Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Capello Sant-Veran

Chapelle St-Véran
St-Véran chapel

4021349734.jpg 60558574.jpg
2009
4050922721.jpg 4262214300.jpg
2019

Pour en savoir plus sur la chapelle.

Photos sur Patrimages.

Sant-Veran : la capello manjado.

Commentaires

  • D'après le texte du premier lien, cette chapelle comporte une sépulture médiévale qui sera d’un grand intérêt archéologique quand elle pourra être étudiée.


    Les deux photos N&B pourraient-elles être datées ? ne serait-ce qu'approximativement...

  • Aucune information n'accompagne malheureusement ces 2 photos noir et blanc. Ce sont des scans qui proviennent de Michel Bourgue qui dit les avoir "Chinées aux halles contre un petit St Marcelin". À l'instar de la série noir et blanc de Patrimages dont la date de prise de vue affichée sur la notice est : "-1" ! (Ça doit vouloir dire "manquante"...) Je me demande d'ailleurs si ce ne serait pas la même série.
    On voit sur deux photos de Patrimages une Ami 6 break. Les photos sont donc postérieures à 1964.

  • Grâce aux lumières de mon époux, sur cette photo
    http://patrimages.culture.gouv.fr/imageView?img=%2Fcd%2FMHR93_2010_08_012_E%2Fple%2FMHR93_02844781Z_P.jpg

    il me semble plus probable que ce soit une Ami 8 break (modèle sorti au Salon 1969)

    La différence entre la 6 et la 8 se situe au niveau de la ligne oblique partant de la courbe de l'aile avant en direction du capot.
    Ligne bien visible sur l'ami 6 :
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:AMB-PA69.jpg

    très atténuée (à peine visible et interrompue) sur l'Ami 8 :
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Citroen_Ami_8_(39365863465).jpg

  • La différence que je vois et qui me fait admettre qu'il s'agit d'une Ami 8, est que la ligne horizontale au-dessus de la roue avant est plus haute sur l'Ami 8 que sur l'Ami 6. Ou tout au moins que l'espace entre cette ligne et l'arrondi de l'aile qui est dessous est plus grand sur l'Ami 8 que sur l'Ami 6. (Ouf !)

  • Deux images assez percutantes du monastère St Véran au XVIIème siècle, tirées de l'album du Marquis de Laincel.

    Les 2 points de vue sont diamétralement opposés, ce qui rend l'ensemble des plus intéressants et d'un intérêt archéologique certain !

    https://imagizer.imageshack.com/img924/9114/EEa03k.jpg

    https://imagizer.imageshack.com/img922/4478/LrIwm1.jpg

    Globalement, ces dessins confirment que la chapelle gothique n'a jamais eu plus que les 2 travées actuelles, les pierres en saillie côté couchant n'étant pas des arrachements de démolition, mais des pierres d'attente. A rapprocher de l'observation par Guilhem Baro d'une construction plus ancienne à l'Ouest, dans le même alignement (construction bien visible sur l'un des dessins, surmontée d'un clocher-arcade) : on peut penser que sa démolition était prévue au fur et à mesure de la construction de nouvelles travées, et qu'il s'agit donc bien du lieu de culte primitif.... ou du moins de la chapelle monastique primitive.

    Pour le lieu de "culte", remarquons l'édifice carré sommé d'un lanternon, représenté deux fois, avec ce qui semble bien être des absidioles sur les faces. Ici dans la région, ce genre de construction est antérieur à l'époque gothique et constitue invariablement une "chapelle du Saint Sépulcre" ou "de la Sainte Croix" - l'archétype en étant l'abbaye de Montmajour, où existe un tel édifice à quelques dizaines de mètres de la grande abbatiale, totalement isolé.

    Il n'est en rien impossible que cette dualité se retrouve à St Véran, et si la démolition générale des installations industrielles se fait, il faut espérer que la surveillance archéologique couvrira toute la zone et permettra, qui sait, d'intéressantes observations sur cet énigmatique édicule.

