Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antòni Trial

Antoine Trial

748386440.png

Antoine Trial (Bertrand) dans "Le Déserteur" à l'Opéra-Comique.
Portrait dessiné à l'aquarelle à l'encre par Chrétien (1792).
Source : Bibliothèque Nationale de France.

Antoine Trial est un chanteur et acteur français
né à Avignon le 13 octobre 1737 et mort à Paris le 10 février 1795.

E gramaci à Fifi Brindacier ! (^o^)

Lien permanent 9 commentaires

Commentaires

  • je me demande s'il a chanté à Avignon, sur ma place

  • Le personnage de la pochette du "Sorcier" ressemble un peu à Trial...
    C'est super de pouvoir suivre la partition en écoutant le morceau de Grétry !

  • Même si les nouvelles ne sont pas très fraîches, ça fait plaisir de découvrir une belle affiche...

  • Il y a un autre musicien contemporain de Grétry et Philidor, qui s'appelait Rousseau... Jean-Jacques, de son prénom !

  • Pas plus que Philidor ou Grétry (ce dernier était belge, si je me souviens bien...).

    Non, c'était juste une courte liste de musiciens, contemporains de Trial et un peu oubliés de nos jours. Et dont deux d'entre eux sont passés à la postérité pour tout autre chose que leurs partitions...

  • À propos de Rousseau, Philidor et Grétry, voici un extrait de ce document :
    http://orages.eu/wp-content/uploads/2016/06/rousseau-philidor-et-les-muses-galantes.pdf

    " Les destinées de Rousseau et Philidor offrent en effet d’intéressants parallèles. Les deux hommes ont d’abord connu une orientation commune sur le plan musical et sont l’un et l’autre, et bien souvent l’un contre l’autre, considérés comme les figures intermédiaires menant de Rameau à Gluck ; ils adoptent une position divergente, mais complémentaire, lors de la Querelle des Bouffons ; ils cultivent enfin une différence qui est au cœur de tout le débat musical de la période, et qui est la question de la prééminence de la voix sur l’instrument ou de l’instrument sur la voix.
    Semblable est, de surcroît, la réception de leurs œuvres respectives : l’un et l’autre ont été connus, adulés, encensés pour ce qu’ils ne considéraient que comme une activité accessoire (la littérature pour Rousseau, les échecs pour Philidor) et ils ont tous les deux été sinon rejetés, du moins dépréciés dans ce qu’ils chérissaient le plus : Rousseau musicien fait l’objet, encore aujourd’hui, de bien des controverses, et Philidor s’efface, dans l’histoire musicale de son époque, devant Grétry. "

Écrire un commentaire

Optionnel