Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La carto Manufrance

La carte Manufrance
The Manufrance card
Die Manufrance-Karte

2977401627.jpg

Commentaires

  • je ne savais pas que j'avais des voisins appelés Avignon (ou que j'avais eu parce... je crois qu'il n'y a plus de Manufrance, plus ce superbe catalogue en tout cas)

  • C'est moi qui ai modifié le patronyme de la carte... :D

  • Je croyais que Manufrance n'existait plus.
    Chapeau pour la modification !
    Bonne journée !

  • En 1977, Manufrance disposait de cent magasins en France, avant d'être en liquidation judiciaire vers 1985.
    Société Stéphanoise très connue pour ses catalogues et sa revue "Le chasseur Français"
    Le /les magasin(s) d'Avignon à ses/leurs "beaux jours" occupai(en)t le bâtiment de la Banque Populaire (sur deux niveaux) et celui de Damart, Rue du Vieux Sextier.
    https://prestig-immo.com/hotel-particulier-en-avignon/
    Si l'on y trouvait de tout, pour y faire un achat dans les années 70, il fallait trouver un vendeur (pas vraiment toujours disponible), puis demander un bon qui ensuite permettait d'aller en caisse régler son achat ...
    Déjà leur système de vente en magasin était obsolète ...
    Mais leur marchandise super intéressante !

  • On a perdu Manufrance, on a gagné Macron.
    OK je sors.

  • Non reste Michel! Moi ça me fait rire... jaune

  • C'est bien vrai que les méthodes de vente dataient d'une autre époque... ceci explique cela, au demeurant, mais je pense que la partie "vente par correspondance", appuyée sur un catalogue fabuleux, devait représenter une part significative du chiffre et résultat de Manufrance. Que serait devenu tout cela à l'ère d'Internet ?

    L'annonce de Pretig Immo concerne l'annexe ex-Damart, qui était située en effet à quelque pas du magasin Manufrance principal . Le promoteur aurait pu ajouter, mais cela n'aurait rien dit à personne, que l'immeuble avait aussi abrité les Ets Gagnière qui, pendant la Grande Guerre, produisait des équipements textiles divers pour l'armée.

    Cette belle construction fait clairement partie du projet d'ensemble de Franque lié au percement de la rue du Vieux-Sextier (rue Acquaviva à l'époque) : pendant que la Ville finançait la construction des boucherie et poissonnerie situées au milieu de la voie nouvelle, divers particuliers un peu fortunés faisaient construire leur maison dans l'alignement, en ayant le bon goût de demander leurs plans au même architecte, ce qui a assuré une belle cohésion à l'ensemble. Cohésion qui n'a pas duré, bien entendu.

    Quant à l'immeuble traversant sis entre les rues du Vieux Sextier et Florence/St Jean le Vieux, la Banque Populaire y a en effet transféré l'agence historique de la Chaix, place Carnot, en suite de la fusion entre ces divers établissements bancaires.

  • " Gagnière. Peut-être les parents de Sylvain ?"

    Non, pas peut-être... sûrement !

    Le post que tu mets en lien (du 12 novembre 2020) rappelle d'ailleurs ce passé industriel du futur archéologue. Dont il ne se cachait pas, d'ailleurs.

  • Image bien datée et fort cruelle quand on se souvient (mais qui s'en souvient encore ? ) de la progression dramatique du chômage dans la période 1981 - 1984....

  • Ne pas oublier que Manufrance a débuté et prospéré en vendant des armes :
    "1885
    Le 17 Octobre, Etienne MIMARD et Pierre BLACHON rachètent la «MANUFACTURE FRANCAISE D’ARMES DE CHASSE MARTINIER-COLLIN» qui devient «MANUFACTURE FRANCAISE D’ARMES DE ST ETIENNE».
    Le CHASSEUR FRANCAIS paraît pour la première fois "
    https://www.manufrance.fr/historique

Écrire un commentaire

Optionnel