Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poème

  • Acroustique pèr Héloïse

    Acrostiche pour Héloïse
    Acrostic for Heloïse

    1462786541.jpg

    La Commune de Paris éclate le 18 mars 1871 dans la capitale. Elle dure 71 jours et se solde par de nombreuses condamnations par des conseils de guerre chargés de juger les communards. Les peines sont exécutées dans les prisons de tout le territoire. C’est le cas d’E. Clapied, enfermé à la prison Sainte-Anne d’Avignon en 1871 pour purger 3 ans de prison pour "port illégal d’insignes du grade de capitaine". Il écrit en janvier 1872, à son amie Héloïse Aubrée, une longue lettre exprimant la dureté des conditions de détention et termine par un acrostiche, ode à Héloïse.

    Hélas, blonde aux yeux bleus, vous m’avez abrité
    Et pour moi votre cœur est rempli de bonté
    Lorsque sous le fardeau j’avais courbé la tête
    Ou trouver un abri dans l’horrible tempête ?
    Inutile pour moi de résister au vent
    Si votre douce voix ne m’eut dit : en avant !
    Et si vous ne m’eussiez protégé de votre aile.

    Aujourd’hui cependant, en vain je vous appelle
    Un charmant souvenir éclaire ma prison.
    Bientôt la liberté dorera l’horizon.
    Rieur autrefois je vous dirai : Ô blonde
    Étoile qui sourit dans mon âme profonde
    Eclairez le captif qui revient de prison.

    Janvier 1872. Source Archives départementales de Vaucluse.