Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Papo

Papes
Popes

4012261050.jpg
Quatre têtes des tombes papales d'Avignon.
Gravure dans l'ouvrage de Giuseppe Garampi (1725-1792)
"Illustrazione di un antico sigillo della Garfagnana".
Rome, 1759.

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • on dirait presque que l'histoire de la paresse est vraie

  • Difficile quand même d'avoir l'air dynamique sur un gisant ou un masque mortuaire...

    Michel, ces Papes sont-ils identifiés ?

  • Oui Alain, mais ça leur donne un petit côté comique qui n'est pas sans me déplaire.

    On peut lire la légende de la gravure dans une des pages visibles du livre en suivant mon lien.
    De gauche à droite et haut en bas :

    1 - Testa dellla statua sepolcrale di Giovanni XXII giacento presso la sagrestia della chiesa metropolinata di Avignone
    2 - Altra della statua di Benedetto XII nella cappella dei Sartori della chiesa suddetta.
    3 - Altra del sepolcro d'Innocenzo VI esistente in una cappella a lato del Santuario de' PP Certofini di Villanuova diocesi d'Avignone.
    4 - Altra simile di Clemente VII antipapa, sepolto nel Coro de' PP Celestini di Avignone.

    Que je n'aurai pas la désobligeance de vous traduire.

  • Belle trouvaille, malgré tout, qui renouvelle un peu l'iconographie pontificale, ces gisants ayant été massacrés sous la Révolution.

    La pseudo-référence était en la matière la série d'Henri Serrur, peinte (avec une remarquable monotonie) pour la Métropole au XIXème. Pas de chance pour l'artiste, qui semble avoir manqué de documentation et a clairement utilisé le même modèle pour presque toute la galerie, le seul Pape qu'il présente barbu est Innocent VI... dont le gisant était glabre !

  • C'est bien là l'intérêt des gravures : elles ont été dessinées avant que les gisants aient été mutilés.
    Je me demande s'il pourrait exister d'anciens dessins contemporains de ces gisants.

  • Reste un problème, c'est que le gisant d'Innocent VI à la Chartreuse est barbu, d'une belle barbe bien longue et fournie (assez éloignée de celle fort courte, d'aspect négligé, proposée par Serrur). Est-ce une disposition d'origine ou le fruit d'une restitution post-révolutionnaire ? Mystère.

    Et c'est encore une belle barbe (blanche) qu'arbore le supposé Innocent VI d'une fresque florentine un peu suspecte (à Santa Maria Novella, cf la notice Whyskipédia sur ce pape), tout comme celle que l'on voit sur une gravure manifestement d'ancien régime (même notice, avec une indication de source assez vague...).

    Au final, on en vient à se poser la question de l'authenticité des représentations du jour... tout en observant que dans leur monumentale monographie de la Cathédrale, Mgr Reyne et le P. Bréhier publient un dessin XVIIIème du gisant de Jean XXII issu du Cabinet des Estampes, et rigoureusement conforme à cette représentation ! Ce qui serait un argument pour la fidélité de la représentation.... Tout comme le "détail" du tombeau de Benoit XII dans la chapelle dévolue à la confrérie des tailleurs, rare mention !.... Perplexité....

  • La barbe humaine, sans nul doute... mais une statue de pierre ???

  • on pourrait peut-être en faire un jeu de massacre?

  • On tire bien les rois.
    Pourquoi ne pas tirer les papes ?

Écrire un commentaire

Optionnel