    Egalement bien visible sur les dessins, on retrouve l'enclos signalé par Guilhem Baro et confirmé par de nombreux textes : St Véran est un monastère en rase campagne qui se doit d'être fermé. Voir d'ailleurs la belle porte surmontée de défenses !

    Pour finir, un petit détail sur la première vue : à droite, visibles au-dessus du mur de clôture, le dessinateur a fidèlement représenté les collines du Gard dans le lointain, et plus prés l'hôpital Sainte Marthe qui était en cours de construction à l'époque, i.e. entre 1650 et 1670, et dont on reconnait le pavillon des Trinitaires.

  • Et pendant qu'on y est, deux autres vues tirées de la même source...

    https://imagizer.imageshack.com/img921/9056/b3yoPO.jpg

    https://imagizer.imageshack.com/img922/3563/FoEr97.jpg

    La première n'est pas très intéressante, étant prise d'un lieu éloigné (probablement La Barthelasse) et de ce fait assez imprécise, voire fausse dans les détails.

    Par contre, la seconde rejoint la paire de mon précédent post : elle offre une vision rapprochée du monastère sous un nouvel angle, avec pas mal de détails sur la clôture avec ses poivrières et le choeur de l'église débordant.

  • Ah ! Nos messages se sont croisés, Michel.

    Oui, comme le dit Baro, le monastère occupait tout l'ilot actuel. D'ailleurs, par une de ces "coïncidences" qui n'en sont probablement pas, l'entrée d'Elis est placée à peu près là où le dessinateur du Laincel place le grand portail à moucharabieh.

    Et la position des poivrières sur ce mur de clôture correspond auc changements de direction de la muraille repérables de nos jours, trois très saillants et un autre à peine perceptible au milieu du côté Est.

    Quant à la vue n°2, elle présente en fond non pas les collines du Gard, mais les reliefs du Nord-Est du département - comme ta vue Google, au demeurant ! C'est à dire les dentelles de Montmirail et les contreforts du Ventoux.

    Je crois que nous avions déjà eu des échanges sur ce sujet, mais il faut bien comprendre que l'interprétation des vues de l'album de Laincel n'est pas toujours évidente car sa vision est toujours très serrée - dans certains dessins, l'angle de champ est tellement étroit que je les crois (réellement !) faits avec une lunette. Ceci à l'opposé d'un Martellange dont l'angle de vue est toujours très large - pour faire court, Martellange = grand angle, Laincel = téléobjectif.

    Et donc on retrouve sur beaucoup de ces dessins le "tassement" des plans propre aux longues focales.

  • Pour compléter le commentaire de Tilia sur les AMI 6/8... La voiture au 1er plan est immatriculée xxx PV 84... J'avais une moto immatriculée neuve au printemps 1971, elle portait xxx PT 84 (m'en souviens bien, ces deux lettres ayant provoqué les réflexions que vous imaginez dans mon entourage !) ..

    Les photos sont donc de fin 1971 ou début 1972.

  • Le numéro de la Simca (Versailles ?) étant, si je lis bien, 871 PV 84
    d'après le tableau de la page ci-dessous, elle a été immatriculée entre 1970 et 1971
    http://plaque.free.fr/f_1970s.html

  • Elle aurait pu rouler longtemps si elle n'avait pas croisé l'incendie d'un garage trois ans plus tard.

    Oui, bien sûr, 1971/72 n'est qu'un terminus ad quo, les clichés peuvent être postérieurs.

    Tiens, au fait, quand donc a été créé Déchets Service ?

  • Michel, les "Commentaires récents" annoncent un mot dont tu es l'auteur à 18h35, et je ne vois rien....

  • Au temps (et autant) pour moi, je viens de le voir bien plus haut... Me suis fait piéger...

  • Vous e faites rêver aux motos de ma jeunesse et à l'Avignon du moyen-âge!

  • tillia ,ce n'est pas une simca versailles mais une peugeot 404.

Écrire un commentaire

Optionnel