN
    SACRISTA HUIUS MONASTERII ET COLLEGII
    ANNO M.DCC.XXIV

    Extrait d'un commentaire d'Alain Breton — que je remercie — sur :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2022/03/02/que-blasoun-per-sant-marciau-6369087.html

Écrire un commentaire

Optionnel