Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blasoun au Pichot-Palais

Blasons au Petit-Palais
Coats of arms at the Petit-Palais
Wappen des Petit-Palais

2560803957.jpg 1560673019.jpg
2667919849.png 1255411731.png 2609906012.jpg
DE LA ROVÈRE
D'azur au rouvre d'or
englanté et déraciné
à 4 rameaux passés en sautoir
1475-1503
Julien de La Rovère
archevêque puis pape Jules II
— 1512-1529
Orlando Carretto della Rovere
(Orlando de Carette)
archevêque
Louis-Anne DUBREIL (1808-1880)
Tranché d'or au rameau d'olivier de sinople,
et d'azur à la croix tréflée d'or

Archevêque d'Avignon du 24/10/1863 au 13/01/1880
80607398.jpg
Comte de Saint-Saud Armorial des prélats français du XIXe siècle 1906.

Commentaires

  • moi y en a jamais faire attention aux blasons décidément

  • Les deux tristes sires qu'étaient les frères Rovère n'ont pas de lien avec la famille italienne della Rovere...

  • Je ne sais sais de qui tu parles, Alain.

  • François-Régis Rovère (aussi appelé Siméon Rovère), évêque constitutionnel à la vocation fort chancelante qui passa la Révolution à s'occuper bien plus de politique que du salut de ses ouailles, et finit dément en 1818.

    Et son frère Joseph Rovère, conventionnel, complice de Jourdan Coupe-Tête, thuriféraire des massacres de la Glacière, protecteur des assassins impliqué dans ce sinistre épisode de la guerre civile que connut notre ville à l'époque et dont il obtint l'amnistie, membre de la "bande noire" qui ravagea tout le patrimoine local dilapidé en spéculations frauduleuses, et mort en 1798 à Cayenne où il finit par être déporté après avoir échappé de peu à la guillotine.

    C'est lui qui s'était forgé de toutes pièces une généalogie "noble" qui rattachait son nom à celui de la prestigieuse famille italienne des della Rovere, alors que son frère et lui étaient fils d'un cabaretier.

    Bref, des gens hautement recommandables, n'est-ce pas ?

  • Oui... dans la notice il donne à la fin l'ascendance (ou prétendue telle) noble , mais dans l'arbre généalogique il signale que cette haute lignée est forgée et que le père des conventionnel et évêque était cabaretier et leur grand-père, boucher. Je n'ai rien contre ces deux honorables professions, mais de là à en faire des marquis de Fontvieille...

  • Réponse de Jean Gallian :

    Un grand merci M. Benoît !
    Cette page était loin d'être claire et je la modifie pour faire apparaître clairement cette généalogie de complaisance.
    Le lien sur la page "1a" donnait cette information, mais pas la première page.
    Remercier, si vous le pouvez, M. Alain Breton dont je n'ai pas l'adresse email.
    Très cordialement

  • Salut bessoun. Je suis allé tout les jours, pendant quatre ans au Petit Palais alors qu'il était une école, le Collège moderne. Il y avait encore Crillon le brave sur la place et nous allions pratiquer l'autocoïtpalmaire au rocher des doms, en bavant devant les formes somptueuses de la Vénus surgissant nue du bassin.
    Nostalgie? Peut-être, mais savoureuse.
    Bises

  • Michel, si j'ai bien suivi et compris les explications d'Alain Breton, le nom de François-Régis Rovère ne devrait plus figurer sous le blason "D'azur au rouvre d'or"...

  • Absolument. Je pense d'ailleurs que je vais l'enlever.

  • D'autant que sous la Révolution, son dernier occupant régulier (Mgr Giovio) ayant fui Avignon, le Petit Palais n'était plus la résidence de l'évêque ou archevêque, les locaux devenant le "dépôt national" où furent stockés tous les tableaux, livres, manuscrits et objets divers saisis dans le district...

    Vendu par la suite, l'immeuble passa entre diverses mains et reçut diverses affectations (dont le séminaire fondé par Mgr Dubreil), mais il ne redevint jamais la résidence des évêques.

  • Donc en résumé, les deux blasons sont ceux d'archevêques éminents d'Avignon - il y en a eu bien d'autres, mais ces deux-là se distinguent par rapport aux lieux :
    - Juilen de la Rovère, qui, non content d'avoir obtenu du Pape qu'Avignon devienne un archevêché, fit remanier profondément le Petit Palais en 1481 et 1496, notamment par la construction de la façade actuelle - pourtant, en sa qualité de Vice-Légat, il résidait au grand Palais !
    - Louis-Anne Dubreil, qui fit restaurer le bâtiment en 1868/1869, qui logeait alors un séminaire supprimé lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

  • Et Orlando de Carette n'y a-t-il pas habité en tant qu'archevêque ?

  • Merci Tilia d'avoir pensé à sa photo !
    Je la rajoute.

  • Selon l'article en lien ci-dessous, c'est le blason de Mgr Maurel de Mons qui devrait figurer au fronton du Petit Palais :
    https://earchives.vaucluse.fr/archives/show/FRAD084_egf_de-306

    Son blason dans cette page :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Parfait_Martin_Maurel_de_Mons

    Etienne-Martin, archevêque d'Avignon, comte Morel de Mons, sur le site du Sénat :
    https://www.senat.fr/pair-de-france/morel_de_mons_etienne_martinpf0381.html

    Comme pour Mgr Dubreil -Dubreuil, le nom de Mgr Maurel de Mons s'écrit de deux manières..
    .

  • Oui c'est Mgr Maurel de Mons qui avait fondé le séminaire en ces lieux , mais c'est Mgr Dubreil qui a dynamisé l'institution en y créant des boursiers et en le dotant généreusement. Et surtout, il a fait restaurer le bâtiment !

    Les armes honorent donc ceux qui ont marqué les murs de leur empreinte, et notamment la façade !

    Voilà pourquoi Orlando de Carette, qui résida au Petit Palais mais n'a rien construit, n'y a pas son blason.

    (Pour la parfaite observation du principe, on devrait aussi trouver les armes de Monseigneur François-Marie de Manzi, vu qu'en 1963, Jean Vallery-Radot a démontré que la façade de Julien de la Rovere ne comportait initialement que 7 travées, les 2 autres côté Levant ayant été rajoutées entre 1764 et 1767.)

Écrire un commentaire

Optionnel