Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vestige d'aubourage 5

Vestiges de levage 5
Remains of lifting 5


85 rue Bonneterie

16 rue du Vieux-Sextier

7 rue du Roi-René

7 rue Pavot

6 rue Petite-Calade

3 passage de l'Oratoire

Avec la collaboration de Tilia. Merci !

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • le 1 est d'une sobriété telle qu'on hésite à y croire, alors que le dernier semble danser avec préciosité (presque)

  • Parmi les potences de levage publiées jusqu'ici, tout comme celle du 17 rue Banasterie, bien campée sur ses quatre "pieds" la potence du 3 passage de l'Oratoire fait partie des plus solidement implantées dans leur façade.
    Ce qui laisserait supposer qu'elles étaient destinées à maintenir des charges très lourdes...
    Or, et là je parle en connaissance de cause (la maison du passage de l'Oratoire étant celle qui a abrité vingt de mes premières années) les charges hissées à l'étage de cette maison n'étaient que des ballots de foin destinés aux chevaux qui tiraient les calèches des résident de l'hôtel d'Armand situé juste en face.

  • Cette potence est l'œuvre d'un ferronnier pas d'un bricoleur comme celle de la rue Bonnèterie, elle est belle et se prête à tous les usages. Et puis l'espace de son emplacement permet cette jambe de force élégante. Ceci dit cela pose la question des usages de ces potences :, certaines n'ont en commun que d'être des appendices de fer. Peut-être certaines ont-elles été installées au coup par coup pour répondre à un besoin, d'autres ont toujours fait partie de la maison, accessoire indispensable d'une époque sans ascenseurs ou autres appareils de déménageurs.

  • Très bel éloge, merci Wilfrid.

Écrire un commentaire

Optionnel